Mora (Cameroun)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mora.
Mora
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Extrême-Nord
Département Mayo-Sava
Démographie
Population 179 777 hab.[1] (2005)
Géographie
Coordonnées 11° 02′ 33″ nord, 14° 08′ 41″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Extrême-Nord

Voir sur la carte administrative d'Extrême-Nord (Cameroun)
City locator 14.svg
Mora

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Mora

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Mora

Mora est une commune du Cameroun située dans la région de l'Extrême-Nord et le département du Mayo-Sava, à proximité de la frontière avec le Nigeria. C'est la dernière ville-étape sur la route entre Maroua et N'Djaména au Tchad.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 179 777 habitants[1], dont 39 440 pour Mora Ville. La commune est divisée en plusieurs cantons tels que Zouelva.

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre Mora proprement dit, la commune comprend les villages suivants[2] :

Économie[modifier | modifier le code]

Les jours de marché sont le dimanche et le jeudi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume Mandara.

Le major Dixon Denham a visité Mora lors de son expédition africaine entre 1822 et 1825 et en rend compte dans son livre, rapport de mission[3].

Le fort allemand de Mora a été le dernier fort allemand au Cameroun à se rendre au cours de la Première Guerre mondiale. Après un long moment sous un blocus par les forces alliées (en), le capitaine von Raben (de) et ses hommes se rendent aux forces alliées le 20 février 1916, plus d'un an après que le reste de l'armée allemande se soit retiré hors du Cameroun[4].

Michel Leiris a visité Mora au cours de la Mission Dakar-Djibouti (1931-1933) et en donne un bref commentaire dans son livre L'Afrique fantôme[5],

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. Source : Mapanet [1]
  3. Narrative of travels and discoveries in Northern and Central Africa in the years 1822, 1823, and 1824 par le Major Denham, Capitaine Clapperton, et feu le Docteur Oudney. Traduction française : Voyages et découvertes dans le Nord et dans les parties centrales de l'Afrique par le géographe Jean-Baptiste Benoît Eyriès publiée par la Bibliothèque du Palais des Arts en 1826
  4. (en) Saliou Abba1 and Dekane Emmanuel, « Kamerunian veterans of Germans’ garrisons and the post- Great War period », in International Journal of Innovation and Scientific Research, vol. 16, no 1, juin 2015, p. 195-200, à télécharger [2]
  5. Michel Leiris L'Afrique fantôme Paris, Gallimard, 1934, réédition dans Michel Leiris, Miroir de l'Afrique, Paris, Gallimard, 1996 (collection « Quarto »).
  6. Jean Koufan Menkene, « Félix Moumié : Un martyr de la révolution et du nationalisme camerounais », Mediapart, 3 novembre 2013 [3]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Boulet, Magoumaz : pays Mafa (Nord Cameroun) : (étude d'un terroir de montagne), ORSTOM, Paris, La Haye, Mouton, 1975, 92 p. (ISBN 2-7099-0357-1)
  • Dictionnaire des villages du Margui-Wandala, ORSTOM, Yaoundé, juin 1972, 115 p.
  • Antoinette Hallaire, Paysans montagnards du Nord-Cameroun : les monts Mandara, ORSTOM, Paris, 1991, 253 p. (ISBN 2-7099-1028-4)
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Mora », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 177-178 (ISBN 978-2-86950-464-6)
  • Bertrand Lembezat, Les populations païennes du Nord-Cameroun et de l'Adamaoua, Presses universitaires de France, Paris, 1961, 252 p.
  • Jean-Yves Martin, Les Matakam du Cameroun : essai sur la dynamique d'une société pré-industrielle, ORSTOM, Paris, 1970, 215 p.
  • Petits Frères de Jésus, « Mora (Cameroun) », in Frères au cœur du monde : à la suite de Charles de Foucauld ; lettres des fraternités (1960-2002), Karthala, 2002, p. 77-84 (ISBN 9782845862951)
  • Guy Pontié, « Les Guiziga du Cameroun septentrional. L'organisation traditionnelle et sa mise en contestation », ORSTOM, Paris, 1973, 255 p. (thèse de 3e cycle de Sociologie ; voir note de lecture [4])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Mora, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)