Monument des Droits de l'homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Monument des Droits de l'homme et du citoyen
Monument des Droits de l'Homme et du Citoyen (face).jpg
Présentation
Type
Architecte
Michel Jantzen
Construction
1989
Propriétaire
Ville de Paris
Patrimonialité
Localisation
Pays
Commune
Paris
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 7e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 7e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le monument des Droits de l'homme et du citoyen se situe à Paris, dans les jardins du Champ-de-Mars, avenue Charles-Risler.

Commandé par la ville de Paris dont Jacques Chirac était maire, il est installé en 1989 à l'occasion du bicentenaire de la Révolution. Il est l'œuvre de l'architecte Michel Jantzen[1] et du sculpteur Ivan Theimer.

Inspiré des mastabas égyptiens, il comporte de nombreuses références à l'iconographie révolutionnaire.

Description[modifier | modifier le code]

Le monument est constitué de plusieurs éléments :

  • un édifice en pierre de taille sur plan carré, ouvert sur un espace intérieur de plan octogonal, éclairé par le sommet et dont les façades extérieures sont ornées de textes gravés, de divers reliefs et de douze pierres avec les sceaux en bronze des pays de la communauté européenne de 1989 ;
  • deux obélisques, l'un à base triangulaire, l'autre à base carrée en bronze couverts d'une profusion de symboles et de textes contenant de fins détails et reliefs, dont la déclaration des droits de l'homme de 1789 ;
  • la statue d'un homme portant une toge et dans ses mains plusieurs documents ;
  • la statue d'un homme invitant les gens à lire les textes gravés sur les obélisques ;
  • la statue d'une femme avec son enfant qui porte un chapeau fait de journaux (chronologie des événements de 1989).

Sur la façade sud-ouest (côté Champ de Mars) se trouvent :

Sur la face nord-est, rue de Belgrade

  • une porte en bronze encadrée de deux colonnes : sur la porte on retrouve de nombreux reliefs et des documents historiques du temps de la révolution ;
  • un oculus situé au dessus de la porte représentant un ouroboros.

Sur les deux autres façades sont insérées des pierres provenant chacune d'un des pays de la communauté européenne de l'époque avec le nom des capitales gravées et leur sceau en bronze :

  • sur la face nord-ouest : lisboa - madrid - paris - bruss/xelles - london - dublin ;
  • sur la face sud-ouest : αθήνα - roma - luxembourg - bonn - amsterdam - kobenhavn.

L'ensemble de la structure est placé sur un podium de deux marches. Aux coins se trouvent des pots à feu en bronze.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :