Miro Cerar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Miro Cerar
Illustration.
Miro Cerar en mai 2018.
Fonctions
Vice-président du gouvernement
Ministre slovène des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(6 jours)
Président du gouvernement Marjan Šarec
Gouvernement Šarec
Prédécesseur Karl Erjavec (Affaires étrangères)
Président du gouvernement de la Slovénie

(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Président Borut Pahor
Gouvernement Cerar
Législature 7e
Coalition SMC-DeSUS-SD
Prédécesseur Alenka Bratušek
Successeur Marjan Šarec
Biographie
Nom de naissance Miroslav Cerar
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Ljubljana (Yougoslavie)
Nationalité Slovène
Parti politique SMC (depuis 2014)
Père Miroslav Cerar
Mère Zdenka Cerar
Diplômé de Université de Ljubljana

Signature de Miro Cerar

Miro Cerar
Présidents du gouvernement de Slovénie

Miroslav Cerar ml.[N 1] ou Miro Cerar, né le à Ljubljana, est un homme d'État slovène, membre du Parti du centre moderne (SMC). Il est président du gouvernement du au .

Expert en droit constitutionnel, il participe en 1991 à la rédaction de la Constitution slovène. Il devient ensuite professeur à l'université de Ljubljana.

Il se lance en politique à l'approche des élections législatives anticipées de 2014 en créant le SMC. Ayant remporté 36 sièges sur 90, il forme une coalition de centre-gauche et se fait investir président du gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de droit[modifier | modifier le code]

Il est le fils du gymnaste Miroslav Cerar, médaillé olympique, et de Zdenka Cerar, ancienne ministre de la Justice et première femme procureur général en Slovénie[1].

Miro Cerar participe à l'élaboration de la Constitution de la Slovénie de 1991. Il devient expert en droit constitutionnel auprès de l'Assemblée nationale[1] puis professeur de droit[2].

Création du SMC et entrée en politique[modifier | modifier le code]

Six semaines avant les élections législatives anticipées du 13 juillet 2014, il crée son propre parti, le Parti de Miro Cerar[3]. Il axe sa campagne sur la lutte contre la corruption et contre le programme de privatisation demandé par l'Union européenne[1]. Favori des sondages[4], son parti de centre-gauche arrive largement en tête des élections législatives avec près de 35 % des voix et 36 sièges sur 90[3].

Président du gouvernement[modifier | modifier le code]

À l'issue de ce scrutin, il entreprend des négociations pour former une majorité stable. Il y parvient, constituant une coalition de trois partis de centre gauche qui réunit le SMC, le Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS) et les Sociaux-démocrates (SD).

Le 18 septembre, Miro Cerar est nommé président du gouvernement par le président de la République Borut Pahor. Il nomme dans la foulée son gouvernement de seize ministres, dont sept femmes.

Dès le 10 octobre, il doit se séparer de Violeta Bulc, vice-présidente du gouvernement ministre sans portefeuille chargée des Projets stratégiques, pour la nommer à la commission européenne en remplacement d'Alenka Bratušek, recalée par le Parlement européen. Il limoge huit jours plus tard son ministre de l'Économie Jožef Petrovič, soupçonné d'avoir escroqué l'État slovène quand il était chef d'entreprise.

Démission[modifier | modifier le code]

Miro Cerar annonce sa démission le , environ trois mois avant les élections législatives. Il justifie cette décision par l'annulation en justice d'un référendum sur la construction d'une importante infrastructure ferroviaire tenu en . Devant la presse, il met alors en cause certains partenaires de sa coalition gouvernementale[5]. Le président Pahor indique le lendemain que les élections législatives seront avancées au mois de [6]. Elles se tiennent finalement le 3 juin et sont marquées par l'effondrement du SMC qui ne conserve plus que dix sièges dans la nouvelle assemblée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ml. signifie « junior » en slovène car il porte le même prénom que son père.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marianne Meunier, « Miro Cerar, futur premier ministre slovène », sur La Croix, (consulté le 15 juillet 2014)
  2. « Slovénie : le novice Cerar remporte les élections », sur Le Figaro, (consulté le 15 juillet 2014)
  3. a et b Zoran Radosavljevic, Eric Faye et Simon Carraud, « Le centre gauche remporte les législatives en Slovénie », sur Challenges, (consulté le 15 juillet 2014)
  4. « Cerar, Slovène favori des législatives », sur Libération.fr, (consulté le 15 juillet 2014)
  5. « Démission du Premier ministre slovène Miro Cerar », Swissinfo,‎ (lire en ligne).
  6. « Elections en Slovénie en mai après le départ du Premier ministre », Boursorama,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]