Mimnerme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mimnerme (en grec ancien Μίμνερμος / Mímnermos) de Colophon est un poète et hautboïste grec du VIIIe siècle av. J.-C., contemporain de Solon[1], qui fleurissait vers -630-600. Ses poèmes les plus célèbres sont les élégies adressées à la flûtiste Nanno[2] ; Diogène Laërce rend quelques lignes d'Hermésianax à propos de Mimnerme dans lesquels il le dit inventeur « des accents langoureux du pentamètre ». À l'époque de Démétrios de Phalère, ses vers étaient encore chantés au théâtre[3].

Il fut épris de Nanno et, flûte aux lèvres, malgré son âge, il folâtra allègrement. Mais il se querella avec le funeste Hermobios, mais aussi avec Phéréclès, son ennemi, à qui il adressa de haineuses chansons, dédiées à Nanno. Aleksandar Gatalica a traduit ses fragments[4]

Notice historique[modifier | modifier le code]

Très peu de choses sont connues de cet auteur, déjà obscur aux auteurs qui le citent. Mimnerme vivait pendant une époque instable, lorsque les villes Ionique de l'Anatolie étaient en conflit avec les puissants rois Lydiens ; un fragment existant de Mimnerme fait allusion à cette lutte, montrant le contraste entre le tempérament efféminé de ses compatriotes avec le courage des hommes qui avaient vaincu autrefois les rois Lydiens.

Style[modifier | modifier le code]

Diogène Laërce cite quelques vers[5], et le nom d'un de ses poèmes, Les Nains[6]. Mimnerme écrit en dialecte ionien ; il a recours au distique élégiaque pour exprimer des sentiments amoureux. Il a doté l'élégie d'un ton plus tendre et mélancolique. Mimnerme fut le premier poète à composer des vers élégiaques appropriés pour la poésie d'amour. Il compose ses poèmes pour être accompagnés de musique de flûte — musique pour laquelle le poète Hipponax dit : « Il [Mimnerme] utilise l'air mélancolique d'une branche du figuier ».

Références[modifier | modifier le code]