Mimnerme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mimnerme (en grec ancien Μίμνερμος / Mímnermos) de Colophon est un poète et hautboïste grec du VIIe siècle av. J.-C., contemporain de Solon[1], qui vécut vers -630-600. Ses poèmes les plus célèbres sont les élégies adressées à la flûtiste Nanno[2] ; Diogène Laërce fait état de quelques lignes d'Hermésianax à propos de Mimnerme dans lesquels il le dit inventeur « des accents langoureux du pentamètre ». À l'époque de Démétrios de Phalère, ses vers étaient encore chantés au théâtre[3].

Il fut épris de Nanno et, la flûte aux lèvres, malgré son âge, il folâtra allègrement. Mais il se querella avec le funeste Hermobios, et aussi avec Phéréclès, son ennemi, à qui il adressa de haineuses chansons dédiées à Nanno. Aleksandar Gatalica a traduit ses fragments[4][pertinence contestée]

Notice historique[modifier | modifier le code]

On sait très peu de chose de cet auteur, déjà obscur pour les auteurs qui le citent. Mimnerme vivait à une époque instable, où les villes Ioniques de l'Anatolie étaient en conflit avec les puissants rois Lydiens ; un fragment de Mimnerme nous est resté où il fait allusion à cette lutte, montrant le contraste entre le tempérament efféminé de ses compatriotes avec le courage des hommes qui avaient vaincu autrefois les rois Lydiens.

Style[modifier | modifier le code]

Diogène Laërce cite quelques vers[5], et le nom d'un de ses poèmes, Les Nains[6]. Mimnerme écrit en dialecte ionien ; il a recours au distique élégiaque pour exprimer des sentiments amoureux. Il a doté l'élégie d'un ton plus tendre et mélancolique. Mimnerme fut le premier poète à composer des vers élégiaques appropriés pour la poésie d'amour. Il compose ses poèmes pour être accompagnés de musique de flûte — musique pour laquelle le poète Hipponax dit : « Il [Mimnerme] utilise l'air mélancolique d'une branche du figuier ».

Références[modifier | modifier le code]