Mignano Monte Lungo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lungo.

Mignano Monte Lungo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Campanie Campanie 
Province Caserte 
Code postal 81049
Code ISTAT 061051
Code cadastral F203
Préfixe tel. 0823
Démographie
Gentilé mignanesi
Population 3 160 hab. (31-10-2017[réf. nécessaire])
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 24′ 00″ nord, 13° 59′ 00″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 137 m
Superficie 5 200 ha = 52 km2
Divers
Saint patron Sant'Antonio da Padova
Fête patronale 13 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Mignano Monte Lungo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Mignano Monte Lungo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Mignano Monte Lungo
Liens
Site web www.comune.mignanomontelungo.ce.it

Mignano Monte Lungo est une commune d'Italie, de la province de Caserte, en région de Campanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mignano est située à 16 km au Sud-Est de Cassino, sur la Via Casilina (it).

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que la région soit habitée par les Sidicins, la ville de Cesennia fut fondée par les Étrusques, avant de passer sous contrôle romain. Située sur une position stratégique, elle est très tôt fortifiée.

Elle fait ensuite partie du Duché de Bénévent, puis de la Principauté de Capoue.

Aux IXe et Xe siècles, la région subit de violents raids des Sarrasins, qui remontent la vallée du Garigliano et sont défaits en 885 par Guy III de Spolète, puis à nouveau lors de la Bataille du Garigliano (915).

Le 10 juillet 1139[1] a lieu à Galluccio une bataille entre l'armée de Roger III d'Apulie, fils de Roger II de Sicile, et celle du pape Innocent II, qui est capturé et emmené au château de Mignano signer la Paix de Mignano.

Au cours des siècles suivants, la ville passe sous contrôle de la Maison de Hohenstaufen, puis de la Maison capétienne d'Anjou-Sicile, et enfin de la Couronne d'Aragon.

Bataille pour le mont Lungo[modifier | modifier le code]

Durant la seconde Guerre mondiale se déroule à Mignano un combat à fort contenu symbolique pour l’Italie : le 27 septembre 1943 est créé le 1er groupe motorisé de l’armée italienne. Les hommes proviennent de toute l’Italie et sont représentatifs de l’armée toute entière.

Le groupe est mis à la disposition du général américain Geoffrey Keyes : sous les ordres du général Vincenzo Dapino, il est chargé de participer à la percée de la Ligne Bernhardt, située en avant de la Ligne Gustave.

Pour s'opposer à l’avancée des alliés, les troupes allemandes font sauter les 29 et 30 septembre plusieurs maisons, la forteresse, la mairie et le pont sur la Rava, seul point de passage entre la via Casilina et le centre de Mignano.

Le 3 décembre, les Italiens reçoivent l’ordre de monter à l’assaut du mont Lungo. Le 8 décembre, ils passent à l’attaque, cachés par un épais brouillard qui ne tarde pas à se dissiper sous un vent soudain et violent. Le groupe subit alors de fortes pertes et est contraint au repli. Munis d’un nouveau plan d’attaque, les Italiens prennent le mont le 16 décembre.

L’après-guerre est une période très dure pour la ville, sa reconstruction ne peut restituer à la population tout ce qui a été perdu.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Villes jumelées[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30 mai 2006 En cours Roberto Campanile Lista Civica  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Campozillone, Caspoli, Moscuso

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Conca della Campania, Galluccio, Presenzano, Rocca d'Evandro, San Pietro Infine, San Vittore del Lazio, Sesto Campano, Venafro

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Louis Charles Amédé d'Hertault Beaufort, Histoire des papes depuis saint Pierre jusqu'à nos jours, vol. 3, Librairie catholique de Perisse frères, 1841.

Habitants recensés