Midgard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Mittgart.
Ces runes, a:miþkarþi, du vieux norrois à Miðgarði, qui signifie littéralement en français « dans Midgard » (« en Terre du milieu ») sont inscrites sur la pierre runique de Fyrby (en) (Sô 56) dans le comté de Södermanland, en Suède.


Midgard, forme anglicisée du vieux norrois Miðgarðr, en vieil anglais Middangeard, en suédois et en danois Midgård, et en vieux saxon Middilgard, littéralement « cour médiane » est le nom de la Terre (au sens d’écoumène) habitée par et connue des humains dans la cosmologie germanique primitive, et plus précisément l'un des Neufs Mondes de la mythologie nordique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce nom apparaît dans la littérature du vieux norrois comme Miðgarðr. En vieux saxon, l’Heliand apparaît comme Middilgard et dans le poème Muspilli en vieux haut-allemand, il apparaît comme Mittilagart. La forme gothique Midjungards est attestée dans l'Évangile de Luc par une traduction du mot grec écoumène. Le mot est présent dans l'épopée et la poésie du vieil anglais sous la forme de Middangeard ; plus tard transformé en Middellærd ou Mittelerde (« Terre du milieu ») dans la littérature du Moyen anglais[1].

Toutes ces formes sont issues d'un germanique commun *midja-gardaz (*meddila-, *medjan-), un mélange de *midja- « milieu » et de *gardaz, yard « enclos ». Dans la cosmologie germanique primitive, le terme se trouve à côté de world (en vieil anglais weorold, en vieux saxon werold, en vieux haut-allemand weralt, en vieux frison warld et en vieux norrois verǫld), à partir d'un mélange germanique commun, *wira-alđiz, littéralement « l’ère des hommes »[2].

Vieux norrois[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie nordique, Midgard est un royaume et fait partie des Neufs Mondes (le seul visible par l’Homme, les autres royaumes susceptibles de croiser Midgard étant presque tous invisibles). Situé quelque part au milieu d’Yggdrasil, Midgard se trouve entre le pays de Niflheim (la terre de glace) au nord et Muspellheim (la terre de feu) au sud.[3] Midgard est entouré d'un monde d'eau, ou d’un océan, infranchissable. L'océan est habité par le grand serpent de mer Jörmungandr (Miðgarðsormr), qui est si grand qu'il peut encercler le monde entier avec sa propre queue. Le concept est similaire à celui de l’Ouroboros. Midgard était également relié à Asgard, la maison des dieux, par le Bifröst, le pont arc-en-ciel, gardé par Heimdallr.

Dans la mythologie nordique, Miðgarðr s'appliqua de la muraille autour du monde que les dieux construisirent à partir des sourcils du géant Ymir pour se défendre contre les Jotuns qui vivaient à Jotunheim, à l'est de Manheimr, la « maison des hommes ». Ce terme était utilisé pour désigner l'ensemble de l'humanité. Les dieux ont abattu le géant Aurgelmir (Ymir, le premier être créé) et ont placé son corps dans les abimes de l'univers, créant le monde à partir de son corps : sa chair constituant la terre, son sang, les océans, ses os, les montagnes, ses dents, les falaises, ses cheveux, les arbres et son cerveau, les nuages. On dit que le soleil, la lune et les étoiles étaient des étincelles dispersées en lui.

La pierre runique de Fryby.

Les deux manuscrits Eddas annoncent la destruction de Midgard durant le Ragnarök, l’ultime bataille avant la fin du monde. Jörmungandr s’élèvera des océans, répandant son venin dans les terres et les mers, provoquant la montée des eaux et la submersion des terres. Le champ de bataille du Vígríd accueillera l’ultime bataille, celle qui détruira Midgard et toute forme de vie. Les eaux submergeront les terres, donnant naissance à un nouveau cycle, et les terres referont surface plus fertiles et plus verdoyantes.

Bien que la plupart des exemples qui subsistent de ce mot se réfèrent à des questions spirituelles, il a également été utilisé dans des situations plus banales, comme dans le poème runique de l’ère viking dont l'inscription est Sô 56 :

Iak væit Hastæin
þa Holmstæin brøðr,
mænnr rynasta
a Miðgarði,
sattu stæin
ok stafa marga
æftiR Frøystæin,
faður sinn.[4]
Je connais Hásteinn
et je connais son frère Holmsteinn,
les hommes les plus experts
en matière de runes dans l’enceinte du milieu
ont déposé une pierre
et nombre de lettres
en mémoire de Freysteinn,
leur père.

Le vieux norrois Miðgarðr a donné naissance au terme Midgård ou Midgaard en danois et en suédois, au terme Midgard ou Midgård en norvégien, ainsi qu’au terme Miðgarður en islandais et en féroïen.

Vieil et moyen anglais[modifier | modifier le code]

Le terme middangeard apparaît près de six ou sept fois dans le poème épique anglais Beowulf, et est semblable au terme Midgard en vieux norrois. Le sens du terme équivaut à celui du terme grec Écoumène, relatif à une terre connue et peuplée.

Midgard est un concept récurrent dans la littérature anglaise du moyen anglais. L’association avec le mot terre (OE eorðe) en moyen anglais, middellærd et middelerde provient de la fausse étymologie. La continuité de geard (enclos) est yard. L’un des premiers exemple de cette transformation provient de l’Ormulum :

þatt ure Drihhtin wollde / ben borenn i þiss middellærd
où notre Seigneur voulut /naître en cette Terre du milieu

J. R. R. Tolkien, de par son roman Le Seigneur des anneaux et ses autres œuvres fantastiques, a popularisé le terme « enceinte du milieu » ou « Terre du milieu » en tant que lieu. Il a d’abord puisé son inspiration dans l’ensemble de poèmes Crist, rédigé en vieil anglais, et lequel fait référence à middangeard et à Éarendel.

Vieux haut-allemand[modifier | modifier le code]

Mittilagart est mentionné dans l’œuvre de poésie Muspilli (v. 54), rédigée en vieux haut-allemand courant XIXe siècle, dans laquelle la terre est décrite comme l’opposée de la mer et du ciel.

muor varsuuilhit sih, suilizot lougiu der himil,
mano uallit, prinnit mittilagart
La mer est engloutie, les flammes brûlent le ciel,
La lune tombe, Midgard brûle

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Online Etymology Dictionary ».
  2. Orel, Vladimir E. (2003). A Handbook of Germanic Etymology. Leiden: Brill. p. 462. (ISBN 90-04-12875-1)
  3. (en) « Midgard | Norse mythology », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  4. USYD, « Skaldic Poetry of the Scandinavian Middle Ages », AU pour une version en vieux norrois normalisé.