Michel Simonidy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Simonidy
Michel Simonidy by Constantin Pascali.jpg
Mihail Simonidi par Constantin Pascali (1890)
Naissance
Décès
(à 60 ans)
Paris 18e
Nationalité
Activités
Lieu de travail

Michel Simonidy, connu sous le pseudonyme de Sim, né Mihail Simonidi le à Bucarest et mort le à Paris[1], est un peintre, illustrateur, décorateur et affichiste roumain, un des représentants de l’Art nouveau.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Michel Simonidy est issu d'une famille grecque établie en Munténie. Né en 1870, il est baptisé avec un nom grec, Ménélas, mais est appelé d’un prénom roumain, Mihail, puis après qu’il s'est établi à Paris, il francise son prénom en Michel.

Simonidy affectionne les images raffinées, symbolistes, avec un penchant pour l’allégorie.

Peintre de genre et de nus, il fut élève de Léon Bonnat, Ferdinand Humbert et Gabriel Ferrier. Il figura aux Expositions de Paris, reçut une mention honorable à l'exposition universelle de Paris de 1889 et une médaille d'argent à l'exposition universelle de 1900. Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1908 à 1912.

Affichiste, il a composé entre autres pour Braun Clément et Cie photographes, La Bourboule et Le Figaro (série), Sarah Bernhardt dans Théodora (Victorien Sardou).

Il est ami de l'affichiste Pal et du peintre Désiré Lucas. Une partie de son atelier a été vendue aux enchères à l'hôtel Drouot le .

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Illustration de Michel Simonidy pour Histoire de Minoutchehr : selon le Livre des Rois (1919)

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Illustration de l'Histoire de Minoutchehr selon le livre des Rois de Perse, Éd. Henri Piazza

Affiches[modifier | modifier le code]

  • Sarah Bernhardt - Théodora de Byzance
  • Le Figaro illustré (affiches)
  • Cycle L'Aiglon
  • La Bourboule
  • Assurance L'Équitable des États-Unis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t.IX, 1976, p. 617.
  • (ro) Mircea Deac, 250 pictori români 1890-1945, Medro, 2003, p. 173.
  • (ro) Mircea Deac, 50 de ani de pictură 1890-1940, oid. icm., București, 1996, p. 138-139.
  • (ro) Tudor Octavian, Pictori români uitați, Noi media print, București, 2003, p. 73.
  • J.A. Akoun, La cote des peintres, Paris, 2004, p. 624.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :