Michel Plessix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plessix.
Michel Plessix
Sollies Ville - Michel Plessix - P1200024.jpg

Michel Plessix en 2009.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
Saint-MaloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Michel Plessix est un dessinateur français, né le à Saint-Malo en France et mort le [1] à Saint-Malo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Issu d'une vieille famille malouine, Michel Plessix décide de devenir auteur de bande dessinée dès l'âge de douze ans après la lecture de Comment on devient créateur de bande dessinée de Philippe Vandooren, ouvrage sur Jijé et Franquin. Après son baccalauréat, il quitte Saint-Malo pour Rennes où il effectue une première année de médecine à l'université de Rennes-I et commence une année aux Beaux-Arts tout en se rapprochant de l'école rennaise de bande dessinée du boulevard Jacques-Cartier dont Jean-Claude Fournier[2] qu'il est venu rencontrer dès 1975, et de la librairie M'enfin de son ami Bernard Kervarec. Depuis lors, il travaille au 5, rue du Chapitre, dans le vieux Rennes. Sensible à la culture bretonne, il pratique alors notamment l'accordéon diatonique. Ses débuts de dessinateur se font donc en Bretagne, pour quelques affiches de fest-noz (Les Rigodailles) ou plaquettes de communication pour la ville de Rennes (Allo ma puce, 1986), tout en nourrissant sa passion pour le neuvième art contractée initialement par la lecture du magazine Spirou.

Après un court récit dans 2000 ans d'histoire de la Bretagne en bandes dessinées (1983) chez IDprogram, une première expérience au crayonné de l'album Défi dans l'Atlantique (1984), une autre comme coscénariste (Mark Jones, coscénarisé et dessiné par Jean-Luc Hiettre, prépublié dans le magazine breton Frilouz, publié chez Souny en 1987), quelques participations dans le fanzine Dommage et une participation à l'expérience Frilouz (1982-1985), il publie un second album de bande dessinée en 1988 chez Milan (La déesse aux yeux de Jade) avec le scénariste rennais Dieter et la coloriste Isabelle Rabarot, après la prépublication de ce récit dans le mensuel Mikado.

Puis, pour un jeune éditeur débutant alors, Guy Delcourt, il se lance dans une première série qu'il co-scénarise, toujours avec Dieter : Julien Boisvert (1989-1995). Esprit fin doté d'une vaste culture, Michel Plessix s'impose alors comme un dessinateur de BD majeur grâce à cette série. Souhaitant oeuvrer désormais seul, il s'oriente ensuite vers la bande dessinée animalière en adaptant le célèbre roman de Kenneth Grahame, Le Vent dans les saules avec Le Vent dans les saules (1996-2001) dont le troisième tome lui vaut en 2000 un Prix du Public au festival de la bande dessinée à Angoulême, le principal salon du genre en Europe. La série est traduite dans une quinzaine de langues et conquiert 200.000 lecteurs. Michel Plessix, qui a l'habitude de se rendre à Essaouira pour bâtir l'adaptation du roman, prolonge ensuite l'histoire de ces étranges animaux dans une série totalement personnelle : Le Vent dans les sables (2005-2013). Ces deux dernières séries, lesquelles constituent ses chefs-d'oeuvre[3], sont faussement destinées au jeune lectorat. En témoigne la planche du Vent dans les Saules dans laquelle il présente la toile de Gustave Courbet intitulée L'Origine du Monde en usant de la lecture paranoïa-critique chère à Salvador Dali. Son art narratif si subtil se double d'un dessin extrêmement fouillé dans l'esprit de pères graphiques telles qu'Albert Uderzo, Albert Dubout, André Franquin ou Walt Disney.

Ponctuellement, il scénarise aussi quatre albums chez Dargaud : les deux tomes de la série Les Forell en 1997 et 1998 avec le dessinateur Bruno Bazile et les deux derniers tomes de la série animalière La Famille Passiflore de Loïc Jouannigot : La Chasse au Trésor (2014) et Mélodie potagère (2015).

Volontairement séparé des éditions Delcourt, longtemps son éditeur de référence, Michel Plessix retrouve un nouveau souffle avec le scénariste Frank Le Gall, pour lequel il dessine l'album Là où vont les fourmis qui parait en 2016 chez Casterman.

Lauréat du Prix de l'affiche au 36e Quai des Bulles de Saint-Malo, festival dont il est proche (https://actu.fr/bretagne/saint-malo_35288/lauteur-bande-dessinee-michel-plessix-est-decede_11608836.html), il déclare « Je n'y croyais plus. Cela fait quatre ans que ce sont des jeunes.[..] J'en ai longtemps rêvé. Alors, l'avoir, c'est le bonheur. »[2]. Il dessine donc l'affiche de l'édition suivante[4].

En trois décennies de métier, Michel Plessix a dessiné quinze albums qu'il a également soit scénarisé, soit coscénarisé, et a également scénarisé quatre albums pour autrui. Michel Plessix meurt des suites d'une crise cardiaque à Saint-Malo dans la journée du 21 août 2017[5]. Il préparait alors un nouvel album pour Delcourt [6], À L’Ombre des Saules, une nouvelle déclinaison de sa série emblématique .

Famille[modifier | modifier le code]

L'historien malouin Gilles Foucqueron est son beau-frère.

Prix[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dessinateur[modifier | modifier le code]

  • Là où vont les fourmis, scénario de Frank Le Gall, couleurs de Sébastien Orsini, éd. Casterman, 2016

Participation à des collectifs[modifier | modifier le code]

  • Défi dans l'Atlantique, dessin d'Yves Magne, aidé de Jocelyn Gille et Michel Plessix, scénario de Bruno Bazile, Soracom, 1984.
  • La Fontaine aux fables, éd. Delcourt
  • Lavilliers-L'or des fous, éd. Soleil
  • Gainsbourg volutes 3, éd. Soleil
  • Coincidences, éd. On a marché sur la bulle
  • 2000 ans d'histoire de la Bretagne en bandes dessinées, éd. IDprogram
  • Dinosaures morts ou vifs
  • BD d'enfer, éd. Delcourt
  • Du Souchon dans l'air, éd. Delcourt
  • L'arbre des deux printemps, éd. du Lombard par Will, Rudy Miel & co
  • Souvenirs de films, éd. du Lombard, sous la direction de Jean-Pierre Eugène
  • Innuat, en quête de mémoire, éd. Paquet
  • En mâles de nus, éd. Attakus, sur des textes de Virginie Grener

Scénariste[modifier | modifier le code]

  • Les Forell, éd. Dargaud (dessins de Bruno Bazile)
    1. Gelda, 1997
    2. Marcel l'embrouille, 1998 (coscénario Bernard Kervarec)
  • Le vent dans les saules, éd. Delcourt 4 tomes
  • Le vent dans les sables, éd. Delcourt, 5 tomes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florent D., « Décès du dessinateur Michel Plessix », sur ActuaLitté, (consulté le 22 août 2017).
  2. a et b « BD. Saint-Malo offre du bonheur à Michel Plessix », sur Ouest-France, (consulté le 22 août 2017).
  3. « Michel Plessix sur le plateau de "Mille-feuilles" », sur rtbf.fr, (consulté le 23 août 2017)
  4. « Quai des Bulles 2017, l’affiche signée par Michel Plessix », sur ligneclaire.info, (consulté le 22 août 2017).
  5. « Rennes. Le dessinateur de bande dessinée Michel Plessix est décédé », sur Ouest-France, (consulté le 22 août 2017).
  6. « L’auteur de bande dessinée Michel Plessix est mort », sur telerama.fr, (consulté le 23 août 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]