Michel Haïssaguerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Haïssaguerre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
BayonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Michel Haïssaguerre, né le à Bayonne, est un cardiologue et électrophysiologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nommé professeur de cardiologie en 1994, Michel Haïssaguerre exerce à l'hôpital cardiologique du Haut-Lévêque de Bordeaux-Pessac.

Ses activités de recherche scientifique et clinique sont consacrées à l'électrophysiologie cardiovasculaire, en particulier la fibrillation auriculaire. Il est essentiellement connu pour ses contributions dans le domaine de l'ablation par radiofréquence de la fibrillation auriculaire. Il fut le premier à déceler l'importance de la veine pulmonaire dans la genèse de la fibrillation auriculaire[réf. nécessaire]. Il a également été le premier à proposer la technique de l'isolation de la veine pulmonaire[1], méthode actuellement utilisée sur le plan international pour traiter la fibrillation auriculaire[réf. nécessaire]. Il a étendu avec son équipe ces observations à l'ablation des lésions entre les veines et l'anneau mitral (fibrillation ventriculaire).

Michel Haïssaguerre est l'auteur de plus de quatre-cents publications dans les principales revues de cardiologie, traitant principalement de l'ablation par radiofréquence endocavitaire des tachyarythmies. Il siège au comité de rédaction de grands journaux de la cardiologie comme l'European Heart Journal, Circulation, Europace, The Journal of Cardiovascular Electrophysiology, Journal of Interventional Cardiology, ou Pacing and Clinical Electrophysiology.

Il est lauréat des prix Robert-Debré (1982), prix de l'Information cardiologique (1990), prix Ela Medical (1992), Nylin Award 2002 (Société suédoise de cardiologie), Best Scientist Award Grüntzig 2003 (Société européenne de cardiologie), Pioneer in Cardiac Electrophysiology award 2004 (North American Society of Pacing and Electrophysiology), prix Mirowski 2009 de l'excellence en cardiologie clinique et électrophysiologie et du prix scientifique 2010 de la fondation Lefoulon-Delalande[1],[2] pour récompenser ses travaux sur les fibrillations cardiaques et pour financer la création d'un institut de recherche mondial sur les troubles de l'électricité cardiaque. En , il reçoit le prix Louis-Jeantet de médecine.

Le , il est élu membre de l'Académie des sciences[3].

En 2011, le projet LIRYC, porté par le professeur Michel Haïssaguerre avec les équipes du CHU de Bordeaux, est retenu parmi les lauréats de l'appel à projets relatif à la création des Instituts hospitalo-universitaires (IHU) dans le cadre du programme des investissements d'avenir[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Catheter Ablation of Atrial Fibrillation, Wiley-Blackwell, 2008, (ISBN 978-1405163491)
  • (en) Atrial Fibrillation Ablation: The State of the Art Based on the Venicechart International Consensus Document, Blackwell Publishing Ltd, 2007, (ISBN 978-1405180382)
  • (en) Thoracic Vein Arrythmias: Mechanisms and Treatment, Blackwell Futura, 2004, (ISBN 978-1405118880)
  • (en) Catheter Ablation of Arrhythmias, Blackwell Futura, 2002, (ISBN 978-0879934989)
  • (en) Pulmonary Vein Recordings: A Practical Guide to the Mapping and Ablation of Atrial Fibrillation, Remedica, 2002, (ISBN 978-1901346411)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne Jeanblanc, « Un prix pour Michel Haïssaguerre, spécialiste du rythme cardiaque », Le Point,‎ (lire en ligne)
  2. Le Prix scientifique 2010 de la Fondation Lefoulon-Delalande
  3. Communiqué de presse de l'Académie des sciences du 30 novembre 2010.
  4. ANR : Appel à projets Instituts hospitalo-universitaires (IHU)

Liens externes[modifier | modifier le code]