Michel Gratton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michel Gratton
Fonctions
Ministre du Tourisme

(2 ans, 3 mois et 11 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Yvon Picotte
Successeur André Vallerand
Ministre délégué à la Réforme électorale

(3 ans, 9 mois et 29 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Marc-André Bédard
Successeur Marc-Yvan Côté
Leader parlementaire du gouvernement

(3 ans, 9 mois et 25 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Marc-André Bédard
Successeur Michel Pagé
Ministre du Revenu

(1 an, 6 mois et 18 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Maurice Martel
Successeur Yves Séguin
Député de Gatineau
[1]
(16 ans, 10 mois et 10 jours)
Législature Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Roy Fournier
Successeur Réjean Lafrenière
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Hull
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université McGill
Institut de technologie de l'Illinois
Profession ingénieur, administrateur

Michel Gratton (né le 1er février 1939 à Hull) est un ingénieur et homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hull (maintenant intégré à Gatineau), Michel Gratton a étudié à l'Université d'Ottawa et à l'Université McGill où il obtient un baccalauréat en génie civil. Il se spécialise ensuite en technologie du gaz naturel à l'Institut de technologie de l'Illinois[2]. Il a aussi été formé en relations publiques et promotion et en administration. Il a par la suite travaillé pour des entreprises gazières et des entreprises du secteur de la construction, de 1962 à 1970, tout en s’impliquant dans les chambres de commerce de sa région et dans le Conseil économique de l'Outaouais. Il a été associé d'un cabinet d'ingénieurs en 1970[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1970 Michel Gratton fonde l'Association libérale de la circonscription de Gatineau, et l'année suivante il devient président du Parti libéral du Québec pour l'Outaouais. Il échoue dans sa tentative d'être élu maire de Hull en 1970, mais est élu député de Gatineau à l'Assemblée nationale du Québec lors d'une élection partielle le 15 novembre 1972[1]. Il est par la suite réélu sans interruption aux élections générales de 1973, 1976, 1981 et 1985. Durant ses premières années comme député il n'occupe pas de fonctions parlementaires particulières. En octobre 1982, alors que le Parti libéral est dans l'opposition, il devient leader parlementaire adjoint de l'opposition officielle, puis leader parlementaire en titre en mars 1984. Lorsque le Parti libéral, sous Robert Bourassa, reprend le pouvoir en 1985, Michel Gratton accède au Conseil des ministres en tant que ministre du Revenu et ministre délégué à la Réforme électorale. Il conserve de plus son poste de leader parlementaire, mais du côté ministériel cette fois.

En juin 1987 un léger remaniement ministériel a lieu et Michel Gratton échange son poste de ministre du Revenu contre celui de ministre du Tourisme, tout en conservant ses autres fonctions. Avant le déclenchement des élections de 1989, il décide de ne pas se représenter et abandonne la politique active.

Carrière après la politique[modifier | modifier le code]

Après avoir mis fin à sa carrière politique, Michel Gratton a été directeur-général puis président de l'Institut de l'amiante (plus tard appelé Institut du chrysotile) en 1990, et président du comité exécutif provisoire du Groupe international pour la sécurité dans l'utilisation des fibres l'année suivante. Dans les années 1990 et 2000 il a aussi agi comme représentant de l'établissement algonquin de Lac-Barrière lors de négociations avec les gouvernements[3] et d'observateur lors du processus de sélection des leaders de la communauté[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Une première élection a été tenue le 11 octobre, remportée par Michel Gratton, mais annulée une semaine plus tard parce que les bulletins de vote n'étaient pas conformes à la loi. Voir Chronologie parlementaire pour 1972 sur le site de l'Assemblée nationale, et Lalancette 1972.
  2. a et b Michel Gratton — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  3. Signature d'une entente entre les Algonquins de Lac-Barrière et le Gouvernement du Québec concernant l'utilisation des ressources naturelles et le développement de la communauté, sur le site du Secrétariat aux affaires autochtones
  4. Rapport du médiateur, le juge Réjean Paul sur le problème de leadership au Lac Barrière, p. 8, 22

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Michel Gratton — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  • Élie Lalancette, « Gratton réélu dans Gatineau », L'Action Québec,‎ , p. 6 (lire en ligne)