Marc-Yvan Côté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marc-Yvan Côté
Fonctions
Ministre de la Santé et des Services sociaux

(4 ans et 3 mois)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Thérèse Lavoie-Roux
Successeur Lucienne Robillard
Ministre délégué à la Réforme électorale

(4 ans et 3 mois)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Michel Gratton
Successeur Roger Lefebvre
Ministre des Transports

(3 ans, 9 mois et 29 jours)
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (2)
Prédécesseur Guy Tardif
Successeur Sam Elkas
Député de Charlesbourg

(10 ans, 6 mois et 22 jours)
Législature Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Denis de Belleval
Successeur Jean Rochon
Député de Matane

(3 ans et 17 jours)
Législature Assemblée nationale du Québec
Prédécesseur Jean Bienvenue
Successeur Yves Bérubé
Biographie
Date de naissance (71 ans)
Lieu de naissance Sainte-Anne-des-Monts
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université du Québec à Trois-Rivières

Marc-Yvan Côté (né le 27 mars 1947 à Sainte-Anne-des-Monts) est un professeur et homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Né dans une famille fortement engagée politiquement, Marc-Yvan Côté a fait des études en histoire et en sciences politique et a enseigné quelques années dans sa ville natale de Sainte-Anne-des-Monts, mais il a toujours su qu'il allait faire carrière en politique[1]. L'occasion se présente aux élections de 1973, et il est élu dans sa circonscription de Matane avec tout près de 50 % des voix. À cette élection, le Parti libéral réussit un balayage presque complet des sièges, n'en laissant que huit à l'opposition. Marc-Yvan Côté a alors 26 ans.

Cependant, à l'élection suivante, en 1976, les fortunes électorales changent et le Parti québécois réussit à ravir le siège de Matane aux libéraux. Côté termine deuxième. Cependant, il est invité à travailler comme recherchiste pour l'aile parlementaire du Parti libéral et peut ainsi rester en contact avec la politique[1]. Il est un des organisateurs du congrès à la chefferie de 1978 qui mettait aux prises Raymond Garneau et Claude Ryan, l'éventuel vainqueur. L'année suivante, il organise avec succès l'élection de Jean-Claude Rivest pour succéder à Raymond Garneau, démissionnaire, dans la circonscription de Jean-Talon.

En 1980, Marc-Yvan Côté est un des organisateurs de la campagne victorieuse du NON lors du référendum sur la souveraineté du Québec[2]. Il n'est pas candidat à l'élection de 1981, se concentrant sur l'organisation de la campagne pour le Parti libéral. Après l'élection, perdue par son parti, il devient chef de cabinet du whip en chef de l'opposition, le député Michel Pagé. Il organise avec succès une élection partielle dans Louis-Hébert en 1982[3]. Peu après, Claude Ryan démissionne comme chef du Parti libéral; ses relations avec Marc-Yvan Côté n'avaient jamais été très bonnes.

L'ancien premier ministre Robert Bourassa a alors l'ambition de reconquérir le poste de chef du Parti libéral. Il sollicite Marc-Yvan Côté pour être son organisateur. Cette campagne sera un succès car Bourassa est élu chef avec une large majorité en octobre 1983[3]. Entretemps, Côté retrouve un siège de député en étant élu dans Charlesbourg en juin lors d'une autre élection partielle, avec 14 313 voix de majorité[4].

Ministre libéral[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales suivantes, en 1985, le Parti libéral revient au pouvoir et Marc-Yvan Côté est réélu dans Charlesbourg. Lors de ces élections, Côté était l'organisateur en chef pour l'Est du Québec[3]. Lors de la nomination du nouveau cabinet, il devient ministre des Transports, ministre responsable du Développement régional et président du comité ministériel de l'Aménagement et du Développement du territoire.

Le premier dossier important qu'il doit régler est celui de la privatisation de Québecair, transporteur aérien alors propriété du gouvernement mais déficitaire. La compagnie sera finalement vendue à Nordair. Il s'est aussi attaqué aux problèmes de transport à Montréal[5]; les principales réalisations dans ce dossier ont été la création de trains de banlieue et une importante rénovation de l'autoroute Métropolitaine.

Marc-Yvan Côté était également le ministre responsable de la région de Québec. Dans ce rôle, les dossiers dont il s'est principalement occupé sont ceux de la transformation de la gare du Palais en gare intermodale et la construction du Centre des congrès de Québec[5].

Avant les élections générales de 1989, Côté pense sérieusement abandonner la politique pour des raisons familiales et de santé[6]; le premier ministre Bourassa le convainc cependant de rester. Le Parti libéral est reporté au pouvoir et Marc-Yvan Côté est facilement réélu dans Charlesbourg[4]. Lors de la formation du nouveau cabinet, il obtient le ministère de la Santé et des Services sociaux, le plus important portefeuille en termes de budget; il devient également ministre délégué à la Réforme électorale.

Dans son mandat à la Santé, il met d'abord de l'avant la reconnaissance de la profession de sage-femme[6]. Ensuite, il poursuit la réflexion, déjà commencée par son prédécesseur Thérèse Lavoie-Roux sur la réforme du système de santé québécois. Cette réforme consistait d'abord à décentraliser les prises de décision vers les régions et les établissements de santé, puis à considérer le patient comme l'élément central du système de santé, et enfin à augmenter la visibilité du secteur des services sociaux. Côté se heurte cependant à une forte opposition des médecins, qui atteint son point culminant durant l'été 1991[6]. Le projet de réforme, après ajustements, est tout de même adopté en août[7].

En septembre 1993, Robert Bourassa, dont Marc-Yvan Côté est proche, annonce sa démission prochaine comme premier ministre et chef du Parti libéral. Côté n'est pas un partisan de Daniel Johnson qui succède à Bourassa en janvier 1994. Aussi, profite-t-il de l'occasion pour démissionner comme ministre et comme député le 11 janvier 1994[8].

Organisateur politique[modifier | modifier le code]

Après son retrait de la politique active, Marc-Yvan Côté participe à la campagne référendaire de 1995 dans le clan du NON (fédéraliste). Il continue à aider le Parti libéral du Québec lors des campagnes électorales, et devient aussi organisateur pour les libéraux fédéraux, à la demande d'André Ouellet et de son ami Jean Pelletier. Il prend la responsabilité de remonter l'organisation du Parti libéral du Canada dans l'Est du Québec, après le raz-de-marée du Bloc québécois (indépendantiste) aux élections fédérales de 1993. Il œuvre à ce titre pour les élections de 1997 et de 2000[8].

En 2005, Côté a comparu devant la commission Gomery qui enquête sur le scandale des commandites. Il reconnaît avoir reçu en 1997 des enveloppes contenant au total 120 000 $ en comptant, qu'il a remis aux candidats libéraux pour leurs dépenses électorales. Il n'a pas questionné l'origine de cet argent[9]. Cette affaire lui a valu un « bannissement à vie » du Parti libéral du Canada, qui a été cependant remis en question par la suite[10].

Carrière après la politique[modifier | modifier le code]

À sa sortie de la politique active, Marc-Yvan Côté a été vice-président du développement des affaires chez Roche ltée, Groupe-conseil, du 3 février 1994 à 2005[11]. En relation avec cet emploi, Marc-Yvan Côté a eu des démêlés avec Agnès Maltais, députée du Parti québécois, qui a affirmé en 2006 que Côté avait pu faire profiter à des promoteurs immobiliers de la fermeture du Jardin zoologique de Québec[12]. Insistant pour dire que les informations sur lesquelles se basait Agnès Maltais étaient inexactes, il intente une poursuite contre cette dernière pour 200 000 $. Cette poursuite s'est réglée à l'amiable en 2009[13].

Il a également été président de TUPP Canada, une compagnie spécialisée en produits de peinture, à partir de 2005, et administrateur de World Outfitters, une entreprise spécialisée dans l'organisation de voyages de chasse et de pêche, à partir de 2008[14].

Le nom de Marc-Yvan Côté a aussi été mentionné en 2013 dans le cadre des travaux de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, aussi appelée Commission Charbonneau. Côté était le patron de Gilles Cloutier chez la firme d'ingénieurs Roche. Cloutier a témoigné devant la Commission avoir régulièrement versé des pots-de-vin aux élus dans le cadre de ses fonctions au « développement des affaires » chez Roche[15],[16],[17],[18]. Il a été arrêté par l'Unité permanente anticorruption du Québec le 17 mars 2016, sous des accusations de fraude, corruption et abus de confiance[19].

Le fonds d’archives de Marc-Yvan Côté est conservé au centre d’archives de Québec de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (première partie)
  2. Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (deuxième partie)
  3. a b et c Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (troisième partie)
  4. a et b Les résultats électoraux depuis 1867, sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  5. a et b Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (quatrième partie)
  6. a b et c Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (cinquième partie)
  7. Christian Jetté, Les organismes communautaires et la transformation de l'État-providence : Trois décennies de coconstruction des politiques publiques dans le domaine de la santé et des services sociaux, Québec, Presses de l'Université du Québec, coll. « Pratiques et politiques sociales et économiques », , 422 p. (ISBN 9782760515383, lire en ligne), p. 246-252
  8. a et b Entrevue accordée à Gilles Morin dans le cadre de la série Mémoire de député, 2010 (sixième partie)
  9. Commandites: Marc-Yvan Côté se met à table, sur Radio-Canada.ca
  10. Scandale des commandites - Le purgatoire de Marc-Yvan Côté pourrait s'achever, Le Devoir, 25 janvier 2007
  11. Marc-Yvan Côté — Biographie sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
  12. Michel Hébert, « Marc-Yvan Côté poursuit Agnès Maltais pour 200 000 $ », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne)
  13. Agnès Maltais - Marc-Yvan Côté abandonne sa poursuite, sur Radio-Canada.ca, repris par MSN Actualités
  14. Presse Canadienne, « Marc-Yvan Côté nommé au conseil de World Outfitters », La Presse,‎ (lire en ligne)
  15. Patrick Lagacé, « Le triangle Marc-Yvan Côté, cash et commissions d’enquête : le blogue de Patrick Lagacé », La Presse,‎ (lire en ligne)
  16. « Les élus au cœur de la prospérité de Roche », sur Le Huffington Post Québec reprenant une nouvelle de Radio-Canada, (consulté le 26 octobre 2013)
  17. Normand Lester, « Les libéraux, de Gomery à Charbonneau », La chronique de Normand Lester, sur Yahoo! Québec actualités, (consulté le 26 octobre 2013)
  18. Brian Myles, « Le rôle obscur de Marc-Yvan Côté », L'Actualité,‎ (lire en ligne)
  19. Denis Lessard, Kathleen Lévesque et Vincent Larouche, « L'UPAC arrête d'ex-membres influents du PLQ dont Nathalie Normandeau », La Presse,‎ (lire en ligne)
  20. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, « Bibliothèque et Archives nationales du Québec - Fonds Marc-Yvan Côté (P643) » (consulté le 10 février 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]