Michèle Sebag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michèle Sebag
Michèle Sebag.jpg
Michèle Sebag en 2014.
Fonction
Présidente
Association française pour l'intelligence artificielle
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Edwin Diday (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction

Michèle Sebag est une chercheuse en informatique française, directrice de recherche au CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École normale supérieure de jeunes filles de 1975 à 1979, elle obtient l'agrégation de mathématiques en 1978[1]. Elle est ingénieure chez Thomson-CSF[2] (1980-1985), et suit les cours d'intelligence artificielle de Jean-Louis Laurière à l'université Paris 6[3]. En parallèle, elle obtient un DEA d'économie à l'université Paris-Nanterre en 1983[4]. Devenue ingénieur conseil, elle prépare à l'université Paris-Dauphine un doctorat sous la direction d'Edwin Diday, de Yves Kodratoff de l'Université Paris-Sud et de Joseph Zarka du Laboratoire de Mécanique des Solides de l’École polytechnique, qu'elle soutient en 1990[5].

En 1991, elle est recrutée comme chargée de recherche au CNRS dans le Laboratoire de mécanique des solides de l’École polytechnique[6]. Après avoir passé son habilitation à diriger des recherches en 1997 à l'université Paris 11, elle rejoint en 2001 le LRI, Laboratoire de recherche en informatique d'Orsay[7], où elle devient en 2003 directrice de recherche du CNRS[8]. Spécialisée en intelligence artificielle[9] et en fouille de données, elle est présidente de l'Association française pour l'intelligence artificielle de 2003 à 2010[7]. En 2010, elle est nommée membre du Conseil scientifique de l’institut des sciences informatiques et de leurs interactions du CNRS[10].

Le , elle est élue membre titulaire de l'Académie des technologies[11] et est nommée le au Conseil national du numérique, parmi les 10 personnalités issues du secteur académique[12]. Le elle devient chevalière de la Légion d'honneur[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Colloque intelligence artificielle de Cabourg », La lettre de l'adeli, no 114,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  2. (en) « MAGIE - Mass of data Applied to Grids: Instrumentation and Experimentations », sur Indico (consulté le 17 mars 2019)
  3. Philippe Passebon, « L’experte du Data Mining », Industrie & Technologies,‎ , p. 33 (lire en ligne)
  4. « Michèle Sebag », sur ActuIA (consulté le 17 mars 2019)
  5. Michèle Sebag, Une approche symbolique-numérique pour la discrimination à partir d'exemples et de règles : l'apprentissage multicouches (thèse de doctorat en sciences appliquées), Université Paris-Dauphine, (présentation en ligne)
  6. « Chercheuse tout-terrain : Michèle Sebag, responsable de l’équipe apprentissage et optimisation du LRI-CNRS », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  7. a et b « Les académiciens élus en 2017 », sur Académie des technologies, (consulté le 17 mars 2019)
  8. « Liste des lauréats - section 07 - concours N° 07/01: 6 directeurs de recherche de 2ème classe », sur CNRS (consulté le 14 novembre 2019)
  9. Isabelle Mourgere, « Légion d'honneur du 1er janvier 2019 : une promotion sous l'ère de la parité », sur TV5 Monde, (consulté le 14 novembre 2019)
  10. « DEC105080SGCN - Décision portant nomination des membres du Conseil scientifique de l’institut des sciences informatiques et de leurs interactions. », sur CNRS, Bulletin officiel du CNRS - n°12, (consulté le 14 novembre 2019)
  11. « Décret du 1er mars 2018 portant approbation d'élections à l'Académie des technologies », sur Légifrance,
  12. « Arrêté du 11 décembre 2017 portant nomination au Conseil national du numérique », sur Légifrance,
  13. « Décret du 31 décembre 2018 portant promotion et nomination », sur Légifrance,

Liens externes[modifier | modifier le code]