Metacomet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metacomet
Metacomet
Metacomet
Titre
Grand Sachem des Wampanoags
16611676
Prédécesseur Massasoit
Biographie
Date de naissance v. 1639
Date de décès 12 août 1676 (à environ 37 ans)
Conjoint Wootonekanuske

Metacom (environ 1639-), aussi connu en tant que King Philip (« Roi Philip »), était un chef de guerre amérindien ou un sachem de la tribu Wampanoag. Il sera leur chef durant la guerre du Roi Philip.

Biographie[modifier | modifier le code]

Metacom est le second fils de Massasoit. Il devient chef en 1662 lorsque son frère Wamsutta (ou Roi Alexander) décède. La veuve de ce dernier, Weetamoo, sachem de la tribu Pokanoket, devient son alliée et amie pour le reste de sa vie. Metacom se marie avec Wootonekanuske, la plus jeune sœur de Weetamoo.

Metacom déteste la chrétienté. Il pense qu'il s'agit d'une horrible religion et qu'il serait un chef irresponsable en acceptant la conversion. Beaucoup essayent de le convertir mais tous échouent. Au début, il cherche à vivre en harmonie avec les nouveaux colons. En tant que Sachem, il s'occupe du commerce avec ces derniers. Il prend le nom de Philip et achète ses vêtements à Boston.

Les colonies continuent à s'étendre en Amérique du Nord à partir de l'est. À l'ouest, la Confédération Iroquoise continue également son expansion en repoussant les tribus ennemies vers l'est. Ces tribus sont ainsi repoussées sur le territoire de la tribu de Metacomet.

Finalement, en 1671, les chefs de la colonie de Plymouth le forcent à accepter de nombreuses concessions. Il cède une bonne partie de l'armement et de munitions de sa tribu et doit accepter les lois anglaises. La tension monte jusqu'à l'éclatement des hostilités en 1675.

Guerre de roi Philip[modifier | modifier le code]

« Trône du roi Philip », un lieu de réunion sur le Mont Hope (Rhode Island).
Article détaillé : Guerre du Roi Philip.

Metacomet se dépêche de lever son armée de guerriers pour les entraîner dans une insurrection qui porte le nom de « guerre du Roi Philip ». Mary Rowlandson, qui avait été faite prisonnière lors d'un raid sur Lancaster, écrit un article sur une réunion avec Metacomet pendant sa captivité. Lorsqu'il sent que la guerre tourne mal pour son camp, il trouve refuge dans le grand marécage Assowamset au sud de Rhode Island. Il y reste un long moment avec sa famille et quelques suiveurs.

Traqué par un groupe de rangers conduits par le capitaine Benjamin Church, il est abattu par John Alderman, un amérindien converti au christianisme le dans le marais Miery à proximité du mont Hope à Bristol. Après sa mort, sa femme et son fils de 8 ans sont capturés, puis vendus comme esclaves et envoyés dans les Bermudes. La tête de Metacomet est empalée sur un pic à l'entrée de Fort Plymouth durant deux décennies. Son corps est découpé en morceaux et pendus dans des arbres. Alderman prend une des mains comme récompense[1].

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le conte The Devil and Daniel Webster, Metacom est tué par une balle dans la tête (dans la réalité il sera tué d'une balle dans le cœur). Il est caricaturé comme un traitre des États-Unis. Metacom apparait également dans le film de 1995 Les Amants du nouveau monde. Dans son roman de 1820 The Sketch Book of Geoffrey Crayon, Washington Irving le dépeint dans une version plus sympathique dans le sketch Philip of Pokanoket.

Héritages[modifier | modifier le code]

Philip, King of Mount Hope, 1772 par Paul Revere. Revere représenta l'homme comme un pygmée en vue de le rendre repoussant[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Pictet, L'Épopée des Peaux-Rouges, Éditions Favre 1988, p.162
  2. Bourne, p. 4
  3. (en) MGA Links at Mamantapett