Maxime Collignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aquarelle de Maxime Collignon, dessinateur de l'expédition de Louis Duchesne en Anatolie, en 1878. Ici, le khan de Bouldour, aujourd'hui (Burdur).

Léon-Maxime Collignon (né le à Verdun et mort le à Paris) est un archéologue et historien de l'art du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été au lycée Louis-le-Grand et à Sainte-Barbe, il devient élève à l'École normale supérieure en 1868. Il est reçu deuxième à l'agrégation de lettres à 27 ans en 1872 et il devient docteur ès lettres en 1878. Il est chargé de cours, en novembre 1876, de la nouvelle chaire « Antiquités grecques et latines » instituée à la faculté des lettres de Bordeaux puis il devient professeur de cette chaire en 1879. Il est ensuite suppléant de Georges Perrot à la faculté des lettres de Paris en 1883, chargé de cours d'archéologie en 1886, professeur adjoint en 1892 et professeur d'archéologie dans cette même université en 1900[1]. Il est remplacé à Bordeaux par Pierre Paris[2].

Il a été membre de l'Institut de France, de l'École française d’Athènes et membre résidant de la Société nationale des antiquaires de France.

En 1907, il découvre la sculpture qui sera dénommée la Dame d'Auxerre dans les réserves du musée municipal d’Auxerre, en Bourgogne[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxime Collignon, Essai sur le mythe de Psyché, Paris, E. Thorin, 1877 (thèse de doctorat).
  • Maxime Collignon et Louis Duchesne, Rapport sur un voyage archéologique en Asie Mineure in Bulletin de correspondance hellénique, Thorin, Paris, 1877.
  • Maxime Collignon, Notes d’un Voyage en Asie-Mineure in Revue des Deux Mondes, tome 37, 1880.
  • Maxime Collignon et Olivier Rayet, Histoire de la céramique grecque, Paris, G. Decaux, 1888.
  • Maxime Collignon, Lysippe, Paris, H. Laurens, 1905.
  • Maxime Collignon, Scopas et Praxitèle, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1907.
  • Maxime Collignon, Le Parthénon, Paris, Hachette, 1914.

Spécialiste de l'histoire de la sculpture grecque, il publie :

  • Maxime Collignon et Louis Couve, Catalogue des vases peints du Musée de la Société archéologique d'Athénes, E. Thorin, 1878 ;
  • Manuel d'archéologie grecque, 1881 ;
  • Mythologie figurée de la Grèce, 1883 ;
  • Histoire de la sculpture grecque, Firmin-Didot et Cie. Paris, 1892 ;
  • Les Fouilles de Priène, Revue des Deux Mondes, 1901 ;
  • Les statues funéraires dans l'art grec, Paris, E. Leroux , 1911 ;
  • L'archéologie classique, Paris, Larousse, 1915.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Charle, « 21. Collignon (Léon, Maxime) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 44–46 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  2. Catherine Béguerie, « L’enseignement de l’histoire de l’art à Bordeaux. : Premiers cours, premiers professeurs : l’émergence d’une discipline », Revue Archéologique de Bordeaux, tome , année 2004, p. 225-238, vol. XCV,‎ , p. 225-238 (lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)
  3. Philippe Jockey, « Maxime Collignon », Dictionnaire critique des historiens de l'art, Institut National d'Histoire de l'Art (INHA),‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]