Maurice de Noisay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice de Noisay
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Maurice PagnierVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Maurice de NoisayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Maurice de Noisay, de son vrai nom Maurice Pagnier, né le à Noisy-le-Grand et mort en 1942, est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut selon l'expression du critique Henri Clouard, « le plus dandy des transfuges » passant du symbolisme au néo-classicisme. Ses recueils de vers (L'Âme en route en 1905, Les douze flèches d'Éros en 1912) témoignent de cette évolution vers une création qui s'exprime dans une langue parfaite et qui discipline les sentiments.

Il collabora à de nombreuses revues politiques et littéraires du début du XXe siècle, parmi lesquels Les Guêpes de Jean-Marc Bernard et la Revue critique des idées et des livres de Jean Rivain et Eugène Marsan. Proche de Charles Maurras et des idées de l'Action française, il s'est tu après la Première Guerre mondiale, au grand regret des amateurs de fier langage et de sentiments pensés.

Il est inhumé dans la chapelle Leblond-Pagnier au cimetière du Père-Lachaise (56e division).

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • L'Âme en route (1905)
  • Les douze flèches d'Eros (1912)
  • Essai sur les courses de chevaux en France (NRF, 1921)
  • Élégies de la guerre et de la paix (Cité du Livre, 1926)
  • Le triomphe du maigre (Ferneczy, 1926)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France (données) • Bibliothèque du Congrès • WorldCat