Maurice Grammont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Grammont
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
MontpellierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Maurice Grammont est un linguiste (comparatiste, indo-européaniste), phonéticien, dialectologue français, né le à Damprichard (Doubs), mort le à Montpellier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Grammont suit des études d'indo-européen à Fribourg-en-Brisgau et à Berlin, ainsi que des études de linguistique à Paris auprès de Michel Bréal, Arsène Darmesteter, Jules Gilliéron, Gaston Paris, Ferdinand de Saussure. Il est également élève de l’Abbé Rousselot en phonétique.

En 1892, il est nommé à la faculté des lettres de Dijon, où il enseigne la linguistique, le lituanien et le gothique. Il occupe ensuite la chaire de grammaire et philologie de la faculté des Lettres de Montpellier, de 1895 à sa retraite académique, en 1939. Il fonde en 1904-1905 le Laboratoire de phonétique expérimentale de l'université de Montpellier et est nommé directeur de la Revue des Langues Romanes.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Dissimilation consonantique dans les langues indo-européennes et dans les langues romanes. Dijon, 1895.
  • Le patois de la Franche-Montagne et en particulier de Damprichard (Franche-Comté). Bouillon, 1901 (290 p.; [1].
  • « Réflexions sur les lois phonétiques » in Mélanges linguistiques offerts à M. Antoine Meillet : Paris : C. Klincksieck, 1902, 115-131.
  • Petit traité de versification française. Armand Colin, 1911.
  • La prononciation française et comment se prononce le français. 1913.
  • La prononciation française. Delagrave, 1926.
  • Traité pratique de prononciation française. Delagrave, 1914.
  • Le vers français. Ses moyens d'expression, son harmonie. Éditions Édouard Champion, 1923.
  • Traité de phonétique. Delagrave, 1933.
  • Phonétique du grec ancien. IAC, 1948.
  • Essai de psychologie linguistique, style et poésie. Delagrave, 1950.

Proposition de simplification de l’orthographe française[modifier | modifier le code]

Maurice Grammont a proposé de simplifier l’orthographe du français. Sa proposition a été appliquée par un de ses collègues, le linguiste Jules Ronjat, qui résume la réforme ainsi:

« Pour le français je pratique deux simplifications recommandées par M. Grammont (RLR 1906, p 537-545): i au lieu de y ne valant pas deux i (noyer, mais sistème) ; suppression de h en tête de syllabe (omme, caoter, aüri) et après r et t (Rône, arres, téâtre), f au lieu de ph (fonème), ch conservé uniquement pour [š] (arche mais arkéologie). » — Jules RONJAT, 1930-1941, Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, Montpellier: Société des langues romanes, tome I, §41, page 75.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Durand J. & Laks B., 2000, « Relire les phonologues du français : Maurice Grammont et la loi des trois consonnes », Langue française, 126, p. 29-38.
  • Fryba-Reber Anne-Marguerite :
    • « Maurice Grammont et l'École française de linguistique », Cahiers Ferdinand de Saussure 52, 1999, 139-153.
    • « Maurice Grammont », dans Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques II, éd. B. Colombat assisté de E. Lazcano, HEL hors série 3, Paris, 2000, 399-401.
    • « Maurice Grammont, Antoine Meillet et l'institutionnalisation de la linguistique en France », Revue des langues romanes, 105, 2001, 503-517.
  • Louis Halphen, « Éloge funèbre de M. Maurice Grammont, membre libre non résidant de l'Académie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1946, vol.90-4, p. 560-565 [lire en ligne]
  • Vera Kovarsky, L'œuvre scientifique de Maurice Grammont, Membre de l'Institut, Librairie le François, 1949.
  • Georges Mounin, « Paul Valéry et Maurice Grammont ». In : Mounin, Georges, La Littérature et ses technocraties. Tournai (Belgique) : Casterman, 1978, p. 86-95.
  • I. Vilkou-Poustovaïa, « Martinet face à Grammont — une rencontre manquée entre Troubetzkoy et Saussure », in P. Martin (dir.), La linguistique, 38:2, 2002, p. 117-131.
  • E. Wiblé, « Maurice Grammont 1866-1946 », Cahiers Ferdinand de Saussure 7, 1948, 45-46.

Liens externes[modifier | modifier le code]