Maurice Déribéré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maurice Déribéré ( - ) est un ingénieur chimiste français, spécialiste de la couleur, également auteur prolifique sur de nombreux sujets.

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Maurice Déribéré, fils de cheminot, poursuit ses études au Lycée Lakanal puis à l'École Bréguet (actuellement École supérieure d'ingénieurs en électrotechnique et en électronique - Engineering). Il en sort ingénieur EBP en 1928. En 1932, il devient chef de fabrication aux Établissements Keller et Leleux, puis, en 1935, rédacteur en chef aux Éditions Textiles et Techniques. L'année suivante, il dirige une entreprise d'électrochimie. En 1939, il est promu chef d'un laboratoire de recherches, puis en 1954, chef du centre d'éclairagisme pour le compte de la Compagnie des Lampes Mazda, jusqu'en 1972[1].

Parallèlement, il devient photographe de plateau pour le film Napoléon de Sacha Guitry en 1955. En 1969, il est directeur de la revue Couleurs et fonde la même année le Centre d'information sur la couleur, qu'il préside jusqu'à son décès[2].

Il est conférencier auprès de nombreuses associations et auprès de plusieurs écoles d'ingénieurs[3].

Recherches[modifier | modifier le code]

Sa passion pour la couleur l'amène à s'intéresser à de multiples sujets autour de ce thème initial : il poursuit des recherches sur la sensibilité dermo-optique, sur l'influence physiologique de la lumière et de la couleur sur l'homme, sur le rôle de la couleur dans les traditions anciennes et extrême-orientales. Auteur prolifique, il écrit des livres autant sur les procédés techniques relatifs aux couleurs que sur les couleurs dans les mondes anciens et traditionnels[4].

Maurice Déribéré est l'inventeur de la fluographie[5]. Il vulgarise pour l'Europe plusieurs procédés de séchages et de traitements thermiques par les infrarouges[6].

Il est également passionné de minéraux et de voyages.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est titulaire de nombreuses autres distinctions[7].

Bibliographie indicative[8][modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • La couleur dans les activités humaines, Dunod 1958
  • Maurice Déribéré, La couleur, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je » (no 220), , 12e éd. (1re éd. 1964) (sommaire).
  • L'éclairage, Presses universitaires de France, collection Que sais-je ?, no 346, 1964
  • Préhistoire et histoire de la lumière, Éditions France-Empire, 1979 (en collaboration avec son épouse Paulette)

ouvrages de physique et de technique[modifier | modifier le code]

  • La coloration des papiers, Éditions de la Papeterie, 1936
  • Le titane et ses composés dans l'industrie, Dunod, 1936
  • Les applications de la lumière de Wood et les rayons ultraviolets, Édition textile et technique, 1937
  • Les applications industrielles du pH, Dunod, 1938
  • Les applications industrielles de la luminescence, 1938
  • La bentonite - les argiles colloïdales et leurs emplois, Dunod, 1943
  • La photographie à l'infra-rouge, Éditions textiles et techniques, 1944
  • Les applications pratiques de la lumiscence, Dunod, 1946
  • Les applications pratiques des rayons infrarouges, Dunod, 1947
  • Les applications pratiques des rayons ultraviolets, Dunod, 1947
  • La photographie en couleur, Publications Paul Montel, 1949
  • De l'ultraviolet à l'infrarouge, Éditions textiles et techniques, 1951
  • Trucs photographiques, Prisma, 1958
  • L'éclairage et l'installation électrique dans le bâtiment (ouvrage collectif) Éditions Eyrolles, 1958, 2e édition 1968
  • L'éclairagisme : lumière et couleur (ouvrage collectif), Les Yeux ouverts, 1962
  • La lumière dans notre vie - Techniques nouvelles d'éclairagisme, Revue Diagrammes, no 113, juillet 1966
  • L'éclairage naturel et artificiel dans le bâtiment (avec Madame Chauvel) Éditions Eyrolles, 1967

ouvrages sur le nucléaire[modifier | modifier le code]

  • L'énergie atomique, Éditions Elsevier, 1945
  • Expériences atomiques, Éditions Elsevier, 1946
  • L'Uranium - la clef et la source des énergies nucléaires, Elsevier, 1946

ouvrages de Minéralogie et de Zoologie[modifier | modifier le code]

  • Bizarreries du monde minéral, Prisma, 1946
  • Le ver luisant - lumière vivante, Prisma, 1946
  • Images étranges de la Nature, Éditions de Varenne, 1951
  • Le Caméléon, un caprice de la Nature, Éditions EREC (OCLC 30046330)

ouvrages sur les Mondes anciens et traditionnels[modifier | modifier le code]

  • Connaissance de l'Afrique : L'Éthiopie, berceau de l'Humanité, Société continentale d'édition moderne, 1972
  • Connaissance des Iles : Bali, l'île aimée des dieux, Société continentale d'édition moderne, 1973
  • Au pays de la Reine de Saba - Les premiers matins du Monde, Éditions France-Empire, 1977
  • Histoire mondiale du Déluge, Éditions Robert Laffont, 1978
  • Indonesia, Éditions Debroisse

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. anciens exemplaires du Who's who et http://s484505799.onlinehome.fr/js/EVIERDL/bio.htm
  2. Article de Claude DARRAS, Opticien sur : http://www.creatic.fr/cic/B021Doc.htm.
  3. Notamment l'École d'électrochimie de Toulouse et l'École de l'aviation civile d'Orly, voir la même référence.
  4. Par exemple sur l'Éthiopie, Bali et sur l'île de Pâques, voir les ouvrages en bibliographie.
  5. Procédé de photographie avec de la lumière ultraviolette d'un document traité auparavant avec des produits fluorescents, permettant d'étudier des surfaces. En ophtalmologie, cette même technique permet de détecter des maladies de l'œil ou des vaisseaux sanguins.
  6. Voir Note 1.
  7. Médaille de la courtoisie française, Médaille d'or de la Société d'encouragement pour la recherche et l'invention, voir la référence en note 1 ci-dessus.
  8. D'autres titres sont disponibles sur le site http://www.creatic.fr/cic/ onglet historique / M. Déribéré / Bibliographie.