Matouba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Matouba
Matouba
Le monument à Louis Delgrès sur le site de Matouba.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Canton Saint-Claude
Intercommunalité Grand Sud Caraïbe
Commune Saint-Claude
Géographie
Coordonnées 16° 02′ 32″ nord, 61° 41′ 42″ ouest
Altitude Min. 500 m
Max. 650 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 15.svg
Matouba
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 15.svg
Matouba
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 15.svg
Matouba
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 15.svg
Matouba

Matouba est un lieu-dit de la commune de Saint-Claude en Guadeloupe. Ce site est célèbre d'un point de vue historique avec la mort de Louis Delgrès, économique avec sa source d'eau naturelle puisée à 742 m d'altitude dans le parc national de la Guadeloupe protégé de toute pollution, et touristique avec le saut de Matouba et le départ de différents « traces » de randonnée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chapelle du Vœu-de-Matouba

Matouba est le lieu où s'est déroulé un haut-fait de l'abolition de l'esclavagisme. Le commandant Louis Delgrès, à la tête de trois cents hommes, femmes et enfants, résiste et finit par s'y retrancher à l'habitation d'Anglemont où, le 28 mai 1802, il préfére se sacrifier avec ses hommes en faisant exploser leur retranchement plutôt que se rendre. Les survivants seront exécutés. Parmi eux, Solitude, une femme enceinte, est arrêtée, condamnée à mort et emprisonnée jusqu'à son accouchement. Elle est pendue le , le lendemain de son accouchement. Une stèle commémorative rappelle ces événements.

Matouba devient dès le milieu du XIXe siècle le lieu de résidence privilégié des notables et hauts fonctionnaires du fait de son climat plus frais en altitude et de l'absence de moustiques, vecteurs de maladies tropicales (fièvre jaune, dengue, paludisme).

À la suite d'une activité volcanique de la Soufrière en 1956, les habitants de Matouba, inquiets, s'engagèrent à construire un édifice religieux sur les pentes du volcan[1]. Grâce aux dons, la chapelle du Vœu-de-Matouba (rattachée à la paroisse de l'église Saint-Augustin) est donc construite à proximité à partir de , inaugurée le par Jean Gay, l'évêque du diocèse de Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, et dédiée « au vœu de 1956 » le [2].

L'eau de Matouba[modifier | modifier le code]

Matouba bénéficie d'une usine moderne d'embouteillage d'eau de source, l'eau Matouba, nichée en pleine montagne[3]. Cette eau est captée à 742 m d'altitude à la source Roudelette. Son point de captage se situe sur la zone protégée du parc naturel de Saint-Claude, loin de toute agglomération et pollution. L'usine possède un laboratoire interne où sont réalisés des contrôles organoleptiques, physico-chimiques et microbiologiques. L'eau de source Matouba est commercialisée dans la Caraïbe[4]. Elle possède une gamme variée de produits en plus de l'eau plate: eau pétillante, eau aromatisée et du thé.

Randonnée[modifier | modifier le code]

À proximité de la Maison forestière à Grand Matouba (située à 677 m d'altitude) se trouve le départ de la trace Victor Hugues, qui s'enfonce dans le parc national de la Guadeloupe, à travers la forêt humide et luxuriante, vers les mornes Grande Découverte (1 263 m), du Col (1 281 m) et Carmichaël (1 414 m). Le dénivelé est important et la promenade assez difficile. Par temps pluvieux, le franchissement des ravines alimentant la Rivière Rouge peut s'avérer compliqué, voire impossible.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Chapelle du Matouba sur le site de la commune de Saint-Claude
  2. Cinquantenaire de la dédicace de la chapelle du Vœu-de-Matouba sur le site du diocèse de la Guadeloupe.
  3. Site officiel de la marque d'eau de source Matouba
  4. « L'eau de Matouba », SOOAF,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Lafleur, Saint-Pierre du Matouba : À l'origine de la commune de Saint-Claude, coll. « Hommes et sociétés », éditions Karthala, 2014, (ISBN 9782811111687), 221 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]