Mary Renault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mary Renault
Nom de naissance Eileen Mary Challans
Naissance
Forest Gate, Essex (Royaume-Uni)
Décès (à 78 ans)
Le Cap (Afrique du Sud)
Distinctions
Prix MGM 1948
Auteur
Langue d’écriture anglais
Genres

Œuvres principales

La Danse du taureau
Le Masque d'Apollon
Le Feu du ciel
L'Enfant perse

Mary Renault[1], née Eileen Mary Challans (née le 4 septembre 1905, morte le 13 décembre 1983) est une écrivaine britannique principalement connue pour ses romans historiques ayant pour cadre la Grèce antique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eileen Mary Challans naît le 4 septembre 1905 à Forest Gate, dans l'Essex (à présent dans Londres), au Royaume-Uni. Elle fait ses études au St Hugh's College d'Oxford, qui est un collège réservé aux femmes à cette époque. Elle y reçoit un diplôme d’undergraduate en anglais en 1928. Elle suit ensuite une formation d'infirmière au Radcliffe Infirmary (en), un hôpital du centre d'Oxford. Elle y rencontre Julie Mullard, une collègue infirmière, avec qui elle noue une relation amoureuse qui dure toute sa vie.

Tout en poursuivant son emploi d'infirmière, elle entame une carrière littéraire. Elle soigne les réfugiés évacués de la ville française de Dunkerque à l'hôpital de Winford (en) dans la région de Chew Valley (dans le Nord du Somerset) et elle travaille au service de chirurgie du cerveau du Radcliffe Infirmary jusqu'en 1945. En 1939, elle publie son premier roman, Purposes of Love, qui, comme la plupart de ses premiers romans, se déroule à l'époque contemporaine ; la romancière Linda Proud décrit le livre[2],[3] comme « un étrange mélange de platonisme et de romance d'hôpital ». En 1943, elle publie un roman intitulé The Friendly Young Ladies qui décrit une relation lesbienne entre une écrivaine et une infirmière et semble avoir été inspirée par sa propre relation avec Julie Mullard.

En 1948, avec son roman Return to Night, Mary Renault remporte le prix Metro-Goldwyn-Mayer d'une valeur de 150 000 dollars. Renault et Mullard émigrent alors en Afrique du Sud où elles passent le reste de leur vie. Là, selon Linda Proud[3],[4], elles trouvent une communauté d'expatriés homosexuels qui « avaient fui les attitudes répressives alors adoptées au Royaume-Uni envers l'homosexualité en faveur de l'atmosphère par comparaison plus libérale de Durban... Mary et Julie eurent alors la possibilité de fonder ensemble un foyer dans ce nouveau pays sans que cela ne provoque le tollé qu'elles avaient parfois soulevé dans leur pays natal. » Renault et Mullard adoptent cependant une attitude critique envers les aspects moins ouverts de leur nouveau pays et s'engagent dans le mouvement Black Sash qui s'oppose à l'apartheid dans les années 1950.

En 1953, Mary Renault publie The Charioteer, qui se déroule dans les années 1940 et décrit l'histoire de deux conscrits homosexuels qui prennent modèle sur les idées du Phèdre et du Banquet de Platon pour vivre leur amour.

Mary Renault meurt au Cap le 13 décembre 1983.

Les œuvres de Mary Renault[modifier | modifier le code]

Les romans historiques de Mary Renault se déroulent tous en Grèce antique. Ils comptent notamment un diptyque consacré au héros mythologique Thésée et une trilogie suivant la vie d'Alexandre le Grand. Mary Renault n'était pas helléniste de formation, mais ses romans montraient une reconstitution attentive de l'Antiquité. Certains éléments figurant dans ses romans historiques et dans sa biographie The Nature of Alexander ont cependant été remis en question ou sont désormais dépassés. Selon Kevin Kopelson, professeur d'anglais à l'université d'Iowa, Mary Renault décrit erronément les relations pédérastiques en Grèce antique sous un jour héroïque qu'elles n'avaient pas nécessairement[5]. Ses romans sur Thésée s'appuient sur les écrits controversés de Robert Graves. Dans The Last of the Wine, elle met en scène un Démosthène cruel, corrompu et lâche, à rebours de sa postérité généralement positive depuis l'Antiquité. Mary Renault défendait ses partis pris dans des notes d'auteure placées à la fin de ses romans.

D'autres types de critiques ont été émis à propos des romans de Renault. Dans sa biographie de l'écrivaine, David Sweetman remarque que Renault donne souvent un portrait négatif des personnages de mères, et que ses tout derniers romans donnent une image négative des femmes en général[6]. Ce dernier point a également été remarqué par Carolyn Heilburn[7].

Les romans de Mary Renault rassemblent rapidement un lectorat d'hommes homosexuels. L'écrivain et critique américain Daniel Mendelsohn relate ainsi, dans un article du New Yorker paru en 2013, la façon dont la lecture des romans de Renault l'a aidé à reconnaître et à accepter son homosexualité dans son adolescence[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans à sujets contemporains[modifier | modifier le code]

  • 1939 : Purposes of Love (titre américain : Promise of Love)
  • 1940 : Kind Are Her Answers (1940)
  • 1944 : The Friendly Young Ladies (titre américain : The Middle Mist)
  • 1947 : Recours à la nuit (Return to Night, littéralement Retour à la nuit)
  • 1948 : The North Face
  • 1953 : The Charioteer

Romans historiques[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Lysis et Alexias (The Last of the Wine). Le roman se déroule à Athènes pendant la guerre du Péloponnèse. Le personnage principal est un élève de Socrate.
  • 1958 : La Danse du taureau (The King Must Die). La vie du héros mythologique Thésée jusqu'à la mort de son père Égée.
  • 1962 : The Bull from the Sea. Suite du roman précédent : le reste de la vie de Thésée.
  • 1966 : Le Masque d'Apollon (The Mask of Apollo). La vie d'un acteur à l'époque de Platon et de Denys le Jeune.
  • 1969 : Le Feu du ciel (Fire from Heaven). La jeunesse d'Alexandre le Grand de l'âge de quatre ans jusqu'à la mort de son père.
  • 1972 : L'Enfant perse (The Persian Boy). Roman narré par Bagoas. La vie d'Alexandre après sa conquête de la Perse.
  • 1978 : The Praise Singer. Sur la vie du poète Simonide de Céos.
  • 1981 : Les Jeux funéraires (Funeral Games). La mort d'Alexandre le Grand et les querelles entre ses successeurs, les diadoques.

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • 1964 : Le Lion aux portes de la ville (The Lion in the Gateway: The Heroic Battles of the Greeks and Persians at Marathon, Salamis, and Thermopylae). Livre sur les guerres médiques.
  • 1975 : The Nature of Alexander. Biographie d'Alexandre le Grand.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Elle le prononçait toujours "Ren-olt", même si tout le monde parlait d'elle comme si elle était une voiture française » (« She always pronounced it 'Ren-olt', though almost everyone would come to speak of her as if she were a French car. ») David Sweetman, Mary Renault: A Biography, Orlando (FL), Harvest/HBJ, 1994, p. 74. (ISBN 0-15-600060-1).
  2. « a strange combination of Platonism and hospital romance ».
  3. a et b Linda Proud, « The Glimpse of a Strong Greek Light », article dans la revue Historical Novel Society en 1999.
  4. « escaped the repressive attitudes towards homosexuality in Britain for the comparatively liberal atmosphere of Durban.... Mary and Julie found themselves able to set up home together in this new land without causing the outrage they had sometimes provoked at home. »
  5. Kevin Kopelson, Love's Litany : The Writing of Modern Homoerotics, Stanford University Press, 1994. Introduction.
  6. Sweetman (1993), p. 166.
  7. Carolyn Heilbrun, Reinventing Womanhood, 1979, chapitre 3.
  8. « The American Boy », article de Daniel Mendelsohn dans The New Yorker le 7 janvier 2013. Page de résumé consultée sur le site du magazine le 26 avril 2014.

Bibliographie sur Mary Renault[modifier | modifier le code]

  • (en) David Sweetman, Mary Renault: a biography, Londres, Chatto & Windus, 1993, (ISBN 0-7011-3568-9).
  • (en) Caroline Zilboorg, The Masks of Mary Renault : a literary biography, Columbia et Londres, University of Missouri Press, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]