Martin Schippert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Martin Schippert, surnommé Tino, né le 1er mai 1946 et mort en 1981, est un “halbstarker“, rocker et témoin de la période post-68. Il a fondé le premier groupe "Hells Angels" suisse.

Tino était une source d'inspiration par Friedrich Dürrenmatt (Sergius Golowin les a rendu célèbres).

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin "Tino" Schippert a grandi dans un milieu aisé, au Zürichberg. À cause de problèmes de santé, il doit aller au Kindererholungsheim Celerina. Il n'était pas un bon élève.

Il suit un apprentissage de matelot sur le Rhin. Il passe l’examen intermédiaire sans problèmes.

Tino fonde les Rächer Basel, un groupe "Halbstarken". Mais ils ne durent longtemps. Il devient membre du club Rächer zurichois, qu’il rebaptise Revengers. Tino devient leur leader en 1966.

En 1965 Tino a un accident de moto très grave, mais il n'abandonne pas pour autant la moto, ce qui est considéré dans son milieu comme le « test des motards ».

La groupe est renommé Lone-Stars. Tino est condamné pour de multiples délits à un an et demi de prison. Il est libéré début 1968.

Dans une crise personnelle (probablement), il quitte sa fonction de chef des Lone-Stars. Mais pendant un voyage de voiture, il est subitement inspiré, lorsque quelqu’un lui fait la lecture de Freewheelin Frank (la biographie d’un Hells Angel).

Les Lone Stars veulent fonder un groupe « Hells Angels ». Le groupe prend le nom de Hells Angels - Lone-Stars sans permission. Selon un membre important des Hells Angels d'Oakland, ils ne peuvent pas s’approprier cette appellation sans permission, doivent partir aux É.-U. passer un temps d’examen comme "Prospects" (aspirants), qu'ils réussissent.

Plus tard, Tino doit fuir à cause des délits et viols commis par le groupe. Au réveillon 1971, il est à Beyrouth, où il visite les camps de réfugiés palestiniens. Tino et son amie se cachent à Athènes.
Le 19 novembre 1972, Tino revient en Suisse. Mais Tino doit fuir. Il se rend au Liban puis dans d'autres pays, comme le Brésil et la Bolivie et expérimente diverses activités : chercheur d’or, contrebandier de diamants et de haschisch.

En 1981, il meurt à Tutilimundi en Bolivie, dans des circonstances mal éclaircies.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Tino - König des Untergrunds. Die wilden Jahre der Halbstarken und Rocker. Mit Fotos von Karlheinz Weinberger de Willi Wottreng, éditions Orell Füssli, Zürich 2002

Lien externe[modifier | modifier le code]