Martin Bartenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Martin Bartenstein
Illustration.
Martin Bartenstein, en 2009.
Fonctions
Ministre fédéral autrichien de l'Économie et du Travail

(8 ans, 9 mois et 28 jours)
Chancelier Wolfgang Schüssel
Alfred Gusenbauer
Gouvernement Schüssel I et II
Gusenbauer
Prédécesseur Johann Farnleitner (Économie)
Eleonora Hostasch (Travail)
Successeur Reinhold Mitterlehner (Économie)
Rudolf Hundstorfer (Travail)
Ministre fédéral de l'Environnement, de la Famille et de la Jeunesse

(3 ans, 10 mois et 23 jours)
Chancelier Franz Vranitzky
Viktor Klima
Gouvernement Vranitzky V
Klima
Prédécesseur Lui-même (Environnement)
Sonja Moser (Jeunesse)
Successeur Wilhelm Molterer (Environnement)
Elisabeth Sickl (Jeunesse)
Ministre fédéral de l'Environnement

(10 mois et 8 jours)
Chancelier Franz Vranitzky
Gouvernement Vranitzky IV
Prédécesseur Maria Rauch-Kallat
Successeur Lui-même
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Graz (Autriche)
Nationalité Autrichienne
Parti politique ÖVP
Diplômé de Université de Graz
Profession Entrepreneur

Martin Bartenstein
Ministres fédéraux de l'Économie d'Autriche
Ministres fédéraux de l'Environnement d'Autriche

Martin Bartenstein, né le à Graz, est un entrepreneur et homme politique autrichien membre du Parti populaire autrichien (ÖVP).

Il est ministre fédéral de l'Environnement entre 1995 et 2000, puis ministre fédéral de l'Économie jusqu'en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il passe son Matura à Graz en 1971, puis s'inscrit à l'université de la ville pour y étudier la chimie. En 1974, il suit un semestre de cours à l'université Miami d'Oxford, dans l'État de l'Ohio. Il obtient son doctorat en chimie quatre ans plus tard.

Carrière d'entrepreneur[modifier | modifier le code]

Il rejoint alors l'entreprise familiale Lannacher Heilmittel GmbH, dont il est nommé directeur général en 1980. Il fonde en 1986 avec Wolfgang Leitner, ami d'études, la société pharmaceutique Genericon. En 1988, il est élu président fédéral de Jeune industrie (JIÖ), le réseaux des jeunes chefs d'entreprise autrichiens.

Débuts et ascension en politique[modifier | modifier le code]

Il devient le député fédéral au Conseil national. Désigné porte-parole du groupe ÖVP pour l'industrie, il démissionne en 1992 de la présidence de JIÖ et se voit nommé vice-président de l'ÖVP de Styrie. À la suite des élections législatives du , il est choisi comme secrétaire d'État du ministère fédéral de l'Économie publique et des Transports, dirigé alors par Viktor Klima.

Ministre fédéral[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

À l'occasion du remaniement ministériel du du gouvernement fédéral de grande coalition, orchestré à la suite de l'élection de Wolfgang Schüssel à la présidence de l'ÖVP, Martin Bartenstein est nommé à 41 ans ministre fédéral de l'Environnement. Il renonce alors à la direction de Lannacher Heilmittel GmbH. À la formation du gouvernement Vranitzky V le , ses fonctions sont élargies et il devient « ministre fédéral de l'Environnement, de la Jeunesse et de la Famille ». Il est maintenu en 1997, quand Klima prend le pouvoir.

Économie[modifier | modifier le code]

Après la tenue des élections législatives du , Schüssel forme son premier cabinet de coalition avec l'extrême droite le , dans lequel Bartenstein est promu ministre fédéral de l'Économie et du Travail. Il est confirmé en 2003 dans le second gouvernement Schüssel, puis en 2007 dans le gouvernement de grande coalition dirigé par le social-démocrate Alfred Gusenbauer.

Passage au second plan et retour dans le privé[modifier | modifier le code]

Après la tenue des élections législatives anticipées du , il décide de siéger au Conseil national et d'abandonner le gouvernement, dont il est alors le doyen. Il est formellement remplacé le après douze ans et sept mois de présence.

Il reprend des activités dans le secteur privé dès 2009, et ne sollicite pas le renouvellement de son mandat lors des élections législatives du .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]