Entreprise familiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une entreprise familiale est une entreprise dont le capital est détenu majoritairement par une ou plusieurs familles fondatrices.

Cela n'empêche néanmoins pas que le capital familial soit ouvert à des investisseurs financiers, quand au fil des générations, il y a eu des rachats de titres cofinancés par les banques et/ou des capitaux investisseurs.

Les actionnaires d'entreprises patrimoniales sont en majorité des individus privés ou des familles qui possèdent des capitaux investis dans un patrimoine productif, et ont développé une stratégie patrimoniale de fructification de ces capitaux[1].

À noter qu'il n'existe pas en France de statut légal de l'entreprise familiale[2].

Chiffres[modifier | modifier le code]

En 2014, les deux tiers des entreprises dans le monde étaient familiales[3]. Ce chiffre est de 83% en France, en 2016[4].

En France, seules 1400 entreprises familiales auraient plus de 100 ans[5].

La Belgique comptait 69% de PME familiales, 60% pour la France[6].

Histoire et économie[modifier | modifier le code]

La recherche académique travaille sur la création de valeur pour l'actionnaire, la politique de dividende, l'emploi familial... pour déterminer si les entreprises familiales sont plus efficientes que les autres. Néanmoins, cette recherche académique travaille (pour des questions de données et d'informations disponibles) essentiellement sur des grands groupes et/ou entreprises cotées... ce qui n'est pas le cœur de l'entrepreneuriat en France.

En dehors de Paris, les régions où l'on retrouve des sujets d'entreprises patrimoniales sont le Nord, Rhône-Alpes, la Bretagne, le Bordelais et l'Est.[réf. insuffisante][7].

La plus vieille entreprise familiale du monde est l'hôtel Hoshi Ryokan, fondé en 717 dans la ville de Komatsu. Jusqu'en 2006, c'était Kongō Gumi, un constructeur de temples remontant à 578, qui s'est fait racheter par Takamatsu Corporation[8].

Approche fiscale[modifier | modifier le code]

Pour la partie française, les points de repère sont les sujets de transmission intra-familiale, par les effets notamment du pacte Dutreil, mais aussi des formes sociétaires[9] telles que les SARL de famille, les sociétés civiles, etc.

En Belgique, la transmission aux héritiers est facilitée[10].

Visibilité[modifier | modifier le code]

Une association Les Hénokiens regroupe des entreprises familiales pérennes depuis plus de deux siècles.

En bourse, Euronext a lancé en février 2017 un indice centré sur les entreprises familiales[11].

Les entreprises familiales centenaires (EFC) ne sont plus que 1 500 en France. Ce sont essentiellement des PME et TPE (85 % ont un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros) mais on trouve également quelques très grosses entreprises. En 2007 a été créé le label EFC qui a pour objectif de permettre à ces entreprises de se différencier de celles, qui bien que centenaires, n'appartiennent plus à la famille fondatrice[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les 5 idées à retenir de ... « Développer les entreprises patrimoniales » », sur lesechos.fr, (consulté le 28 octobre 2014)
  2. Sylvain Gariel et Gauthier Lherbier, Développer les entreprises patrimoniales : un défi pour les héritiers et les managers, Eyrolles, , 182 p.
  3. Marie-Cécile Renault, « Les 7 recettes du succès des entreprises familiales », sur Le Figaro, (consulté le 4 avril 2017)
  4. « L'entreprise familiale, le modèle le plus répandu en France », sur France TV info, (consulté le 4 avril 2016)
  5. Gaëlle Jouanne, « Les secrets des entreprises familiales centenaires », sur Chef d'entreprise magazine, (consulté le 4 avril 2017)
  6. Karine Comblé et Olivier Colot, L’entreprise familiale : concept et importance en Belgique, De Boeck Supérieur, , 108 p. (ISBN 9782804151713, lire en ligne).
  7. « Entreprisefamiliale.fr - Portail de la Recherche sur les Entreprises Familiales », sur entreprisefamiliale.fr (consulté le 27 octobre 2015)
  8. (en) William T. O’Hara, « The world’s oldest family companies: One hundred lessons in endurance from 17 countries », Family Business
  9. François Almaleh, « Les holding patrimoniales en 8 points clefs », Lille, Actionnal,
  10. Frédéric Lejoint, « Droits de donation réduits pour les entreprises familiales », sur Le Soir, (consulté le 4 avril 2017)
  11. « Bourse: Euronext lance un indice dédié aux entreprises familiales », sur Le Vif, (consulté le 4 avril 2017)
  12. http://www.efc-centenaires.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]