Marion Fayolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marion Fayolle
Description de cette image, également commentée ci-après
Marion Fayolle au Festival d'Angoulême 2020
Naissance (34 ans)
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Formation
Distinctions
Prix spécial du jury du festival d'Angoulême (2018)
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Littérature jeunesse, Dessin de presse, Roman graphique
Genres
Livre illustré, Bande dessinée

Marion Fayolle, née en mai 1988, est une dessinatrice de presse, illustratrice et auteure de bande dessinée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Ardèche, Marion Fayolle intègre l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg entre 2006 et 2011. En 2009, elle crée la revue Nyctalope aux côtés de Simon Roussin et Matthias Malingrëy, rencontrés au sein de l'atelier d'illustration de l'ESAD[1]. L’illustratrice collabore à de nombreuses publications, à l'image de Le Monde Magazine, XXI, Télérama, Paris mômes ou The New York Times[2],[3],[4].

Publications[modifier | modifier le code]

En 2011, Marion Fayolle publie son projet d'étude, L'homme en pièces, aux éditions Michel Lagarde. L'album est constitué d'un recueil d'histoires sans paroles, des scènes aux ambiances décalées et poétiques autour d'un homme de cire et d'une allumeuse[1]. En 2014, pour Les Coquins, la dessinatrice aborde les rapports intimes entre les gens[5]. En 2018, Marion Fayolle édite le roman graphique Les Amours suspendues, l'adaptation en bande dessinée d'une comédie musicale éditée aux éditions Magnani. Un homme volage tente de se rebâtir alors que sa compagne s'éloigne peu à peu[6]. L'autrice aborde ainsi tous les aspects de la fidélité dans le couple[7],[8],[9].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Marion Fayolle est trois fois lauréate du concours Jeunes Talents lors du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême. En 2014, son quatrième ouvrage La Tendresse des pierres fait partie de la sélection officielle du festival[10]. En 2018, Marion Fayolle est lauréate du Prix spécial du jury du Festival d'Angoulême avec Les amours suspendues[2],[11].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Pajonk, « Une Ardéchoise décroche le prix du jury à Angoulême », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b Odile Morain, « Rencontre avec Marion Fayolle, Prix spécial du Jury au festival d'Angoulême 2018 », Culturebox - Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Isabelle Maradan, « Marion Fayolle, illustratrice : des Arts déco de Strasbourg au 'New York Times' », L'Etudiant,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Dominique Perrin, « La gestation pour autrui côté business », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Hélène Tissier, « Marion Fayolle, illustratrice : "Je voulais parler des rapports intimes entre les gens" », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Laurence Le Saux, « La bédéthèque idéale #175 : Marion Fayolle noue des “Amours suspendues” », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Les amours suspendues, une BD étonnante et intense sur la fidélité et le souvenir », madmoiZelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Les amours suspendues de Marion Fayolle », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Aurélien Lachaud, « Les Amours suspendues, ritournelle des sentiments | D'une case à l'autre », sur https://www.la-croix.com/, (consulté le )
  10. « 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - « La Tendresse des pierres » par Marion Fayolle », sur www.bdangouleme.com (consulté le )
  11. Cheek Magazine, « Les BD Cheek à mettre sous le sapin à Noël », ChEEk Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « 45° Festival de la bande dessinée d'Angoulême sélection officielle », sur bdangouleme.com, (consulté le )
  13. Marine Landrot, Le Tableau, Marion Fayolle, Télérama, (lire en ligne)
  14. Jean-Claude Loiseau, La Tendresse des pierres, Marion Fayolle, Télérama, (lire en ligne)
  15. (it) Emma Desai, « Arte erotica su Instagram: intimità, amore, sensualità - iO Donna », iO Donna,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]