Marie Petiet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petiet.
Marie Petiet
Marie Petiet.jpg

La Liseuse endormie (1882),
musée des beaux-arts de Carcassonne.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 38 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint

Marie Petiet[1], née le à Limoux et morte le à Paris, est une artiste peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Limoux dans une famille de propriétaires terriens, son père était le baron Léopold Henri Petiet (1819-1885) et sa mère Marie Pauline Eulalie Maraval (1825-1854). Son grand-père, Pierre Claude Petiet, était colonel sous le Premier Empire[2].

Marie Petiet se marie le à Paris avec Étienne Dujardin-Beaumetz, peintre de renom et homme politique de la Troisième République, député puis sénateur de l'Aude, il fut sous-secrétaire d'État aux beaux-arts dans le gouvernement de Maurice Rouvier, de Ferdinand Sarrien, de Georges Clemenceau, d'Aristide Briand, d'Ernest Monis et de Joseph Caillaux.

Elle meurt en 1893, sans descendance.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Née dans une famille d'artistes, ses deux frères l'initient à la peinture très jeune. Elle commence à exercer son art en réalisant des copies d'après Vélasquez, Rubens, ou Frans Hals.

D'abord élève de Louis Hector Leroux, elle entre ensuite dans l'atelier de Jean-Jacques Henner qui l'oriente vers l'art du portrait[3].

L'ensemble de son œuvre est empreint de réalisme, de charme, de fraîcheur et de sensualité, mettant en scène la vie et les acteurs de la vie provinciale de l'Aude. Un de ses plus célèbres tableaux est Les Blanchisseuses (Limoux, musée Petiet)[4].

Ses œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En 1880, Léopold Petiet, père de Marie et maire de La Bezole fait don de son atelier à la mairie de Limoux pour y installer une école de dessin qui deviendra par la suite le musée Petiet[5].

  • Sainte Germaine de Pibrac , 1867[Où ?].
  • Le Travail interrompu , 1883, huile sur toile[Où ?], médaille à l'expostion de Rochefort-sur-Mer en 1883.
  • La Rosita , 1883, huile sur toile[Où ?].
  • Le Sommeil , 1883, huile sur toile[Où ?].
  • Far Niente , 1886, huile sur toile[Où ?].
  • Guignol au village, 1886, huile sur toile 168 × 206 cm, musée Petiet (Limoux).
  • Jeune fille lisant une lettre, musée Petiet (Limoux), don de la famille Moulis en 2003.
  • Jeunes filles à l'église, musée Petiet (Limoux).
  • La jeune fille aux oies, musée Petiet (Limoux).
  • La Liseuse, musée Petiet (Limoux).
  • La Liseuse endormie, 1882, huile sur toile, Musée des beaux-arts de Carcassonne.
  • La Marchande d'oranges[Où ?].
  • Le Repos du modèle, 1882, musée de l'échevinage (Saintes), don de l'auteur.
  • Les Blanchisseuses, musée Petiet (Limoux).
  • Trois Grisettes toulousaines, 1879, musée Petiet (Limoux), acquit en 2003.
  • Marchandes[Où ?].
  • Jeunes filles au travail , 1890, musée de Cambrai (œuvre perdue).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Née Eulalie Juliette Marie Louise Petiet. Généalogie Marie Petiet« généalogie Marie Petiet »
  2. Nommé baron par décret impérial, maréchal de camp (général de brigade) à titre honorifique le 27 mars 1822 (source : « base léonore »).
  3. Biographie sur Le petit futé.
  4. Musée Petiet sur pagesperso-orange.fr.
  5. Ce don est complété par Marie Pétiet et son époux, obligeant le musée à y conserver les peintures de l'artiste et à y maintenir une école de dessin.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francoise Sarret, Marie Petiet, musée Petiet, 1989 (ISBN 2950286232).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]