Musée des Beaux-Arts de Carcassonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée des Beaux-Arts de Carcassonne
Beaux-Arts de Carcassonne - Façade.jpg
Façade du musée des Beaux-Arts de Carcassonne.
Informations générales
Type
Visiteurs par an
64 928 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
1, rue de Verdun
11000 Carcassonne
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
La cour intérieure.

Le musée des Beaux-Arts de Carcassonne est un musée d'art situé dans la bastide Saint-Louis à Carcassonne (Aude), en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Installé dans l'ancien présidial de la ville[1], le musée des Beaux-Arts de Carcassonne a été créé en 1836 à l'initiative de personnes passionnées d'art, d'histoire et d'archéologie. Depuis 1845, il expose une collection de cent deux peintures offerte par la Société des arts et sciences. La plus grande partie de la collection s'est constituée par la suite grâce à quelques donateurs généreux tels que Casimir Courtejaire (1876, 1880 et 1884), Alphonse Coste-Reboulh (1892), Chénier et Raynaud (1893), Delteil (1984), Albert Pla (1990) et Cahuzac (1995).

Elle provient également de dons de l'Académie des arts et sciences, de l'Association des amis de la ville et de la cité[2] ainsi que de celle des Amis du musée[3] ou d'achats par la ville soutenus par le Fonds régional d'acquisition des musées.

Le musée accueille plusieurs expositions temporaires chaque année, souvent coproduites avec d'autres musées. Il figurait à la 77e place sur 334 dans le classement annuel de fréquentation des musées français en 2008 du Journal des Arts. Il propose une dizaine de conférences annuellement sur l'histoire de l'art et organise des ateliers pédagogiques pour les élèves de la maternelle à l'université.

Depuis le 1er septembre 2009, le musée de l'école de Carcassonne, situé dans la Cité médiévale est rattaché au musée des beaux-arts[4].

Collections de tableaux[modifier | modifier le code]

Le musée est composé de onze salles regroupant les œuvres par période :

  • Salle 1 : XVIe au XVIIe siècle, les écoles française, italienne et espagnole ;
  • Salle 2 : XVIIIe siècle, les écoles française, italienne et autrichienne ;
  • Salle 3 : fin XVIIIe au début XIXe siècle, l'école française, avec notamment le Fonds Gamelin et l'orfèvrerie ;
  • Salle 4 : André Chenier, Fabre d'Églantine, et le Premier Empire ;
  • Salle 5 : école française et anglaise du XIXe siècle ;
  • Salle 6 : école française du XIXe siècle et faïences françaises ;
  • Salle 7 : écoles hollandaise et flamande, faïences du XVIIIe siècle (Nevers, Marseille, Delph) ;
  • Salle 8 : néo-impressionnisme ;
  • Salle 9 : XXe siècle, l'entre deux guerres et l'école de Paris ;
  • Salle 10 : le XXe siècle après 1945 ;
  • Salle 11 (René Nelli) : expositions temporaires.

Les œuvres[modifier | modifier le code]

Les collections du musée sont principalement constituées de peintures datant du XVIe au XXe siècle, notamment peintes par José de Ribera, Salvator Rosa, Mattia Preti, Jan Brueghel l'Ancien, Paulus Moreelse, Jan van Goyen, Cornelis Norbertus Gysbrechts, David Teniers le Jeune, Pierre Mignard, Sébastien Bourdon, Pierre Subleyras, Hyacinthe Rigaud, Jean Siméon Chardin, Hubert Robert, Jean-Auguste-Dominique Ingres, Jean-Baptiste Camille Corot, Gustave Courbet, Léon Germain Pelouse, Albert Marquet

Le musée conserve une importante collection d'œuvres de Jacques Gamelin, natif de Carcassonne.

Peinture[modifier | modifier le code]

École française du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École française du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]
  • Anonyme premier quart du XVIIIe siècle : Portrait de Guillaume III Castanier[7].
  • Anonyme fin du XVIIIe siècle : Portrait d'André Chénier[8].
  • Henry d'Arles (1734-1784), peintre français connu pour ses marines et des scènes mythologiques, élève de Jean-Joseph Kapeller et de Claude Joseph Vernet : Magasin de blé au bord du Tibre[9] ; Intérieur d'une grande cave[10].
  • Nicolas Bertin (1667-1736), élève de Jean-Baptiste Jouvenet et de Louis Boullogne. Nicolas Bertin reçut le prix de Rome en 1685. Cycle de peintures mythologiques : Acis et Galathée ; Jupiter et Danaë ; Jupiter et Léda ; Persée délivrant Andromède ; Psyché abandonnée par l'Amour.
  • Cazes fils : Portrait de Mme Louis Chénier, née Élisabeth[11] ; Portrait de Mme Louis Chénier en costume grec[12] ; Portrait de Louis-Sauveur Chénier[13] ; La Famille Chénier[14] ; Portrait d'André Chénier[15].
  • Jean Siméon Chardin (1699-1779), considéré comme l'un des plus grands peintres français et européens du XVIIIe siècle, élève de Pierre-Jacques Cazes, surtout reconnu pour ses natures mortes. La Table d'office ou les apprêts d'un déjeuner (1756), célèbre tableau du musée ; son pendant, La Table de cuisine, est conservé au musée des Beaux-Arts de Boston. Il provient de la collection du financier Ange Laurent Lalive de Jully (1725-1779).
  • Pierre-Antoine Demachy (1723-1807), peintre français élève de Giovanni Niccolo Servandoni, spécialiste des peintures de ruines, des décors architecturaux en trompe-l’œil et surtout des vues de Paris : Ruines d'église. Intérieur de l'église des Saints Innocents[16].
  • Jean-Germain Drouais (1763-1788) : Un Jeune guerrier accompagné de son père demande aux dieux le succès de ses armes[17].
  • Pierre Ernou (1665-1735), peintre angevin, surtout connu pour ces portraits : Portrait d'homme[18].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École française du XIXe siècle[modifier | modifier le code]
École française du XXe siècle[modifier | modifier le code]
École allemande[modifier | modifier le code]
  • Otto Brandt (de) (1828-1892), peintre allemand. De 1850 à 1852, il travailla comme illustrateur à Berlin. De 1850 à 1856, il participa aux expositions de l'Académie de Berlin. Vers 1853, il se rendit à Paris où il étudia dans l'atelier de Léon Cogniet. Basé à Rome en 1854, Brandt travailla principalement en tant que peintre de paysages et de paysages : Paysanne avec enfant.
  • Christian Seybold (1695-1768), peintre baroque allemand, célèbre pour ses portraits : Autoportrait.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École italienne[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École hollandaise[modifier | modifier le code]
  • Quirijn van Brekelenkam (1622-1669) : L'Oraison.
  • Anthonie Jansz. van der Croos (1606-1662), peintre néerlandais du siècle d'or connu pour ses paysages de rivières, de forêts, avec en arrière-plan des villages, des châteaux, des palais ou des tours. Son œuvre est influencée par Jan van Goyen : Vue de la ville de Leyde.
  • Henry Ferguson (1665 - 1730) est un peintre du Siècle d'or néerlandais; fils et élève de William Gouw Ferguson. Il est mort à Toulouse :Paysage avec bergère et troupeau dans des ruines antiques
  • Barend Graat (en), peintre néerlandais d'histoire et de retables, de paysages et de portraits à l'âge d'or. Il est également connu comme graveur et dessinateur : Portrait de famille dans un paysage.
  • Dirck Hals (1591-1656), peintre néerlandais des Provinces-unies du siècle d’or. Frère cadet de Frans Hals, il a surtout réalisé des scènes de genre : Scène galante.
  • Joris van der Haagen (1615-1679), peintre néerlandais du siècle d'or. Il est connu pour ses peintures de paysages : Environs d'Arnhem.
  • Abraham Hondius (1631-1691) : Chasse à l'ours.
  • Jan van Huijsum (1682-1749) peintre néerlandais réputé d’histoire, de portraits, de batailles, de marines ou de fleurs : Fleurs et fruits (dépôt du Musée des beaux-arts de Pau)
  • Jan Lagoor (en) (1620-1660), né à Gorinchem mais installé à Haarlem en 1645, où il est devenu membre de la guilde de Saint Luc de Haarlem. En 1649, il était membre de la guilde et, au cours des années 1645-1651, membre du Haarlem schutterij. En 1653, il s'installe à Amsterdam. Il est déclaré en faillite en 1659 et quitte la ville : Paysage boisé.
  • Nicolas Maes (1634-1693), peintre hollandais connu pour ses scènes de genre intimes et ses portraits, élève de Rembrandt: Enfant et triton. Oeuvre récupérée à la fin de la seconde guerre mondiale, déposée par l'Etat 1954; en attente de sa restitution.
  • Paulus Moreelse (1571-1638) peintre et architecte néerlandais du siècle d'or; élève du portraitiste de Delft Michiel Jansz. van Mierevelt: Madame Van Schurman[79].
  • Aernout van der Neer (1603-1677) : Village hollandais au bord d'un canal.
  • Jan van Goyen (1596-1656) Marchand d’art,peintre et dessinateur de paysages néerlandais du siècle d’or; Élève d’Esaias Van de Velde l'Ancien : Ferme au bord de la mer.
  • Martinus Schouman (en) (1770–1848), peintre du nord des Pays-Bas, élève et petit-neveu d'Aert Schouman (en), il est connu pour ses marines et ses paysages et a été membre de la Société royale des beaux-arts de Bruxelles : Marine.
  • Cornelis van Spaendonck (1756-1839), peintre néerlandais originaire de Tilbourg, élève de Guillaume-Jacques Herreyns. Il a dirigé un temps la manufacture de porcelaine de Sèvres. Il est surtout connu pour ses natures morte de fleurs.
  • David Teniers l'Ancien (1582-1649), peintre flamand et marchand de tableaux. Il est le frère de Juliaen Teniers, père de David Teniers le Jeune et le grand-père de David Teniers III. Il doit sa renommée à ses représentations du terroir et des paysages anversois : Intérieur hollandais; Le Cabinet d'un alchimiste.
  • David Teniers le Jeune (1610-1690), peintre, graveur, dessinateur, miniaturiste et copiste flamand, particulièrement connu pour avoir développé le genre paysan et pour ses scènes de genre : Les Bûcherons.
  • Willem van de Velde le Jeune (1633-1707), peintre flamand de marines, il est le fils de Willem van de Velde l'Ancien, autre peintre de marines, et l'élève de Simon de Vlieger : Marine[80].
  • Nicolaas Verkolje (1673-1746), graveur en manière noire et peintre néerlandais : L'Amour endormi auprès de Vénus.
  • Jacob de Wet (1610-1672), peintre néerlandais du siècle d'or. Il est connu pour ses portraits de personnages bibliques et ses peintures de paysages : Nativité.
  • Domenicus van Wijnen (en) (1661-1695), peintre de l'âge d'or néerlandais, élève de Willem Doudijns (en) à La Haye. Il a vécu à Rome de 1680 à 1690. Il était spécialisé dans les allégories historiques : Le Rajeunissement des nourrices de Bacchus.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École des Flandres[modifier | modifier le code]
  • Nicasius Bernaerts (1620-1678), peintre flamand animalier et de nature morte. Élève de Frans Snyders, il fut le maître d'Alexandre-François Desportes : Gibier de plumes sur un rebord de pierre[81] ; Bataille de chiens et de chats.
  • Jan Brueghel l'Ancien (1568-1625), peintre baroque flamand. Maître de la Guilde des peintres de Saint-Luc à Anvers, il collabore à de nombreuses peintures avec Pierre-Paul Rubens : Paysage avec personnages[82].
  • Frans Francken II (1581-1642), peintre flamand des Pays-Bas. Connu essentiellement par ses tableaux de petites dimensions traitant souvent de sujets mythologiques, allégoriques et de scènes historiques et religieuses : Les 7 Œuvres de miséricorde[83].
  • Cornelis Norbertus Gysbrechts (vers 1630-après 1675), peintre flamand actif dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et spécialisé dans les natures mortes et les trompe-l'œil : Nature morte, trompe-l'œil[84].
  • Philipp Ferdinand de Hamilton (1664-1750), peintre flamand actif à la cour de Vienne jusqu'à sa mort : Attributs de chasse[85].
  • Jacob Jordaens (1593-1678), peintre et graveur flamand : La Tentation de Madeleine[86].
  • Alexander Keirincx (1600-1652) : Le Repos des nymphes[87].
  • Jan Baptist Lambrechts (en) (1680-1732), peintre flamand principalement connu pour ses scènes de genre de buveurs, de cuisiniers, de domestiques, de vendeurs de légumes et de paysans dansants : Scène dans un cabaret[88].
  • Michiel Jansz. van Mierevelt (1567-1641) peintre du siècle d'or hollandais, il acquit grand succès dans le genre des portraits environ 500 œuvres lui sont attribuées : Portrait d'homme ; Portrait de femme.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École espagnole[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

École anglaise[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Archéologie[modifier | modifier le code]

  • Dauphin en grès de Pezens provenant de l'ancienne fontaine monumentale construite en 1676 sur la place Carnot à Carcassonne. Dépôt de l'Association des Amis de la Ville et de la Cité (2018).
    Dauphin en grès (XVIIe siècle).
    Emblème de la ville basse de Carcassonne à l'effigie de l'agneau pascal en pierre calcaire du XIVe siècle. Dépôt de l'Association des Amis de la Ville et de la Cité (1981).on
    Emblème de la ville basse de Carcassonne (XIVe siècle)
    Dauphin en grès de Pezens provenant de l'ancienne fontaine monumentale construite en 1676 sur la place Carnot à Carcassonne.
  • Emblème de la ville basse de Carcassonne à l'effigie de l'agneau pascal en pierre calcaire du XIVe siècle.

Arts décoratifs[modifier | modifier le code]

Le musée présente une collection d'objets comprenant des pendules à musique et surtout un ensemble de faïences de Moustiers et de Marseille.

Orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Deux vitrines présentent une collection de pièces d'orfèvreries civiles du XVIIIe siècle, principalement locale (Toulouse, Limoux, Carcassonne…), dont certaines sont estampillées des maîtres-orfèvres: Louis Ier Samson (1692-1752), Jean-Louis Duran (1715-1785), Philippe Aribaud (1736-1788), François Raffin (1746-1798) ou Jean-Pierre Aribaud I (1719-1761) et II (1758-1820).

Souvenirs napoléoniens[modifier | modifier le code]

La longue-vue utilisée par Napoléon 1er en 1815 lors de son retour de l'île d'Elbe.

Découverte dans ses réserves en 2011[90],[91],[92], le musée possède une longue-vue, léguée par le baron Guillaume Peyrusse, dont se servit Napoléon Ier sur le brick l'Inconstant pendant son retour de l'Île d'Elbe pour s'assurer de la marche d'une partie de sa flottille dans la nuit du au , avant les Cent-Jours. Il présente également le poignard de Souleyman el-Halaby avec lequel le général Kléber fut assassiné en Égypte en 1800[93],[94].

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

  • Philippe Shangti, The future is now[95], du 15 juillet 2020 au 3 janvier 2021.
  • Carcassonne, ville d'art et d'artistes[96], du au .
  • Jacques Font[97], une collection d'art contemporain, du au .
  • Samouraï, art et symbolisme du Japon[98], du au .
  • Collections et curiosités, du au .
  • Jacques Gamelin, le nouveau recueil d'ostéologie et de myologie, du au .
  • André Marfaing, peintures et lavis, du au .
  • Marie Madeleine, la passion révélée, du au .
  • Eugène Pech, une vie de peinture, du au .
  • Mattia Bonetti, du au .
  • Noël Garrigues, du au .
  • Charles Camberoque, la bataille mise scène. Photographies, du au .
  • Raoul Dufy, tissus et créations, du au .
  • Tenues de soirée, 1826-1914, du au .
  • Marie Petiet, être femme peintre au XIXe siècle, du au .
  • Camille Corot, dans la lumière du Nord, du au .
  • Izzet Keribar, musées. Photographies, du au .
  • Collection Cérès Franco, acte I, les imagiers de l'imaginaire, du au .
  • Don Quichotte autour de Cervantès, du au .
  • Olivier Debré, signes-personnages, signes-paysages, du au .
  • Peintures des XXe au XXIe siècles du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • L'Estampe dans les collections du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • Max Savy, une donation, du au .
  • Jean Pidoux, du au .
  • Fred Deux, du au .
  • Regard sur l'abstraction lyrique, Montparnasse et Saint-Germain-des-Près, du au .
  • Roland Daraspe, orfèvre maître d'art, du au .
  • Bernard Plossu, 101 éloges du paysage français. Photographies, du au .
  • Collection Cérès Franco, du au .
  • Voir la musique, du au .
  • Jacques Villon, d'une guerre à l'autre, du au .
  • Achille Laugé, le point, la ligne, la lumière, du au .
  • Du portrait au XIXe siècle dans les collections du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • La reine de Saba et l'encens des dieux, du au .
  • Joan Miro, la métaphore de l'objet, du au .
  • Yvonne Gisclard-Cau et Paul Manaut dans les collections du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • Cécile Reims grave Hans Bellmer, du au .
  • Eugène Buland, 1852-1926, aux limites du réalisme, du au .
  • André Derain, sculpteur et photographe, du au .
  • Par monts et par vaux, le paysage au XIXe siècle dans les collections du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • Passion d'un collectionneur, du au .
  • Marie Raymond - Yves Klein, du au .
  • Félix Labisse, du au .
  • Le cochon, portrait(s) d'un séducteur, du au .
  • Hans Hartung, carte blanche à Vicente Todoli, du au .
  • Déballage, 20 ans du Fonds régional d'acquisition pour les musées du Languedoc-Roussillon, du au .
  • Poliakoff, Bellmer, Gamelin, Laugé et les autres. Quinze ans d'acquisitions au musée des Beaux-Arts de Carcassonne, du au .
  • Jean Augé, sculpteur, du 1er juillet au .
  • L'Égypte et l'opéra de Jean-Baptiste Lully à Philip Glass, du au .
  • Edmond Aman-Jean (1858-1936), songes de femmes, du au .
  • Fleurs et botanique, dans les collections du musée des Beaux-Arts et de la bibliothèque municipale de Carcassonne, du au .
  • Jacques Gamelin, peintre des batailles (1738-1803), du au .
  • Jean-Baptiste Carpaux, sculpteur, du au .
  • Évariste-Vital Luminais, peintre des Gaules, du au .
  • Antonio Seguí, 50 ans de création, du au .
  • L'heure du thé, du au .
  • Portraits de femmes, la femme dans la peinture au XIXe siècle, du au .
  • Jacques Gamelin (1738-1803) et les peintres de son temps, du au .
  • Armand Barbès et la révolution de 1848, du au .
  • Pour les yeux d'Isis, du au .
  • Poètes audois dans la tourmente, André Chénier, Philippe Fabre D'Eglantine, Venance Dougados, du au .
  • Trésors textiles du Moyen Âge en Languedoc-Roussillon, du au .
  • Philippe Favier, œuvres récentes, du au .
  • Carsac et les origines de Carcassonne, du au .
  • Patrick Loste, œuvres récentes, d au .
  • Denis Laget, la solitude du citron, du au .
  • Anna-Eva Bergman, rétrospective, du au .
  • Louis Jammes, Bag People, du au .
  • François Bricq, du au .
  • Le Millénaire capétien, inaugurée le 24 octobre 1987.
  • Patrice Cartier, photographies, du au .
  • Martine Martine, peintures-sculptures, du au .
  • L'art paléolithique de la France méditerranéenne, du au .
  • Charles Sahuguet, rétrospective, du 2 au .

Exposition temporaire hors les murs du musée[modifier | modifier le code]

Du au , le musée mit à la disposition du musée Ziem à Martigues, 76 œuvres emblématiques de ses collections pour une exposition intitulée Les chefs-d'œuvre du musée des Beaux-Arts de Carcassonne.

Conservateurs[modifier | modifier le code]

  • Jacques-François Gamelin (1774-1871), conservateur de 1836 à 1862.
  • Jean Jalabert (1815-1900), conservateur de 1862 à 1888.
  • Émile Roumens (1825-1901), conservateur de 1894 à 1901.
  • René Nelli (1906-1982), conservateur de 1947 à 1964.
  • René Descadeillas (1909-1986), conservateur de 1964 à 1980.
  • Camille Viguier, conservateur de 1980 à 1987.
  • Jean-François Mozziconacci, conservateur de 1987 à 1992.
  • Marie-Noëlle Maynard, conservateur en chef de 1992 à 2017.
  • Emilie Frafil, assistante de conservation par intérim de 2017 à 2018.
  • Nadége Favergeon, attachée de conservation de 2018 à 2019.
  • Émilie Frafil, conservateur par intérim, depuis le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martial Andrieu, « L'histoire chaotique du Musée des beaux-arts de Carcassonne de 1850 à 1971 », sur Musique et patrimoine de Carcassonne, (consulté le 24 juillet 2020)
  2. Laurent Coste, « Carcassonne. Les Amis de la Ville et de la Cité ont acquis un tableau de Gamelin », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  3. N.D, « Carcassonne. Le Musée acquiert deux nouvelles œuvres », sur ladepeche.fr, (consulté le 24 juillet 2020)
  4. Christian Aniort, « Carcassonne. Le «Musée de l'Ecole» municipalisé », sur ladepeche.fr, (consulté le 28 juillet 2020)
  5. « Acis et Galathée », notice no 04400001284, base Joconde, ministère français de la Culture.
  6. « Marais boisé », notice no 04400000555, base Joconde, ministère français de la Culture.
  7. « Guillaume III Castanier », notice no 04400001141, base Joconde, ministère français de la Culture.
  8. « Portrait d'André Chénier », notice no 04400001220, base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. « Magasin de blé au bord du Tibre », notice no 04400000527, base Joconde, ministère français de la Culture.
  10. « Intérieur d'une grande cave », notice no 04400000526, base Joconde, ministère français de la Culture.
  11. « Portrait de Mme Louis Chénier, née Élisabeth », notice no 04400000533, base Joconde, ministère français de la Culture.
  12. « Portrait de Mme Louis Chénier en costume grec », notice no 04400000534, base Joconde, ministère français de la Culture.
  13. « Portrait de Louis-Sauveur Chénier », notice no 04400000538, base Joconde, ministère français de la Culture.
  14. « La Famille Chénier », notice no 04400000242, base Joconde, ministère français de la Culture.
  15. « Portrait d'André Chénier », notice no 04400000537, base Joconde, ministère français de la Culture;
  16. « Ruines d'église. Intérieur de l'église des Saints Innocents », notice no 04400001152, base Joconde, ministère français de la Culture.
  17. « Un Jeune guerrier accompagné de son père demande aux dieux le succès de ses armes », notice no 04400001289, base Joconde, ministère français de la Culture.
  18. « Portrait d'homme », notice no 04400001291, base Joconde, ministère français de la Culture.
  19. Une salle du musée porte son nom. Son buste par Alexandre Falguière est exposé dans le hall d'entrée de la rue de Verdun.
  20. « L'Évanouissement », notice no 000PE001230, base Joconde, ministère français de la Culture.
  21. « Abraham visité par trois anges », notice no 04400001308, base Joconde, ministère français de la Culture.
  22. « Bataille des roches rouges », notice no 04400004834, base Joconde, ministère français de la Culture.
  23. « Choc de cavalerie an VIII », notice no 04400001328, base Joconde, ministère français de la Culture.
  24. « Choc de cavalerie 1 », notice no 04400001337, base Joconde, ministère français de la Culture.
  25. « Choc de cavalerie 2 », notice no 04400001336, base Joconde, ministère français de la Culture.
  26. « Étude de tête de vieillard », notice no 04400000992, base Joconde, ministère français de la Culture.
  27. « L'Ensevelissement de saint Laurent », notice no 04400001320, base Joconde, ministère français de la Culture.
  28. « La Mort de Socrate », notice no 04400001321, base Joconde, ministère français de la Culture.
  29. « Le Golgotha », notice no 04400001332, base Joconde, ministère français de la Culture.
  30. « Le Mariage de Tobie et de Sara », notice no 04400001309, base Joconde, ministère français de la Culture.
  31. « Scène de beuverie », notice no 04400001343, base Joconde, ministère français de la Culture.
  32. « Scène de corps de garde », notice no 04400000261, base Joconde, ministère français de la Culture.
  33. « Scène d'intérieur », notice no 04400001307, base Joconde, ministère français de la Culture.
  34. « Les Vestales », notice no 04400000252, base Joconde, ministère français de la Culture.
  35. « Le Miracle de Bolsena », notice no 04400001325, base Joconde, ministère français de la Culture.
  36. « Alexandre et Diogène », notice no 04400000258, base Joconde, ministère français de la Culture.
  37. « Portrait de Mlle Julie de Puymaurin Marcassus », notice no 04400000232, base Joconde, ministère français de la Culture.
  38. « Portrait de femme », notice no 04400008012, base Joconde, ministère français de la Culture.
  39. « Régulus sort de Rome pour se rendre à Carthage », notice no 04400000248, base Joconde, ministère français de la Culture.
  40. « L'Enfant malade », notice no 04400001345, base Joconde, ministère français de la Culture.
  41. « Étude de tête d'homme », notice no 04400001294, base Joconde, ministère français de la Culture.
  42. « Samson et Dalila », notice no 04400001301, base Joconde, ministère français de la Culture.
  43. « Paysage », notice no 04400000343, base Joconde, ministère français de la Culture.
  44. « Portrait de Mme Nicolas de Poulhariez », notice no 04400000376, base Joconde, ministère français de la Culture.
  45. « François Ier Castanier », notice no 04400000559, base Joconde, ministère français de la Culture.
  46. « Guillaume IV Castanier », notice no 04400000562, base Joconde, ministère français de la Culture.
  47. « Paysage aux grands rochers », notice no 04400000563, base Joconde, ministère français de la Culture.
  48. « Portrait de Madame Pierre II Poulhariez et de sa fille », notice no 04400000567, base Joconde, ministère français de la Culture.
  49. « Portrait de Philippe Fabre d'Églantine », notice no 04400000569, base Joconde, ministère français de la Culture.
  50. « La Pêche au flambeau », notice no 04400000584, base Joconde, ministère français de la Culture.
  51. « Paysage à la cascade », notice no 04400000570, base Joconde, ministère français de la Culture.
  52. Maynard, p. 74.
  53. Jean-Roger Soubiran, Denise Jasmin, Jean-Jacques Gloton, Jacques Foucart, Jean-Claude Lesage et al. (préf. François Trucy et Pierre Perruchio), Le musée a cent ans, Musée de Toulon, , 450 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-29-1), p. 396.
  54. Maynard, p. 76.
  55. Maynard, p. 77.
  56. Maynard, p. 78.
  57. Maynard, p. 80.
  58. Maynard, p. 81.
  59. Maynard, p. 83.
  60. Maynard, p. 85.
  61. Maynard, p. 86.
  62. Tende étant alors encore en Italie.
  63. Maynard, p. 88.
  64. Maynard, p. 91.
  65. Maynard, p. 94.
  66. Maynard, p. 96.
  67. « Le Dernier des mérovingiens », notice no 04400000403, base Joconde, ministère français de la Culture.
  68. Maynard, p. 98.
  69. Maynard, p. 100.
  70. Maynard, p. 101.
  71. « Repos de la Sainte Famille pendant la fuite en Égypte », notice no 04400000361, base Joconde, ministère français de la Culture.
  72. « Cascade de Terni », notice no 04400000402, base Joconde, ministère français de la Culture.
  73. « Voyageurs attaqués par des voleurs à l'entrée d'un bois », notice no 04400002879, base Joconde, ministère français de la Culture.
  74. « Paysage », notice no 04400002878, base Joconde, ministère français de la Culture.
  75. « Nature morte au tapis », notice no 04400000736, base Joconde, ministère français de la Culture.
  76. « Le Reniement de saint Pierre », notice no 04400004284, base Joconde, ministère français de la Culture.
  77. « Le Muletier », notice no 04400003077, base Joconde, ministère français de la Culture.
  78. « La Femme du muletier », notice no 04400003076, base Joconde, ministère français de la Culture.
  79. « Madame van Schurman », notice no 04400000233, base Joconde, ministère français de la Culture.
  80. « Marine », notice no 04400000311, base Joconde, ministère français de la Culture.
  81. « Gibier de plumes sur un rebord de pierre », notice no 04400000322, base Joconde, ministère français de la Culture.
  82. « Paysage avec des personnages », notice no 04400000349, base Joconde, ministère français de la Culture.
  83. « Les 7 œuvres de miséricorde », notice no 04400000328, base Joconde, ministère français de la Culture.
  84. « Nature morte, trompe-l'œil », notice no 04400000243, base Joconde, ministère français de la Culture.
  85. « Attributs de chasse », notice no 04400000372, base Joconde, ministère français de la Culture.
  86. « La Tentation de Madeleine », notice no 04400000378, base Joconde, ministère français de la Culture.
  87. « Le Repos des nymphes », notice no 04400000338, base Joconde, ministère français de la Culture.
  88. « Scène dans un cabaret », notice no 04400000349, base Joconde, ministère français de la Culture.
  89. « Corbeille de fleurs », notice no 04400000393, base Joconde, ministère français de la Culture.
  90. Aujourd'hui en France, 15 janvier 2011.
  91. Sabrina Rezki, « Carcassonne. Il a retrouvé la longue-vue de Napoléon... oubliée dans le musée », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  92. Alain Pignon, « L'origine de la longue vue, visible au Musée des beaux-arts de Carcassonne, utilisée par l'Empereur Napoléon 1er en mars 1815 », Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude 2015, tome CXV.,‎ , p. 170-171
  93. Roland Floutier, « Le poignard qui tua Klébert est visible au Musée », Midi Libre,‎
  94. « Carcassonne conserve le poignard de l'assassin de Kleber », sur midilibre.fr, (consulté le 21 octobre 2020)
  95. M.F, « Carcassonne. L’expo très engagée de Philippe Shangti », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  96. Pierre Meunier, « Carcassonne : contempler les lumières de la ville en déambulant au musée des Beaux-arts », sur www.lindependant.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  97. Théo Ruiz, « Le collectionneur catalan Jacques Font accueilli les bras ouverts à Carcassonne pour un exposition exceptionnelle », sur www.midilibre.fr, (consulté le 21 juillet 2020)
  98. Laurent Coste, « Carcassonne : Samouraï, l'expo qui détonne au musée des beaux-arts », sur www.lindependant.fr, (consulté le 21 juillet 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marie-Noëlle Maynard, Guide des collections du musée des Beaux-Arts de Carcassonne, , 119 p. 
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Carcassonne, ville d'art et d'artistes, 2019, 58.p., Imprimerie Antoli, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Collections et curiosités, 2018, 55 p., Imprimerie Antoli, Carcassonne.
  • Claude Marquié, Carcassonne insolite et méconnue - Rencontres originales au musée des beaux-arts, 2017, p 42 à 46, Editions Sutton.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Jacques Gamelin, le nouveau recueil d'ostéologie et de myologie, 2017, 95 p., Imprimerie Sepec, Peronnas.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Répertoire des peintures des 20e et 21e siècles, 2013, 75 p., Imprimerie Antoli, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Répertoire des estampes, 2012, 77 p., Imprimerie Laffont, Avignon.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Du portrait au 19ème siècle, 2009, 93 p., Imprimerie Antoli, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Par monts et par vaux, le paysage dans les collections du musée, 2007, 95 p., Imprimerie Laffont, Avignon.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Peintures des écoles étrangères, 2005, 95 p., Imprimerie Mavit Sival, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Répertoire de l'école française des 17e et 18e siècles, 2004, 87 p., Imprimerie Delta Color, Nîmes.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Fleurs et botanique dans les collections du musée et de la bibliothèque municipale, 2003, 111 p., Imprimerie Mavit Sival, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Catalogue des dessins,gouaches, pastels et aquarelles, 2002, 117 p., Imprimerie Sival, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Faïences françaises dans les collections du musée, 1991, 150 p., Imprimerie Bonnafous et fils, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Répertoire des peintures du XIXe siècle, 1990, 137 p., Imprimerie D3, Rouffiac d'Aude.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Jacques Gamelin, 1990, 134 p., Imprimerie MV Graphic, Carcassonne.
  • Musée des beaux-arts de Carcassonne, Préhistoire, La Crouzade, collection Théodore Rousseau, 1982, 78 p., Imprimerie Sival, Carcassonne.
  • Simone Mouton, Jacques Gamelin 1738-1803, catalogue de l'exposition au musée municipal, 1938, 271 p., Imprimerie Gabelle, Carcassonne.
  • Association des Amis de la Ville et de la Cité, catalogue de l'exposition d'art religieux du XIe au XVIe siècle au musée municipal, 1935, Imprimerie Gabelle, Carcassonne.
  • Musée de Carcassonne, Catalogue des tableaux et dessins exposés dans les galeries, 1894, 95 p., Imprimerie Pierre Polère, Carcassonne
  • Société des Arts et Sciences de Carcassonne, Catalogue de l'exposition artistique, archéologique et d'art rétrospectif, 1884, 96 p., Imprimerie François Pomiès, Carcassonne.
  • Musée de Carcassonne, Catalogue des tableaux et dessins exposés dans les galeries, 1878, 81 p., Imprimerie Pierre Polère, Carcassonne.
  • Musée de Carcassonne, Notice des tableaux et dessins exposés, 1864, 69 p., Imprimerie François Pomiès, Carcassonne.
  • Magazine, Le petit journal du Musée des beaux-arts de Carcassonne, 7 n° de 2011 à 2017.
  • Bulletins de l'Association des Amis du Musée des beaux-arts de Carcassonne (54 n°).

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]