Marie-Madeleine Davy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Madeleine Davy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Prix Langlois ( et )
Prix Broquette-Gonin ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Marie-Madeleine Davy est une historienne, philosophe, poète et romancière française, spécialiste de la théologie mystique médiévale, née à Saint-Mandé le et morte le à Saint-Clémentin dans les Deux-Sèvres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Elle obtient son baccalauréat en 1920, s'inscrit l'année suivante à l'université où elle fait des études de philosophie et d'histoire[1]. Elle devient l'élève et la disciple d'Étienne Gilson[2].

Elle fait un séjour d'étude à l'Institut français de Berlin où elle sera assisante, à l'Université de Manchester (de 1947 à 1949) puis au Bedford College de Londres[1].

Elle s'inscrit à l'Institut catholique de Paris, où elle sera la première femme admise[1]. Marie-Madeleine Davy se spécialise alors dans la théologie et la mystique médiévales. Elle soutient une thèse de doctorat en philosophie, consacrée à Guillaume de Saint-Thierry, en 1946, puis une autre en théologie protestante[1].

Activités professionnelles et éditoriales[modifier | modifier le code]

Elle fait des remplacements dans des cours privés à Reims, Sainte-Marie de Neuilly ou à Rollin, et elle est chargée de cours à l'École pratique des hautes études entre 1939 et 1947, avant d'entrer au CNRS où elle sera chargée de recherche en 1955[1].

En 1968, Marie-Madeleine Davy prend sa retraite, et se consacre à la recherche spirituelle[1]. Elle voyage entre autres en Asie. Elle écrira à ce propos : « La patrie de mon âme s'avérait orientale... Je dois beaucoup à mes séjours en Inde et au Japon. » Par ailleurs, elle découvre l'œuvre d'Henri Le Saux (m. 1973), et clui-ci sera son « son dernier "amour d'admiration" »[3]. Une rencontre qui, selon Jean Moncelon[3], s'explique par le fait que « son [Le Saux] expérience singulière trouvera un écho en elle [MMD], justement parce qu’elle se présente comme une expérience du Soi, autrement dit, de "l’au-delà des personnes divines". »

Elle publie en 1966 La Connaissance de soi, puis en 1974 L'homme intérieur et ses métamorphoses.

Marie-Madeleine Davy meurt le et elle est inhumée à Saint-Clémentin. Sur sa pierre tombale l'épitaphe : « Sois heureux, passant ! »[1]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Initiation médiévale, la philosophie au XIIe siècle, Albin Michel, 1980 et 1987
  • Henri Le Saux, swami Abhishiktnanda, le Passeur entre deux rives, éditions du Cerf, 1981, rééd. Albin Michel 1999
  • Le Désert intérieur, Albin Michel, 1983, rééd. 1996
  • La Connaissance de soi, PUF, 1988
  • La Danse de l'amour et de l'humour, éditions Présence, 1988
  • Traversée en solitaire, Albin Michel, 1988
  • La Lumière dans le christianisme, éditions du Félin, 1989
  • L'Oiseau et sa symbolique, Albin Michel, 1992 (Prix Alexandra David-Néel/Lama Yongden)
  • Tout est noces, Albin Michel, 1993
  • L'Homme intérieur et ses métamorphoses, suivi de Un itinéraire, à la découverte de l'intériorité, Albin Michel, 2005

Articles[modifier | modifier le code]

  • Les trois étapes de la vie spirituelle d'après Guillaume de Saint-Thierry, Recherches de science religieuse, 1933
  • L'Amour de Dieu d'après Guillaume de Saint-Thierry, Recherches de science religieuse, 1938
  • La Connaissance de Dieu d'après Guillaume de Saint-Thierry, Recherches de science religieuse, 1938
  • Des limites de la psychanalyse à la forme de la mystique, Psyché - Revue internationale de psychanalyse et des sciences de l'homme, 1949
  • La Mentalité symbolique du XIIIe siècle, Diogène, 1960
  • Notion de l'homme et de l'univers au xiie siècle, Les études philosophiques, 1961
  • Symbolique de la pureté, Les études philosophiques, 1972
  • La nouvelle mystique, Nouvelle Revue de psychanalyse, 1980
  • L'Homme "en qui Dieu verdoie" : entretien avec Marie-Madeleine Davy, Question de, Albin Michel, 1992
  • Le Secret du roi : rencontre avec Marie-Madeleine Davy, Question de, Albin Michel, 1994
  • Les Chemins de la profondeur, Question de, Albin Michel, 1999
  • Interview de Marie-Madeleine Davy, Nouvelles Clés no 9 janvier-, réédité dans le no 58 de .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Marc-Alain Descamps, « La vie de Marie-Magdeleine Davy », sur europsy.org, s.d. (consulté le 19 octobre 2020)
  2. André Reix, « Marie-Madeleine Davy, Initiation médiévale. La philosophie au douzième siècle », Revue Philosophique de Louvain, 4e série, vol. 39, no 2,‎ , p. 259-260 (lire en ligne)
  3. a et b Moncelon 2006, p. 15-17.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1933 et 1941 : prix Langlois
  • 1980 : Prix Broquette-Gonin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]