Marie-Jeanne de Lalande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Jeanne de Lalande
Description de l'image Amelie Harlay.png.
Naissance [1]
Paris (France)
Décès [2]
Nationalité Française
Domaines Astronomie

Marie-Jeanne dite Amélie Le Français de Lalande, née Harlay (1768–1832), est une astronome et mathématicienne française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Jeanne Harlay dite Amélie est née à Paris en 1768[3].

Elle est présentée comme la nièce par alliance du célèbre astronome Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, mais elle serait sans doute sa fille naturelle[4]. Elle s'est mariée en 1788 à l'astronome Michel Lefrançois de Lalande, cousin issu de germain de Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande qui le présente généralement comme son neveu[5].

Elle en a trois enfants, dont les prénoms reflètent l'importance que revêt l'astronomie dans leur famille. Sa fille étant née le , jour où nous voyons à Paris pour la première fois la comète découverte par Caroline Herschel, elle est nommée Caroline. Son fils Isaac tient son nom de Isaac Newton[6]. Sa deuxième fille morte en bas-âge, se prénomme Uranie, en référence à la muse de l'astronomie Uranie.

De la part de Joseph Jérôme de Lalande, le jeune couple reçoit une formation aux méthodes de calcul et d’observation en astronomie et forme alors son équipe rapprochée.

Elle a grandement contribué à plusieurs des travaux et ouvrages de son mari et de son oncle par alliance[6].

Sa réputation en tant que femme scientifique est attestée par une anecdote liée à Carl Friedrich Gauss. En 1806, pendant la campagne de Prusse, il déclare « qu’il ne connaît qu’une française s’occupant de science, Madame LeFrançais de Lalande »[7].

Son surnom, Amélie, lui est donné par la duchesse Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg.

Elle meurt en 1832 à l'âge de 64 ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Elle a notamment calculé les Tables horaires de la marine publiées dans Abrégé de navigation historique théorique et pratique avec tables horaires (1793) de Joseph Jérôme Lalande. Ces tables permettent aux marins de déterminer leur position en mer en calculant la hauteur du Soleil et des étoiles. Elles valent à son père une des médailles que le Lycée des Arts décerne aux savants et aux artistes distingués.

Ses travaux sont intégrés à la Connaissance des Temps[8], éphémérides annuelles publiées par Lalande de 1794 à 1806.

En 1799, elle établit un catalogue de 10 000 étoiles.

En 1791, son expertise est telle qu'elle fait faire au fils de l'astronome Jean-Dominique Cassini (dit Cassini IV), sa première observation au Collège de France.

Elle collabore également à la rédaction de l'Histoire céleste française de Lalande, publiée en 1801. L'ouvrage indique la position de 50 000 étoiles.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le cratère De Lalande sur Vénus est nommé ainsi en son honneur[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Poirier Jean-Pierre, Haigneré Claudie, Histoire des femmes en science en France, Du Moyen Age à la Révolution, Pygmalion, 2002.
  2. (en) « La Revue Scientifique, Vol. 40 »,
  3. Poirier, Jean-Pierre et Haigneré, Claudie, Histoire des femmes de science en France : du Moyen Age à la Révolution, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, , 410 p. (ISBN 2-85704-789-4), p 163
  4. Sous la direction de Guy Boistel, Jérôme Lamy et Colette Le Lay, Jérôme Lalande (1732-1807) Une trajectoire scientifique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, , 234 p. (ISBN 978-2-7535-0991-7), p. 20-21
  5. (en) « Le bi-centenaire de Michel le François de la Lande »,
  6. a et b (en) Ogilvie, Marilyn Bailey, Harvey, Joy Dorothy et Rossiter, Margaret W., The biographical dictionary of women in science : pioneering lives from ancient times to the mid-20th century, Londres, Routledge, , 1499 p. (ISBN 0-415-92038-8), page 735
  7. Calendrier Astronomes Françaises : du siècle des Lumières à l'ère spatiale, 2010.
  8. (en) Marilyn Bailey Ogilvie, Women in Science, Antiquity through the Nineteenth Century, A Biographical Dictionary with Annotated Bibliography, The Massachusetts Institute of Technology,
  9. (en) Working Group forPlanetary System Nomenclature, Gazetteer of Planetary Nomenclature 1994, Washington, International Astronomical Union, United States Government Printing Office, , 295 p. (lire en ligne), p. 15