Mame Diarra Bousso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mame Diarra Bousso
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Sokhna[1] Mame Diarra Bousso (1833-1866) est la troisième épouse du marabout Momar Anta Sali Mbacké et la mère de cheikh Ahmadou Bamba, chef religieux musulman, fondateur du mouridisme.

Elle est l'objet d'une haute considération et d'une dévotion particulière de la part des membres de la confrérie des mourides. Une célébration annuelle – dénommée « Magal » comme le Grand Magal de Touba – lui est dédiée à Porokhane, une localité proche de Nioro du Rip dans la région de Kaolack[2], où elle mourut à l'âge de 33 ans. Ce pèlerinage est le seul dédié à une femme au Sénégal. Il attire chaque année des milliers de disciples, surtout des femmes, qui visitent son mausolée et plusieurs autres lieux saints[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sokhna» est le nom réservé aux femmes de marabouts (Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire, Karthala, Paris, 2000, p. 303 (ISBN 2865372014)
  2. (fr) « 58e édition du Magal de Porokhane. Mame Diarra Bousso, mère du fondateur du mouridisme magnifiée aujourd’hui, la route gâche la fête », 7 mai 2009, sur Nettali [1]
  3. (fr) Cheikh Guèye, Touba : la capitale des mourides, ENDA, Dakar ; Karthala, Paris, 2002, p. 205 (ISBN 2-84586-262-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]