Magal de Touba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le magal de Touba est la commémoration du départ en exil de Ahmadou Bamba au Gabon. Cette fête religieuse, célébrée à Touba, date de la naissance de la confrérie, au XIXe siècle.

Étymologiquement, magal est un terme wolof qui signifie « rendre hommage, célébrer, magnifier ». Le grand magal consiste en rendre grâce à Dieu.

Le mouridisme (confrérie religieuse musulmane) est devenu emblématique d’un mouvement religieux contemporain en pleine expansion qui s'est internationalisé au gré des fluidités migratoire et ses acteurs[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sophie Bava et Cheikh Guèye, « Le grand magal de Touba. Exil prophétique, migration et pèlerinage au sein du mouridisme », Social Compass, 2001
  • Amar Samb, « Touba et son "magal" » ; Bulletin de l'IFAN, t. XXXI, série B, no 3, juillet 1969, p. 733-753
  • Sophie Bava et Cheikh Guèye, "Le grand magal de Touba. Exil prophétique, migration et pèlerinage au sein du mouridisme », Social Compass, 2001
  • Abdou Seye, Des hommes autour du Serviteur de l'Envoyé - Aperçu biographique de disciples de Cheikh Ahmadou Bamba, Édition 1438 h / 2017. lien

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Blaise Senghor, Grand Magal à Touba, court métrage documentaire, 1962, 20 min

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Sophie BAVA et Cheikh GUEYE, « Le grang Magal de Touba: exil prophétique, migration et pèlerinage au sein du mouridisme », Social Compass,‎ , p. 421-438