Maison de Beynac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beynac.

de Beynac
Blasonnement "en cimier un heaume surmonté de cornes burelées d'or et de gueules, en soutenant deux anges agenouillés"
Branches Beynac, Commarque, Laroque
Période XIIIe-XVIIIe
Pays ou province d’origine Comté de Périgord
Allégeance Périgord
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Beynac, Domme, Commarque, Laroque, Tayac, Marqueyssac, Tamniès, Salignac, Cadouin, Meyrals, Bezenac, Marquay, Sireuil, Vézac...
Demeures Château de Beynac, Laroque-Meyrals, Commarque, Marquay, Les Eyzies, Marqueyssac...
Charges bailli, prévôt...
Fonctions militaires Chevalerie, commandement, gouvernement
Fonctions ecclésiastiques Chanoinat, abbatiat
Récompenses civiles Ordre de Saint-Michel.
Récompenses militaires Ordre du Saint-Esprit, Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte,Ordre royal et militaire de Saint-Louis.
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour en

La famille de Beynac est une famille d'ancienne extraction chevaleresque du Périgord éteinte au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Beynac est une famille d'extraction chevaleresque originaire du Périgord qui remonte sa filiation suivie à Gaillard de Beynac qui testa en 1272[1].

Elle posséda notamment le fief éponyme de Beynac en Périgord où elle fit édifier dès le XIe siècle le château de Beynac, qui subsiste encore aujourd'hui.

Durant les siècles où les membres de la famille de Beynac demeurèrent en Périgord, leur vie fut rythmée par les différents conflits et alliances que subit ou contracta la maison de Périgord et les rois de France par la situation frontalière de la baronnie.

La famille de Beynac reçut le titre de marquis de Beynac par lettres patentes du roi Louis XIII en 1619.

La famille de Beynac s'est éteinte au milieu du XVIIIe siècle avec Pierre dernier marquis de Beynac[2] qui épousa en 1727 Anne-Marie Boucher, dont il eut deux filles: Julie qui épousa le marquis de Castelnau et Claude-Marie qui épousa en 1761 le comte Christophe Marie de Beaumont du Repaire[1]

La famille de Beaumont ajouta Beynac à son nom et porte depuis le titre de courtoisie de marquis de Beaumont-Beynac[3]

Personnalités familiales[modifier | modifier le code]

En ligne féminine :

  • comte Thierry de Beaumont-Beynac, président (jusqu'en 2014) puis vice-président de l'Ordre de Malte-France.

Alliances[modifier | modifier le code]

La famille de Beynac s'allia avec les familles de Talleyrand-Périgord, de Biron, Hautefort, de Salignac, Gavaudun, de Pérusse des Cars Castelnau, de Durfort, de Beaumont du Repaire etc.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Beynac et ses seigneurs, par Géraud Lavergne (1971).
  • Grand Armorial de France, par Raoul de Warren et Henri Jougla de Morenas, tome II, page 116.
  • Dictionnaire de Moréri.
  • André Chastel dir., L'église et le château, Xe-XVIIIe siècle. Actes des deuxièmes Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire de Commarque, septembre 1986, Les Eyzies-Sireuil, Bordeaux, 1988.
  • Michel Smaniotto, Les seigneurs de Beynac et de Commarques XIe-XVIIIe siècles.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]