Maison-forte de Barisey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Barisey
Période ou style Gothique
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Simonin de Barisey
Destination initiale Résidence seigneuriale
Destination actuelle Ferme
Protection non
Coordonnées 48° 31′ 31″ nord, 5° 50′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Blason Lorraine.svg Lorraine
Département Blason département fr Meurthe-et-Moselle.svg Meurthe-et-Moselle
Commune Blason Barisey-au-Plain 54.svg Barisey-au-Plain

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Château de Barisey

Le château de Barisey est une maison forte érigée à la fin du XIIIe siècle, par Simonin de Barisey, bailli de Brixey et vassal de l'évêque de Toul[1].

Description générale[modifier | modifier le code]

d'après l'ouvrage de Sébastien Jeandemange, Châteaux et maisons fortes du Toulois : L'inventaire des sites fortifiés (2° partie), Revue Études Touloises n°109, Cercle d'études locales du Toulois, Toul, 2004


La maison forte a un plan trapézoïdal. Ses angles étaient flanqués de quatre tours, dont trois sont circulaires et une semi-circulaire (au nord).
Les courtines sud-ouest et sud-est mesuraient 70 mètres de long, celle du nord-ouest 75, et celle du nord-est un peu plus de 115.
Il ne reste aujourd'hui de cet ensemble que les tours est et ouest, ainsi que quelques portions de courtines et quelques bâtiments transformés en maisons de ferme.
La première, mesure 6 mètres de diamètre, un mètre d'épaisseur, et 8-9 mètres de haut. Elle comporte trois niveaux hors-sol, chacun percé d'une fenêtre.
La seconde, a à peu près le même diamètre et la même épaisseur, mais ne mesure plus que 4-5 mètres de haut et ne présente plus qu'un seul niveau, percé d'une fenêtre.
Le portail d'entrée, percé dans la courtine sud-ouest, permet l'accès à la cour du château par une porte cochère en plein cintre, sur laquelle était fixé le pont-levis, et flanquée d'une porte piétonne. Toutes deux sont surmontées de consoles de pierre, qui soutenaient jadis des mâchicoulis.

Propriétaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jeandemange Sébastien, Châteaux et maisons fortes du Toulois : L'inventaire des sites fortifiés (2° partie), Revue Études Touloises n°109, Cercle d'études locales du Toulois, Toul, 2004

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jeandemange S., Châteaux et maisons fortes du Toulois : L'inventaire des sites fortifiés (2° partie), Revue Études Touloises n°109, Cercle d'études locales du Toulois, Toul, 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]