Barisey-au-Plain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barisey-au-Plain
Barisey-au-Plain
La place Principale de Barisey.
Blason de Barisey-au-Plain
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Jean-Marie Gerondi
2020-2026
Code postal 54170
Code commune 54046
Démographie
Gentilé Barisiens [1]
Population
municipale
396 hab. (2018 en diminution de 5,26 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 33″ nord, 5° 50′ 41″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 332 m
Superficie 10,85 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Meine au Saintois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Barisey-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Barisey-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barisey-au-Plain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barisey-au-Plain

Barisey-au-Plain est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Barisey-au-Plain est située à 5 km de Colombey-les-Belles[2]. D'après les données Corine Land Cover, le territoire communal de 1090 hectares comprenait en 2011, près de 80 % de terres arables, 17 % de forêts et 3 % de zones bâties. Le ban communal est arrosé par plusieurs cours d'eau : Ruisseau l'Aroffe (5.121 km) , La Bouvade (0.48 km) , Fosse de la Craniere( 0.712 km) ,Ruisseau de Courcelles (1.255 km), Ruisseau des Naux (0.435 km) .

Barisey au plain et à la côte (bans communaux)

Les 3 barisey : Il est admissible de penser que le village de Barisey est aujourd'hui éclaté en 3 parties du fait de l'histoire : Barisey-la-Côte, car le village s'accrochait à la Côte (surtout l'ancien village) , Barisey-au-Plain, car situé « à plat », en pla(i)ne. Un troisième Barisey était connu sous le nom de Barisey-la-Planche, ce nom de planche pouvant évoquer un pont (ponceau) sur l'Aroffe, étape sur la voie romaine Langres-Trèves, aujourd'hui limite de département. Communes limitrophes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Barisey-au-Plain est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les principales références toponymiques du dictionnaire topographique de H. Lepage sont : Barexey-au-Plain, 1398 (cart. de Vaudémont domaine, f° 203) ; Barisey-le-Plein, 1582 (Tr. des ch. reg. B. 51, f° 160 v°) ; Bariseium ad Planum, 1653 (reg. cap. de la cath. de Toul)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence du village de Barisey-au-Plain est très ancienne[9]. Il existe une lettre, en date du du comte de Vaudémont, Ferry de Lorraine, qui indique « qu'il retient pour lui et pour Antoine, son fils, en sa garde spéciale, tous les habitants de Barexey au Plain, leurs corps, leurs biens et cheptelz (fruits et levées d'héritage) ; il veut que les bourgeois de ce lieu soient comme ses propres hommes et bourgeois de son comté de Vaudémont ; il promet de les garder, aider, conforter et réclamer, comme il ferait ou devrait le faire pour ses propres hommes et bourgeois de Vaudémont ».

Le nom de Barisey viendrait du nom d'un homme = Barius ou Barisius. Les différents noms de Barisey-au-Plain au cours des âges = Barexey-au-Plain en 1398 ; Barisey-le-Plein en 1582 ; Bariseium ad Planum en 1653.

Dans le même secteur géographique, il existe un deuxième Barisey (à quelques kilomètres seulement), Barisey-la-Côte. Un troisième Barisey (Barisey-la-Planche), sur lequel on ne possède que peu d'informations, a existé au sud de Barisey-au-Plain (à proximité de la voie romaine qui va de Langres à Trèves). Dans ce même secteur (la vieille-pierrière, au sud-est de Barisey-au-Plain), il a été fait quelques découvertes, à savoir quelques fragments de tuiles ainsi que plusieurs sépultures. Une étude assez précise de ces découvertes a été faite par Étienne Olry (instituteur à Allain). Celui-ci en a fait une description dans le Journal de la Société d'Archéologie et du Comité du Musée Lorrain en 1864. Nous pouvons y lire « qu'un ouvrier carrier du nom de Marc Henry, cherchant à extraire des pierres à bâtir, découvre les débris d'un sarcophage antique en pierre dite de Savonnières. Ce sarcophage, au moment de sa découverte par Marc Henry, n'était pas dans son état normal. Il était déjà brisé, ce qui semble démontrer qu'il avait déjà été découvert auparavant, et rétabli partiellement dans des dimensions plus réduites. Sa longueur ne faisait que 1,10 m, alors qu'il aurait dû faire, selon une reconstitution minutieuse d' Étienne Olry, 1,90 m. Le sarcophage contenait les ossements de deux personnes. Le couvercle du sarcophage, apparemment d'une seule pièce, avait disparu. À proximité immédiate de ce tombeau ont été trouvés des tessons d'une poterie romaine, gris foncé avec paillettes blanches, et une autre poterie rouge, de même origine, intacte, de moyenne façon et de la même forme des assiettes de Favières ».

Cinq ou six ans auparavant, le même ouvrier carrier avait trouvé une autre tombe (dans le même secteur) dans laquelle il découvre un squelette protégé par des tuiles plates. Détail curieux : le squelette avait les mains enchaînées. Cet ouvrier a découvert également quelques monnaies romaines représentant entre autres Néron, Agrippine et Antonin.

Une autre découverte a été faite quelques années plus tard lors de la construction d'un pont franchissant l'Aroffe au sud de Barisey-au-Plain. À un mètre de profondeur environ ont été découverts de nombreux ossements, plusieurs fers à chevaux (sept ou huit) et une lance. Les fers présentent une particularité dans leurs dimensions. Ils ne mesurent que 9 cm en largeur et en hauteur ce qui laisse supposer que les chevaux qui portaient ces fers n'étaient pas plus grands que des mulets. Étienne Olry, qui examina ces découvertes, pense qu'il a dû y avoir combat dans ce secteur, la présence de la lance le laisse penser.

Barisey-la-Planche semble avoir été détruite par les Suédois, en 1634, lorsqu'ils se rendaient au siège de La Mothe.

Le village a été très éprouvé au cours de la seconde guerre mondiale, lors des combats du 18 au [10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2001 Maurice Michel Simon    
2001 En cours Jean-Marie Gerondi[11],[12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancien ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 396 habitants[Note 3], en diminution de 5,26 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348362365330348423389462502
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
444449420416407439431414400
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
380356330313281268254304315
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
274256317304329304401400396
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

E. Grosse indique dans son ouvrage, vers 1836 :

« Surface territ.462 hect. , dont 306 en terres arables , 76 en bois et 74 en prairies....»[17] Le village a donc eu une tradition agricole, et la culture de la vigne est signalée sur la côte de Barizey-la-côte au nord de ce village.

Secteur primaire ou Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[18]), la commune de Barisey-au-Plain était majoritairement orientée[Note 4] sur la polyculture et le poly - élevage (auparavant même production ) sur une surface agricole utilisée[Note 5] d'environ 1079 hectares (égale à la surface cultivable communale) stable depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 930 à 740 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 8 exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune employant 18 unités de travail[Note 6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la voie romaine de Lyon à Trèves.
  • Château XIVe siècle/XVe siècle, qui appartenait au XVIe siècle à la famille des Armoises. En grande partie détruit à la Révolution, il ne subsiste plus que des vestiges : restes d'enceinte (deux tours rondes), porterie à mâchicoulis.
  • Église de la Nativité-de-la-Vierge : tour romane, chevet et chapelle castrale XVIe siècle, nef XVIIIe siècle.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.
  • Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, etc., Paris, Imprimerie impériale, 1862 (PP 47 et suite)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  5. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  6. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Siges - Fiche Ma commune », sur brgm.fr, .
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, etc., Paris, Imprimerie impériale, (notice BnF no FRBNF30793735).
  9. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, par le Cte J. Beaupré..., (lire en ligne), p. 24

    « Le Musée Lorrain possède des silex taillés trouvés par Olry (Etienne Dominique) à Barizey »

    .
  10. « 54046 - Barisey-au-Plain — GeneaWiki », sur fr.geneawiki.com (consulté le 9 novembre 2017).
  11. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020).
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique..., Nabu Press (réimpr. 2012) (1re éd. 1836) (ISBN 978-1-278-24895-0 et 1-278-24895-1, OCLC 936241814, lire en ligne), p. 50.
  18. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip ».