Hôtel Cail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel Cail
Image dans Infobox.
Façade de la mairie du 8e arrondissement de Paris.
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
mairie d'arrondissement
Fondation
Architecte
Albert Labouret
Construction
1865
Commanditaire
Propriétaire
Usage
Mairie, centre de vaccination contre le Covid-19 en France (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées

L'hôtel Cail est la mairie du 8e arrondissement de Paris , hébergeant les services municipaux de cet arrondissement. Situé 56 boulevard Malesherbes, il tient son nom de l'industriel français Jean-François Cail (1804-1871) dont il est l'ancien hôtel particulier. Une grande partie du bâtiment est inscrit aux monuments historiques depuis 1982.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

L'hôtel est situé au 3, rue de Lisbonne à Paris. Il longe le boulevard Malesherbes et ses jardins s'étendaient jusqu'à la rue de Lisbonne.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été conçu par l'architecte Albert Labouret, comme hôtel particulier pour le compte de l'industriel Jean-François Cail, et achevé en 1865. La décoration sculptée intérieure est l’œuvre de Pierre-Édouard Charrier, qui travailla également pour le palais du Louvre. Les thèmes développés rappellent l'industrie, l'agriculture et le commerce, à l'origine de la fortune de Cail. Ainsi, au premier étage, face au départ du grand escalier, le mur est orné de deux médaillons représentant Mercure et Cérès. Les peintures des plafonds sont principalement dues à Pierre-Victor Galland.

En 1922, la fille de Jean-François Cail vend l'hôtel à la Ville de Paris, pour la somme de 6 781 050 Francs[2]. En 1926, la mairie du 8e arrondissement qui était rue d'Anjou y est transférée. L'inauguration a lieu le .

Une aile fut construite en 1926-1928 rue de Lisbonne par l'architecte Jacques Hermant, pastiche de l'hôtel existant. Le premier étage accueille un tribunal d'instance, doté notamment d'une salle d'audience et d'une salle des pas perdus.

Protection du patrimoine[modifier | modifier le code]

Les façades et toitures sur rue et sur cour du bâtiment principal, le passage couvert du rez-de-chaussée, la cour avec sa fontaine et son décor d'architecture, l'escalier avec son vestibule, sa cage et sa rampe en fer forgé, les pièces suivantes avec décor : au rez-de-chaussée, deux anciennes chambres[n 1], au premier étage, corridor, ancien grand salon[n 2], ancien petit salon[n 3], ancien fumoir[n 4], ancienne salle à manger[n 5], ancienne chambre[n 6] et au deuxième étage, ancien petit salon[n 7] font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Gaillard, L'hôtel Cail - Mairie du VIIIe arrondissement, Paris : Comité des fêtes de la mairie du VIIIe arrondissement, s.d., 20 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Actuellement cabinet du secrétaire général adjoint et secrétariat.
  2. Actuellement salle des mariages.
  3. Actuellement bureau du maire.
  4. Actuellement bureau du maire adjoint.
  5. Actuellement salle d'attente pour les mariages.
  6. Actuellement bureau du secrétariat général.
  7. Actuellement bureau des élus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hôtel Cail (ancien) », notice no PA00088820, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Jean-Louis Thomas, Jean-François Cail, un auteur majeur de la première Révolution Industrielle, Association CAIL, 2004 (ISBN 2-952-2070-0-3).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]