Mahamadou Diarra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diarra.
Mahamadou Diarra
Mahamadou Diarra.JPG
Biographie
Nationalité Drapeau : Mali Malien
Naissance (35 ans)
Lieu Bamako (Mali)
Taille 1,83 m (6 0)
Période pro. 1998-2014
Poste Milieu défensif
Parcours junior
Saisons Club
1994-1997 Drapeau : Mali Centre Salif-Keita
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1998-1999 Drapeau : Grèce OFI Crète 021 0(2)
1999-2002 Drapeau : Pays-Bas Vitesse Arnhem 069 0(9)
2002-2006 Drapeau : France Olympique lyonnais 170 (14)
2006-2011 Drapeau : Espagne Real Madrid 125 0(4)
2011 Drapeau : France AS Monaco 009 0(0)
2011-2014 Drapeau : Angleterre Fulham 023 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2001-2012 Drapeau : Mali Mali 069 0(6)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 8 juin 2015

Mahamadou « Djila » Diarra, né le à Bamako (Mali), est un footballeur international malien qui évolue au poste de milieu de terrain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début au Mali et arrivée en Europe[modifier | modifier le code]

Mahamadou Diarra perce au centre Salif-Keita. De 1994 à 1997, il joue essentiellement en deuxième division, avant de partir une saison en Grèce, à l'OFI Crète à seulement 17 ans. L'expérience est concluante. Bien aidé par son grand frère qui y évolue déjà, Mahamadou évolue au poste d'ailier gauche, dispute 21 matchs et inscrit deux buts[1].

En 1998, Diarra met le cap au Nord et rejoint le Vitesse Arnhem pour une aventure de trois saisons. Les premiers mois sont difficiles : il souffre du climat, de la nourriture et de ne pas jouer. Nommé entraineur cours de route, Ronald Koeman change la donne. Il offre des responsabilités à Diarra qui s'investit pour ne pas le décevoir[1].

Révélation à l'Olympique lyonnais (2002-2006)[modifier | modifier le code]

Seule recrue de l'été 2002 à l'Olympique lyonnais, « Djila » se heurte d'abord à la concurrence. Pour la première fois de sa carrière, il se retrouve en tribune à regarder ses coéquipiers jouer. Diarra ne baisse pas les bras et gagne sa place. Il enchaîne ensuite les matchs comme titulaire[1].

Il forme, avec Michael Essien et Juninho Pernambucano, l'un des meilleurs milieux d'Europe, dépassant régulièrement les 100 ballons joués par match.

Après 4 titres de champion de France en 4 ans à l'OL, il part contre l'avis de l'entraîneur Gérard Houllier et du président Jean-Michel Aulas, recruté par le Real Madrid en 2006 pour 26 M€.

Peine à confirmer au Real Madrid (2006-2010)[modifier | modifier le code]

L'entraîneur du Real, Fabio Capello, le qualifie « de recrue n°1 » du club. Suivi par plusieurs clubs, « Mouss » doit au Real remplacer Claude Makélélé parti à Chelsea en 2003 et jamais remplacé.

Il marque un but décisif lors du dernier match de la Liga 2006-2007 permettant au Real d'être champion. Il avait été autorisé à disputer ce match par la FIFA (Le Mali jouait ce 17 juin 2007 un match de qualification de CAN 2008).

Tentative de relance à Monaco puis Fulham (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Le 3 juin 2014 il est libéré par Fulham FC.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il obtient sa première sélection en 1997 contre le Togo alors qu'il n'a que 16 ans et demi.

Lors de la CAN 2002, Diarra confirme son talent devant son public. S'imposant dans l’entre-jeu, il titre les Aigles jusqu'en demi-finale à seulement 21 ans[1].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Mahamadou Diarra est bon technicien et sait donner de sa personne dans le cœur du jeu. Son point fort est sa force mentale, son tempérament[1].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Mahamadou Diarra [2]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
1998-1999 Drapeau de la Grèce OFI Crète D1 21 2 - - - - - - - 21 2
1999-2000 Drapeau des Pays-Bas Vitesse Arnhem D1 16 2 1 0 - - C3 1 0 18 2
2000-2001 Drapeau des Pays-Bas Vitesse Arnhem D1 29 4 3 0 - - C3 2 0 34 4
2001-2002 Drapeau des Pays-Bas Vitesse Arnhem D1 24 3 4 0 - - - - - 28 3
2002-2003 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 28 1 1 0 2 0 C1+C3 5+2 0+0 38 1
2003-2004 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 27 1 0 0 0 0 C1 10 0 37 1
2004-2005 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 32 2 3 1 1 0 C1 9 2 45 5
2005-2006 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 31 3 2 1 1 0 C1 9 2 43 6
août 2006 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 2 0 0 0 0 0 C1 0 0 2 0
sept. 2006-2007 Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF Liga 33 3 4 0 - - C1 7 1 44 4
2007-2008 Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF Liga 30 0 0+2 0 - - C1 6 0 38 0
2008-2009 Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF Liga 9 0 1+2 0 - - C1 3 0 15 0
2009-2010 Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF Liga 15 0 2 0 - - C1 3 0 20 0
2010-jan. 2011 Drapeau de l'Espagne Real Madrid CF Liga 3 0 3 0 - - C1 3 0 9 0
jan. 2011-2011 Drapeau de la France AS Monaco Ligue 1 9 0 0 0 - - - - - 9 0
fév. 2012-2012 Drapeau de l'Angleterre Fulham FC PL 11 1 0 0 - - - - - 11 1
2012-2013 Drapeau de l'Angleterre Fulham FC PL 8 0 0 0 - - - - - 8 0
2013-2014 Drapeau de l'Angleterre Fulham FC PL 4 0 0 0 - - - - - 4 0
Total sur la carrière 332 22 28 2 4 0 - 60 5 424 29

Palmarès[modifier | modifier le code]

Diarra est un spécialiste des demi-finales perdues au début de sa carrière. En effet, cela lui arrive deux fois en Coupe des Pays-Bas avec Vitesse Arnhem et quatre fois en sélection (CAN Cadets, Mondial juniors et CAN 2002 et 2004)[1].

Avec le Drapeau : Mali Mali :

Avec l'Olympique lyonnais :

Avec le Real Madrid :

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son père était le patron d'une entreprise de puits et forages[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Laurent Maltret, Alain Gadoffre & Olivier Prevosto, « Découverte, les trois mousquetaires : Benjani, Utaka et Diarra », Onze Mondial, no 166,‎ , p. 30-31 (ISSN 0995-6921)
  2. Fiche de Mahamadou Diarra sur footballdatabase.eu
  3. voir l'Équipe Magazine n°1261 du 26/08/2006 (page 38)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :