Maddy Thorson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maddy Thorson
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (33 ans)
Nom de naissance
Matt ThorsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Grande Prairie Regional College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Maddy Thorson est une personnalité canadienne non-binaire active dans le développement de jeux vidéo et principalement connue pour son travail sur les jeux Celeste et TowerFall, née le sous le nom de Matt Thorson.

Thorson fonde le studio Matt Makes Games en 2012, avant de le dissoudre en et de le relancer simultanément sous le nom d'Extremely OK Games avec la même équipe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maddy Thorson naît le sous le nom de Matt Thorson[1]. Thorson commence à développer des jeux vidéo après avoir acheté — à l'âge de 14 ans — le logiciel Game Maker, et entreprend par la suite des études d'informatique au Grande Prairie Regional College (en), à Alberta, durant lesquelles l'élève travaille pendant quelques mois pour HermitWorks Entertainment, un petit studio de développement de jeux vidéo local, en 2008[2]. Thorson réalise ainsi différents petits jeux durant son enseignement secondaire puis ses études supérieures, parmi lesquels Jumper, FLaiL et An Untitled Story[3]. Thorson publie ses premiers jeux sous le nom de marque Helix Games, avant de le changer pour Matt Makes Games en [2].

Logo du studio Matt Makes Games.

Alors que son objectif à l'université était d'obtenir un diplôme en programmation et de rejoindre un important studio de développement, Thorson se rend compte peu avant l'obtention de son diplôme qu'il lui est possible de continuer à créer des jeux vidéo sans nécessairement devoir travailler dans une grande entreprise[4]. Après ses études, Thorson emménage donc avec Chevy Ray Johnston — un autre développeur rencontré pendant sa scolarité — à Vancouver, où ils réalisent ensemble plusieurs jeux. La majorité de ceux-ci étaient des jeux sur navigateur, et certains d'entre-eux furent publiés par la société américaine Adult Swim Games[3].

Lors d'une visite d'Alec Holowka (en) à leur appartement, Thorson participe avec lui à une game jam locale. Ils développent à deux les prémices d'un jeu de plates-formes dans lequel un archer tente de gravir une tour. Ce jeu deviendra finalement TowerFall en 2013, la première réalisation commerciale majeure de Thorson[4].

En 2012, estimant le succès que pourrait avoir TowerFall à sa sortie, Chevy Ray Johnston suggère qu'ils pourraient acquérir une maison plus grande afin d'avoir l'espace pour accueillir d'autres développeurs. Ils en achètent finalement une, toujours à Vancouver, en octobre de la même année. De surcroît, afin de concrétiser la publication de TowerFall, Thorson crée administrativement la société Matt Makes Games Inc. en [4],[5].

Après la publication du jeu en tant qu'exclusivité sur Ouya en , il est finalement porté sur d'autres plateformes en 2014 sous le nom de TowerFall: Ascension avec des fonctionnalités supplémentaires, et reçoit des critiques très favorables. Il avait en outre rapporté plus de 500 000 $ à ses créateurs dans le mois suivant sa sortie[4].

En , Forbes nomme Thorson dans la catégorie « jeu vidéo » de son classement annuel 30 Under 30 (en)[6].

Maddy Thorson lors de la Game Developers Conference de 2018.

En , Thorson et Noel Berry, un autre membre de Matt Makes Games, participent à une nouvelle game jam dans laquelle ils disposent de quatre jours pour créer un jeu de plates-formes de difficulté élevée sur la console Pico-8[7]. À la fin du concours, ils estiment que leur création mériterait d'être travaillée et développée plus profondément afin d'être commercialisée comme un jeu à part entière — ceux-ci commencent donc à travailler à plein temps sur le projet en , et le jeu, nommé Celeste, est finalement publié en [8],[9].

Celeste est rapidement acclamé par la critique et est considéré comme l'un des meilleurs jeux de l'année 2018 par la plupart de la presse spécialisée[9]. Il remporte également plusieurs prix, notamment à l'Independent Games Festival et aux Game Awards 2018[10],[11]. Il représente en outre un succès commercial, s'étant écoulé à plus de 500 000 exemplaires en [12]. En , le seuil du million d'unités vendues avait été dépassé[13].

Logo d'Extremely OK Games.

En , Thorson publie sur Twitter son coming out transgenre et non-binaire[14],[15], précisant son choix d'utiliser les pronoms « they » et « them » ainsi que le prénom « Maddy »[16].

Le suivant, Thorson dissout sa société Matt Makes Games pour la relancer avec les mêmes employés sous le nom d'Extremely OK Games. Ce changement de nom s'accompagne d'un achat de nouveaux locaux afin de pouvoir héberger l’entièreté de l'équipe — qui était auparavant partiellement dispersée à travers le monde — au même endroit[13],[17]. Thorson annonce dans le même temps que son studio travaille sur un nouveau projet, connu sous le nom de code « EXOK-1 »[17].

En , Maddy Thorson dévoile le prochain jeu de son studio en annonçant que, depuis le lancement d'Extremely OK Games, l'entreprise a travaillé sur quatre prototypes — EXOK-1, 2, 3 et 4 — afin de déterminer quel sera le prochain jeu qu'elle publiera[18]. Le quatrième de ces prototypes, finalement baptisé Earthblade, est retenu par les développeurs et devrait être le premier jeu intégralement développé par la société. Celui-ci est annoncé comme un jeu d'action-aventure en deux dimensions réalisé en pixel art[18],[19],[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matt Thorson, « Birthday Randomness » [archive du ], sur Matt Makes Blog, (consulté le )
  2. a et b (en) « Interview: Matt Thorson », sur Indie Games Plus, (consulté le )
  3. a et b (en) Lana Polansky, « Profile: Matt Thorson », sur Kill Screen, (consulté le )
  4. a b c et d (en) Chris Plante, « What it feels like to launch an indie hit », sur Polygon, (consulté le )
  5. (en) « Matt Makes Games Inc. », sur Canada's Business Registries (consulté le )
  6. (en) Dave Cook, « Oculus VR founder, Stanley Parable writer & more make Forbes '30 Under 30' list », sur VG247, (consulté le )
  7. (en) Jon Cousins, « Feature: Conquering The Indie Mountain With Celeste Creator Matt Makes Games », sur Nintendo Life, (consulté le )
  8. (en) Julia Alexander, « Towerfall developer’s next game, Celeste, heading to the Nintendo Switch », sur Polygon, (consulté le )
  9. a et b (en) « Celeste », sur Metacritic (consulté le )
  10. (en) Arti Sergeev, « IGF 2018 Winners Announced », sur 80lv, (consulté le )
  11. (en) Andy Chalk, « The Game Awards 2018 nominations have been announced », sur PC Gamer, (consulté le )
  12. (en) Liam Doolan, « Indie Hit Celeste Sold Over 500,000 Copies In 2018 », sur Nintendo Life, (consulté le )
  13. a et b (en) Tom Marks, « Inside EXOK Games: The Brand New Studio That's Already Sold a Million Copies », sur IGN, (consulté le )
  14. (en) Stacey Henley, « Celeste Reminds Me Of How Mean I Was Before I Transitioned », sur TheGamer, (consulté le )
  15. (en) Noelle Corbett, « Why Celeste's Protagonist Being Confirmed as Trans Is So Important », sur Comic Book Resources, (consulté le )
  16. Lucie Ronfaut, « Le livre de Léna Situations est un succès, et vous devriez vous demander pourquoi ça vous dérange », sur Numerama, (consulté le )
  17. a et b (en) Chris Kerr, « Celeste developers form new studio Extremely OK Games », sur Gamasutra, (consulté le )
  18. a et b (en) Shaun Prescott, « Celeste and Towerfall studio announces new action game set in ‘seamless pixel art world’ », sur PC Gamer, (consulté le )
  19. (en) Wesley LeBlanc, « Celeste Devs Tease Next Game With a "Vibe Reveal" », sur IGN, (consulté le )
  20. (en) Matt Wales, « Celeste dev announces new project Earthblade with 'vibe revealing' teaser art and music », sur Eurogamer, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]