Maître d'Antoine de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maître d'Antoine de Bourgogne
Période d’activité
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mécène
Influencé par
Œuvres réputées

Le Maître d'Antoine de Bourgogne est un maître anonyme enlumineur actif en Flandre et plus particulièrement à la cour des ducs de Bourgogne des années 1460 aux années 1480. Il doit son nom à trois manuscrits qu'il a réalisé pour Antoine, bâtard de Bourgogne.

Éléments biographiques et stylistiques[modifier | modifier le code]

La Chute des anges rebelles. Miniature extraite du manuscrit du Livre des bonnes mœurs ayant servi à la définition du style du maître.

L'historien de l'art allemand Friedrich Winkler lui a donné son nom de convention et a défini son style à partir de trois manuscrits ayant appartenu à Antoine de Bourgogne : le Livre des bonnes mœurs, les Dits et faits mémorables et le Compendium historiae universalis[1]. Le Maître anonyme intervient dans le sillage de l'enlumineur Loyset Liédet qui se trouve au centre d'un réseau de peintres au service de Philippe le Bon, dans lequel se trouve le Maître du Hiéron, le Maître aux mains volubiles ou le Maître de la Chronique d'Angleterre[2].

Le style de l'enlumineur repose de manière générale sur de grandes miniatures comportant des compositions savantes et originales. Sa palette de couleur contient de nombreux verts, mais aussi le rose pâle et le vermillon rehaussés d'or, ainsi que le bleu profond strié d'argent. Son chef d'œuvre est sans doute son livre d'heures noir actuellement conservé à Vienne[3].

On a parfois tenté d'identifier le maître anonyme avec Philippe de Mazerolles[4] mais finalement cette hypothèse n'a pas rencontré l'unanimité chez les historiens de l'art[5]. Plusieurs collaborateurs ont été distingués dont le Maître du Livre de prières de Dresde.

Manuscrits attribués[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Bousmanne et Thierry Delcourt (dir.), Miniatures flamandes, Bibliothèque nationale de France/Bibliothèque royale de Belgique, , 464 p. (ISBN 9782717724998), p. 310-322
  • (en) Scot McKendrick et Thomas Kren, Illuminating the Renaissance : The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, Getty Publications, , 591 p. (ISBN 978-0-89236-704-7, lire en ligne), p. 264-265
  • (en) Colum Hourihane (dir.), The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, (ISBN 9780195395365, lire en ligne), p. 114 (tome 1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Frederic Winkler, Die flämische Buchmalerei des XV. und XVI. Jahrhunderts: Künstler und Werke von den Brüdern van Eyck bis zu Simon Bening [Mit 91 Lichtdrucktafeln], Leipzig, 1925, p.85
  2. Miniatures flamandes, p.23
  3. Miniatures flamandes, p.312-313
  4. Antoine de Schryver, « Philippe de Mazerolles : le livre d'heures noir et les manuscrits d'Ordonnances militaires de Charles le Téméraire », Revue de l'Art, no 1,‎ , p. 50-67 (lire en ligne)
  5. Miniatures flamandes, p.311 et 331-333
  6. (en) Notice du Philamuseum