MAB modèle D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

MAB modèle D
Image illustrative de l'article MAB modèle D
Exemplaire d'un MAB D ayant appartenu au Major général de la Marine Philippe Ausseur et conservé au Musée de la Marine.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Type Pistolet
Munitions 7,65 Browning ou 9mm court
Fabricant Manufacture d'Armes de Bayonne (MAB)
Période d'utilisation 1933 à 1982
Production ~ 200 000 exemplaires de 1933 à 1982.
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 800 g
Longueur(s) 176 mm
Longueur du canon 101 cm
Caractéristiques techniques
Architecture carcasse acier.
Mode d'action Platine simple action et sécurité par blocage du percuteur.
Cadence de tir 18 coups par minute
Vitesse initiale 213 m/s en 7,65 mm
Capacité 7,65 mm : 9 cartouches (+ 1 dans la chambre)
mm : 8 cartouches (+ 1 dans la chambre)
Viseur Hausse et guidon fixes
Variantes Type I / Type II

Catégorie Arme de guerre / Catégorie B

Le MAB Modèle D est un pistolet de police et de défense produit en France de 1933 à 1982 par la Manufacture d'Armes de Bayonne. Version agrandie du MAB modèle C, son gabarit le rapproche du FN 10/22.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il fonctionne par culasse non calée et simple action, à percuteur lancé (faisant également office d'éjecteur) comme ses aînés belges, Browning M1910 et 10/22. Il diffère du modèle belge par l’emplacement (en arrière de la détente) et la forme de son levier de sûreté (bloquant la détente et non la gâchette contrairement au Browning, et permettant comme ce dernier d'immobiliser la culasse en arrière, pour le démontage notamment). Comme de nombreux pistolets de cette génération, la culasse ne reste pas ouverte en fin de chargeur. Son verrou de chargeur est accessible au pouce d'un droitier, tandis que celui du Browning est situé au talon de la crosse. De même les organes de visée fixes (guidon et cran de mire) ont été améliorés. L’arme possède une pédale de poignée bloquant la gâchette et interdisant le tir si elle n'est pas pressée, ainsi qu'une sécurité de chargeur, gains très appréciables en matière de sécurité pour un pistolet semi-automatique à simple action hammerless, par rapport à un Ruby notamment. Ce PA produit a Bayonne était vendu en calibre 7,65 Browning et 9mm court. L’arme subit des modifications mécaniques et esthétiques mineures en 1946, 1948 et 1950.

Production et diffusion[modifier | modifier le code]

Le MAB D fut produit de 1933 à 1963 (9 mm) et 1967 (7,65 mm) pour le marché français et l’exportation. L'Armée française l’utilisa lors de la Seconde Guerre mondiale. Entre 1940 et 1944, il fut livrée à la Wehrmacht et arma les FFI. Il fut en service dans la Police nationale, la Gendarmerie nationale, l’ONF, les douanes françaises et la Banque de France après 1945. La Marine nationale en fut aussi doté durant les guerres d'Indochine et d'Algérie.

Un importateur californien le commercialisa aux États-Unis sous le nom de WAC Le Gendarme. Une variante peu courante dite MAB "C/D" combine la carcasse du MAB D et l'ensemble canon-culasse du MAB C, elle permet de garder la capacité du modèle D (9 cartouches dans le chargeur en 7,65 mm) et sa prise en main, tout en bénéficiant d'une arme plus courte et donc un peu plus compacte.

Évaluation[modifier | modifier le code]

Le policier et journaliste spécialise M. Malherbe le trouve légèrement supérieur au FN M1922 mais lui reproche son calibre faible et son absence de chien (il fonctionne par percuteur lancé). Il souffrit de l’absence de double action face au Walther PP, d'une précision inférieure quoique bonne compte tenu de la définition de son usage, ainsi que de l'absence d'indicateur de chargement, d'armement et d'avertisseur de fin de chargeur, témoins d'une conception ancienne. C'est par contre une arme bien équilibrée et profilée, plate, agréable au tir et bien adaptée au port extérieur dans un étui comme au port en civil dans une poche (où sa version compacte, le MAB C, avec deux cartouches de moins dans le chargeur et plus courte, pourra être plus adaptée grâce à son moindre encombrement).

Références imprimées[modifier | modifier le code]

  • Jean Huon, Les Pistolets Automatiques Français, 1890–1990, Paris, Histoire & Collections, , 160 p. (ISBN 2-908182-33-5).
  • Bernard Meyer, « Les Prototypes MAB », Gazette des armes, no 200,‎ date inconnue.

Liens externes[modifier | modifier le code]