Lucius Pinarius Mamercinus Rufus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinarius Mamercinus.

Lucius Pinarius Mamercinus Rufus est un homme politique romain du Ve siècle av. J.-C., consul en 472 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre des Pinarii Mamercini, branche de la gens des Pinarii. Son nom complet est une reconstitution obtenue en mêlant les indications fournies par Denys d'Halicarnasse, Tite-Live et Diodore de Sicile. Ce dernier le nomme Lucius Pinarius Furius Mamertinus[a 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 472 av. J.-C., il est élu consul avec Publius Furius Medullinus Fusus[1]. Sous leur consulat, le tribun de la plèbe Volero Publilius propose une loi (Rogatio Publilia) qui prévoit de faire élire les tribuns par les comices tributes[1], espérant ainsi exclure les patriciens et leurs clients du vote et les priver de leur pouvoir d’influer sur le résultat du scrutin[a 2],[a 3].

C'est également durant son consulat qu'est exécutée la vestale Orbinia, ou Sunia, condamnée à mort pour n'avoir pas respecté ses engagements de prêtresse dédiée au culte de Vesta[2],[a 4].

Selon Varron, les deux consuls sont les auteurs d'une loi, la Lex Pinaria Furia de mense intercalari, qui mentionne la méthode de l'intercalation[a 5] permettant de compenser les décalages qui découlent d'un calendrier basé sur les cycles lunaires en ajoutant des jours intercalaires[3]. Il est possible que la loi s'inscrive dans une volonté de faire évoluer progressivement le calendrier romain d'un calendrier lunaire vers un calendrier lunisolaire avec une intercalation spéciale de 22 jours[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a et b Broughton 1951, p. 29.
  2. Broughton 1951, p. 30.
  3. a et b King 2006, p. 27.
  • Sources antiques :
  1. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XI
  2. Tite-Live, Histoire romaine, II, 56
  3. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, IX, 40-42
  4. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, IX, 40, 3-4
  5. Macrobe, Saturnales, I, 13

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Auteurs antiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages modernes[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.
  • (fr) Janine Cels-Saint-Hilaire, La République des tribus : Du droit de vote et de ses enjeux aux débuts de la République romaine (495-300 av. J.-C.), Presses universitaires du Mirail, coll. « Tempus », , 381 p. (ISBN 2-85816-262-X)
  • (en) Richard Jackson King, Desiring Rome : Male Subjectivity and Reading Ovid's Fasti, Ohio State University Press, , 328 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]