Loul Combres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loul (homonymie).
Loul Combres
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Loul Combres, né le à La Garenne-Colombes (département de la Seine), est un céramiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Loul Combres a fait l’école des beaux-arts de Nîmes en 1955-1956. En 1960, il a installé son atelier à Fobies (Lozère), multipliant les travaux sur l’argile, les terres polies, les cuissons au bois, obtenant ainsi en 1964 le prix de la Fondation de la vocation pour les travaux sur l’argile.

De 1964 à 1975, il demeure dans l’atelier des Pesquis à Narbonne, puis de 1975 à 2000, travaille dans l’atelier de Méjantel, à Barjac à proximité de Mende.

Aujourd'hui, il travaille à Prades-le-Lez dans le département de l'Hérault.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Spécialiste de grandes interventions publiques, il a réalisé trente chantiers « Céramique et Architecture » et des performances de « Fire art (en) », telles La Bastille et Le Dragon réalisées à Amiens et Le Poisson à Nyons en Suisse. Ses œuvres de petite taille sont par ailleurs exposées dans des galeries.

Il est créateur du groupe TER (Terre / Environnement / Réalisation), des rencontres de l’Argile et du Festival international du film sur l’argile et le verre[1] avec les ateliers d’art de France.

Membre de l’Académie internationale de la céramique[2], il la représente à l’Unesco.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le CRDP Languedoc Roussillon a réalisé un film sur Loul Combres, D'argile et de Feu qui fait découvrir l'artiste dans son atelier et présente le travail de métamorphose de l’argile : tourner, transformer, inciser, engober, polir, cuire. Il présente également des performances conçues et réalisées pour de grands évènements artistiques et festifs, comme les cuissons spectaculaires d’une Bastille et d’un Dragon[3].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Moderne Keramik aus Frankreich: 1970 bis 2000. Aus der Sammlung Kermer. Theodor-Zink-Museum, Wadgasserhof, Kaiserslautern, 2014 (Catalogue d'exposition: Kaiserslautern, 11 octobre 2014–15 février 2015) (ISBN 978-3-936036-38-1), p. 78, pl. coul. 67
  • Céramique française 1970–2000: Donation France et Wolfgang Kermer, Sarreguemines, Edition Musées de Sarreguemines, 2018, (ISBN 978-2-91375-924-4), p. 72–73, pl. coul., ill. couverture

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]