Louise-Marguerite Claret de la Touche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claret et Touche.

Louise-Marguerite Claret de la Touche
Image illustrative de l’article Louise-Marguerite Claret de la Touche
Vénérable
Naissance
Saint-Germain-en-Laye France)
Décès (à 47 ans) 
Vische (Turin, Italie)
Nom de naissance Marguerite-Céline Claret de la Touche
Ordre religieux Ordre de la Visitation

puis Sœurs de Béthanie du Sacré-Cœur (de) (fondatrice)

Béatification cause en cours
Vénérée par Église catholique

Louise-Marguerite Claret de la Touche, née Marguerite-Céline le à Saint-Germain-en-Laye (France) et morte le à Vische (Turin, Italie), est une religieuse et mystique française. D'abord visitandine, elle quitte cet ordre pour fonder les Sœurs de Béthanie du Sacré-Cœur (de)[1]. Elle est reconnue vénérable par l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite-Céline entre chez les visitandines de Romans-sur-Isère le . Elle devient postulante le et prononce ses vœux le . À partir de 1901, elle reçoit des visions régulières du Sacré-Cœur. Chassées par la loi sur la laïcité de 1905, les sœurs émigrent en Italie le et s'installent finalement à Turin. L'année suivante, Sœur Louise-Marguerite est élue supérieure de la communauté pour un mandat de six ans. Durant ces années, elle murit l'idée d'un apostolat du Sacré-Cœur pour les prêtres, pour lequel elle écrit alors le Cœur de Jésus et le sacerdoce. Dans ses visions, le Christ lui aurait dit : « Je veux que mes prêtres soient des semeurs d'amour »[2]. Le , elle fonde l'Institut de la Visitation du Sacré-Cœur, qui reçoit le nom de Sœurs de Béthanie du Sacré-Cœur (de) le .

Ses visions et ses écrits inspirent Mgr Matteo Angelo Filipello, évêque d'Ivrea, et le père Alfred Charrier, S.J., dans la création de L'Alliance sacerdotale universelle des Amis du Sacré-Cœur, érigée canoniquement le 16 juin 1918.

Béatification[modifier | modifier le code]

Son procès en béatification fut ouvert en 1937. Le , le pape Benoît XVI la déclara vénérable.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Au service de Jésus prêtre, Turin-Rome, Marietti , 1925.
  • Le cœur de Jésus et le prêtre, Vische, Betania del Sacro Cuore , 1982, 193 p.
  • Journal intime d'une mystique française visitandine, Vische, Betania del Sacro Cuore, 1983, 215 p.
  • Le livre de l'amour infini : les besoins de notre époque, Paris, Maison de la bonne presse, 1941, 195 p.

Elle est également l'auteur de plusieurs prières : « Jésus, mon Amour », « Jésus, prêtre éternel »[3], « Mon Pasteur adoré, je veux vivre pour Toi », « Quand Tu montres à mes yeux un reflet de ta Face » et « Me voici, ô Jésus, pour faire ton Œuvre d'Amour »[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) P. Ferdinand Baumann S.J., Ich habe an die Liebe Gottes geglaubt... Leben der Dienerin Gottes, Mutter Luise Margareta Gründerin von Bethanien des Heiligstens Herzens, Fribourg, Kanisius, 1955.
  • (de) Ferdinand Holböck, Aufblick zum Durchbohrten. Stein am Rhein (Christiana), 1990, Seiten 310-313[5].

Références[modifier | modifier le code]