Louisa Siefert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louisa Siefert
LouisaSiefert.jpg
Anonyme, Portrait de Louisa Siefert,
localisation inconnue.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 32 ans)
PauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Louisa Siefert, née à Lyon le et morte à Pau le , est une poétesse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Guichard, Louisa Sieffert aux Ormes (1869), musée des beaux-arts de Lyon.

Issue d'une famille protestante établie à Lyon, elle reçoit une bonne éducation religieuse. Son père Henri était un homme d’affaires venu jeune à Lyon et originaire de la Hesse tandis que sa mère était fille et petite-fille de soyeux lyonnais, de lointaine origine alémanique (canton de Thurgovie en Suisse) et alliés en France à une famille descendante de protestants cévenols. Accablée dès l’adolescence par une maladie qui devait l’emporter précocement, elle a laissé une poésie empreinte de douleur mais soutenue d’un vif spiritualisme protestant[1].

Son premier recueil de poèmes, Rayons perdus, paru en 1868, connaît un grand succès. En 1870, Rimbaud s'en procure la quatrième édition et en parle ainsi dans une lettre à Georges Izambard : « […] j'ai là une pièce très émue et fort belle, Marguerite […]. C'est aussi beau que les plaintes d'Antigone dans Sophocle. »

En 1863, elle fait la connaissance de Charles Asselineau, ami de Baudelaire, et entre grâce à lui en relation avec des écrivains tels que Victor Hugo, Edgar Quinet, Émile Deschamps, Théodore de Banville, Leconte de Lisle, Sainte-Beuve, Michelet et avec le peintre Paul Chenavard. Asselineau adresse son premier recueil à Victor Hugo, qui lui envoie en retour une photographie dédicacée ainsi : « À Mademoiselle Louisa Siefert après avoir lu ses charmants vers ». Elle se sent autorisée à lui dédier son Année républicaine[2]. Asselineau meurt en 1874, léguant toutes ses archives à Louisa Siefert, qui ne lui survivra que quelques années.

Elle meurt le à Pau où elle soignait une tuberculose osseuse (coxalgie) qui avait fini par atteindre ses poumons.

Louisa Siefert est l'arrière-grand-tante du chanteur Renaud.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Rayons perdus, Paris, Lemerre, 1868
  • L'Année républicaine, Paris, Lemerre, 1869 Texte en ligne
  • Rayons perdus, préface de Charles Asselineau Paris, Lemerre, 2e éd., 1869 En ligne sur Gallica
  • Les Stoïques, Paris, Lemerre, 1870
  • Les Saintes Colères, Paris, Lemerre, 1871
  • Comédies romanesques, Paris, Lemerre, 1872
  • Méline, Paris, Lemerre, 1876
  • Souvenirs rassemblés par sa mère et poésies inédites, Paris, Fischbacher, 1881
  • Rayons perdus suivi de Les Rêves et Pantoum, CreateSpace, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Poche, Une culture autre : la littérature à Lyon (1890-1914), L’Harmattan, 2010 ; collectif, Visages du Lyonnais, Paris, Éditions des Horizons de France, 1952.
  2. Victor Hugo possédait dans sa bibliothèque de Hauteville House les trois recueils de poésies de Louisa Siefert.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wendy Nicholas Greenberg, Uncanonical Women Feminine Voice in French Poetry, Rodopi, coll. « Chiasma », Amsterdam/Atlanta, GA, 1999, 181 p. (ISBN 90-420-0532-7), chap. III (« Louisa Siefert : Imitation and Romantic Melancholy »), p. 69.
  • Pierre Brunel, « Rimbaud et Louisa Siefert », dans Studi in onore di Mario Matucci, Pisa, Pacini, 1993, 126 p., p. 202-210 (ISBN 2-7298-4850-9).
  • Jean Butin, « Louisa Siefert », dans Ces Lyonnaises qui ont marqué leur temps, Lyon, Éd. Lyonnaise Art et Histoire, 2004, 284 p.. (ISBN 2-84147-092-X).
  • Okabe Kyoko, « Une poétesse oubliée Louisa Siefert : à travers la lecture de Rimbaud », Gakushuin University studies in Humanities, 15, 2006, p. 175-193 (ISSN 0919-0791).
  • Lucien Scheler, « Un poète oublié, Louisa Siefert », Bulletin du Bibliophile, no 1, Paris, 1992, p. 162-185.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :