Louis Boutan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Boutan
Raco-Boutang.jpg

L'océanographe et biologiste Émile Racovitza est ici en plongée, équipé d'un scaphandre à casque. Photographie de Louis Boutan, prise en 1899 à Banyuls-sur-Mer.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Louis Marie-Auguste Boutan, né le à Versailles (Seine-et-Oise) et mort le à Tigzirt (Département d'Alger)[1], est un biologiste et photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Augustin Boutan, inspecteur général de l'instruction publique. Il fait des études de biologie et d’histoire naturelle à l’Université de Paris et devient préparateur adjoint à la Sorbonne à l'âge de vingt ans. En 1880, il nommé chef-adjoint pour une mission en Australie et part avec la délégation française à l’exposition universelle de Melbourne. Il y reste dix-huit mois, parcourt le continent et identifie de nombreuses nouvelles espèces animales. Lors du voyage du retour, il collecte un nombre important de bénitiers.

À l'invitation du professeur Henri de Lacaze-Duthiers, il se rend en 1884 au Laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer. Il va y étudier sur place pendant six étés la biologie marine. En 1886, il apprend à plonger et obtient son doctorat ès-sciences à Paris avec une thèse intitulée Recherches sur l'anatomie et le développement de la fissurelle. Comparaison de la fissurelle avec les types voisins. Utilisant le scaphandre pour étudier les animaux dans leur milieu naturel, il regrette alors de ne pouvoir en ramener des images. La même année, il est nommé maître de conférence en zoologie à la faculté de Lille.

En 1892, Boutan décide de photographier la vie sous-marine. Il fait construire en 1893 avec son frère Auguste une boîte étanche pour un appareil de type Détective à 6 plaques de 9 cm x 12 cm, avec lequel il prend plusieurs clichés en pose entre 3,5 et 11 m de fond. Encouragé par ces premiers résultats il fait construire ensuite un gros appareil amphibie à plaques de 18 x 24 cm et muni d'un objectif plus lumineux avec lequel il prend des photos instantanées. Il compense parfois l'absorption de la lumière solaire en profondeur avec un flash où un fil de magnésium brûle dans de l'oxygène, avec un temps de pose inférieur à la seconde. Il prendra enfin une photo télécommandée à l'aide d'un électroaimant et de deux arcs électriques étanches, en instantané à 50 m de profondeur[2].

Il fait paraître, en 1900 chez Schleicher à Paris, La Photographie sous-marine et les progrès de la photographie. Il est alors nommé en Indochine et à son retour en 1906 donne des cours à la Faculté des sciences de Bordeaux. En 1915, il développe avec son frère un appareil de plongée pour l'Armée. Il deviendra plus tard directeur du laboratoire de zoologie d'Arcachon, puis inspecteur des pêches à Tigzirt, fonction qu'il conserve jusqu'à sa retraite. En 1925, il préside la Société zoologique de France. Il nous a laissé des manuels pour étudiants, deux monographies et environ 200 communications scientifiques.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Cours de botanique, Paris, Hachette,‎ , in-18, 288 p. (notice BnF no FRBNF30149146)
  • Cours de zoologie, Paris, O. Doin,‎ , in-18, 510 p. (notice BnF no FRBNF31859416)
  • La photographie sous-marine et les progrès de la photographie, Paris, Schleicher frères,‎ , VI-332 p. (notice BnF no FRBNF30149148, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Boutan, La photographie sous-marine et les progrès de la photographie, Paris, J.-M. Place : VI-332 p. (ISBN 2-85893-071-6)
  • Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers »,‎ , 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, notice BnF no FRBNF43886275), p.17-18
  • Jean Rifa, Des hommes et le Roussillon, Éditions Trabucaire,‎ , 331 p. (ISBN 9782849741276), p. 227-230
  • Paul Jeannin-Naltet, Mémoires de la Société Historique du Gers, 2e trimestre 1963

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autorité BnF
  2. Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers »,‎ , 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, notice BnF no FRBNF43886275)