Lorenzo Carcaterra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lorenzo Carcaterra
Naissance
Hell's Kitchen, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Lorenzo Carcaterra, né le à Hell's Kitchen[1], un quartier new-yorkais, est un écrivain, journaliste et scénariste américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance difficile dans un quartier défavorisé de New York, il devient journaliste au New York Daily News. Il est ensuite consultant de Cop Talk, une émission de la télévision américaine consacrée à la police, puis il rédige des histoires sur des policiers, inspirées de faits réels, pour la série télévisée documentaire américaine Top Cops.

Un père indigne (A Safe Place, 1993) est un ouvrage autobiographie qui évoque son enfance auprès d'un père abusif dont il découvre le passé d'assassin de sa première femme et d'ancien détenu. Sleepers (1995) s'inspire lui aussi de douloureux souvenirs de jeunesse. Avec Les Apaches (Apaches, 1997), il abandonne le récit autobiographique pour raconter les exploits de policiers d'exception, alors que Gangster (2001) suit le parcours d'un fils de paysans napolitains qui, recueilli par un gang de truands de New York, devient un important caïd de la pègre.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Apaches (1997)
    Publié en français sous le titre Les Apaches, Paris, Presses de la Cité, 1998 (ISBN 2-258-04933-4)
  • Gangster (2001)
    Publié en français sous le titre Gangster, Paris, Presses de la Cité, 2002 (ISBN 2-258-05764-7) ; réédition, Paris, Presses Pocket no 11795, 2005 (ISBN 2-266-12815-9)
  • Street Boys (2002)
    Publié en français sous le titre Les Enfants de la guerre, Paris, Presses de la Cité, 2004 (ISBN 2-258-06220-9)
  • Paradise City (2004)
  • Chasers (2007)
  • Anges Midnight (2010)

Récits autobiographiques[modifier | modifier le code]

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hell's Kitchen sert de décor pour son livre le plus célèbre, Sleepers.

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]