Lionel Floch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Floc'h.
Lionel Floch
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Lionel Floch, né en 1895 à Quimper et mort en 1972, est un peintre, graveur et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier de marine, il suit ses études secondaires au lycée de La Tour d'Auvergne de Quimper. Mobilisé pendant la Première guerre mondiale, il apprend ensuite la peinture près de Théophile Deyrolle à Concarneau et est aussi influencé par Lucien Simon, faisant partie de la Bande noire.

De 1923 à 1948, il travaillera pour gagner sa vie comme receveur de l'enregistrement à Pont-Croix (Finistère), et fréquente pendant l'Entre-deux-guerres le milieu intellectuel et artistique quimpérois, devenant entre autres l'ami de Jean Moulin (alors sous-préfet de Châteaulin et lui-même artiste) et de Max Jacob.

Antimilitariste, anticlérical et antigaulliste[1], c'est un peintre engagé : «  excessif et coléreux, il est aussi pudique et timide »[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

S'il s'est un peu adonné à la peinture abstraite, c'est essentiellement un peintre figuratif qui a surtout représenté des scènes de vie du Pays Bigouden et surtout de la région du Cap Sizun, représentant fréquemment les paysages de la Baie de Douarnenez, la baie d'Audierne, la Pointe du Raz, etc.… et des scènes de vie comme les pardons bretons, les scènes de port, le ramassage du goémon, etc.

Parmi ses œuvres :

La Maison commune (maison du marquisat) de Pont-Croix et le Musée bigouden de Pont-l'Abbé ont représenté une rétrospective de son œuvre en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]