Ligne de Mézy à Romilly-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Mézy à Romilly-sur-Seine
Image illustrative de l’article Ligne de Mézy à Romilly-sur-Seine
L'embranchement de la ligne de Paris à Strasbourg vers Romilly à Mézy.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Esternay, Romilly-sur-Seine
Historique
Mise en service 1884
Fermeture 1939 – 1969 (fermeture partielle)
Concessionnaires Est (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 004 000
Longueur 78,665 km
Vitesse maximale
commerciale
20 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Simplifiée (VUTR)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret SNCF
Schéma de la ligne

La ligne de Mézy à Romilly-sur-Seine est une ligne de chemin de fer française non électrifiée à écartement standard et à voie unique de la région Champagne-Ardenne. Elle est partiellement déclassée. La voie et la plateforme sont encore utilisées jusque Montmirail pour le transport de céréales.

Elle constitue la ligne 004 000 du réseau ferré national.

Dans la nomenclature régionale des lignes du réseau de l'Est, elle formait la branche sud de la ligne 22-2, la ligne de Château-Thierry à Oulchy - Breny en étant la branche nord.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne, d'une part tronçon d'un itinéraire de la vallée de l'Ourcq à Esternay et d'autre part chemin de fer d'Esternay à Romilly, est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le 31 décembre 1875 entre le ministre des Travaux Publics et la compagnie. Cette convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare la ligne d'utilité publique[1].

Source : Trains oubliés, volume 1

  • Ouverture
  • Fermeture au service voyageurs
  • Fermeture au service marchandises
    • Juin 1940 : Lurey-Conflans – Romilly-sur-Seine
    •  : Villenauxe – Lurey-Conflans et Montmirail – Esternay
    • 1 avril 1991 : Esternay – Villenauxe , à l'occasion de l'affermage du tronçon Fère-Champenoise - Esternay aux CFTA, filiale de Véolia.
  • Retranchement du réseau ferré national

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Lurey-Conflans à Romilly-sur-Seine (PK 73,000 à 76,233), le 12 novembre 1954[2].
  • De Lurey-Conflans à Romilly-sur-Seine (PK 76,233 à 77,500), le 13 février 1964[3].
  • De Lurey-Conflans à Romilly-sur-Seine (PK 77,500 à 77,750), le 19 octobre 1967[4].
  • De Montmirail à Esternay (PK 26,175 à 45,005), le 29 octobre 1970[5].
  • Section à Montmirail (PK 25,860 à 26,175), le 20 mars 1978[6].

La ligne aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La ligne est partiellement exploitée entre Mézy et Artonges pour le transport fret. Elle est entièrement à voie unique entre ces deux gares et en matière de signalisation c'est la consigne relative à la voie unique à trafic restreint (VUTR) qui est appliquée. Certains passages à niveaux sont commandés par les agents de trains manuellement. Les fonctions de chef de ligne sont assurées par l'agent circulation de Château-Thierry. La circulation est totalement interdite entre Artonges et Montmirail sauf sous consigne spéciale[7].

En 2011, une association locale, le TFBCO (Tourisme Ferroviaire de la Brie Champenoise à l'Omois)[8], tente de reconvertir la ligne pour en faire une utilisation touristique. Elle possède déjà un autorail de type Picasso remis à neuf grâce aux contributions de bénévoles, de VFLI et de la SNCF. Elle est aussi en pourparlers avec la SNCF pour racheter les bâtiments de la gare de Montmirail[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 4906 - Loi qui déclare d'utilité publique plusieurs chemins de fer et approuve la convention passée avec la Compagnie des chemins de fer de l'Est pour la concession desdits chemins de fer : 31 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 286,‎ , p. 1301 - 1310 (lire en ligne).
  2. Journal Officiel de la République Française du 13 novembre 1954 page 10 676.
  3. Journal Officiel de la République Française du 22 février 1964 page 1 828.
  4. Journal Officiel de la République Française du 5 novembre 1967 page 10 878.
  5. Journal Officiel de la République Française du 18 novembre 1970 page 10 609.
  6. Journal Officiel de la République Française du 29 mars 1978 page 2 636.
  7. a et b La vie du rail n°3306 (13 avril 2011) (ISSN 0042-5478)
  8. Le site du TFBCO