Ligne 76 (Infrabel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne
76
Ligne de Adinkerke à Poperinge
image illustrative de l’article Ligne 76 (Infrabel)
Carte de la ligne
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Historique
Mise en service 1915 – 1920
Fermeture 1934 – 1942
Concessionnaires Armée belge (1915 – 1920)
État-belge (1920 – 1926)
SNCB (1926 – 1942)
hors-service (à partir de 1942)
Caractéristiques techniques
Longueur 34 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne 76 était une ligne ferroviaire belge du réseau de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) qui reliait les villes d'Adinkerke et de Poperinge. Longue de 34 kilomètres, elle comportait une voie unique à écartement standard.

Créée en 1915 par l'armée belge lors de la Première Guerre mondiale, elle est fermée et démontée sur ordre de l'occupant Allemand en 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale. Hors-service depuis, il ne reste que quelques rares traces de cette ancienne ligne.

Historique[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1915, création par l'armée belge[1]
  • 30 septembre 1920, ouverture de l'exploitation civile par l'administration des chemins de fer de l'État-belge[1]
  • 1942, démontage de la voie, sur ordre de l'armée d'occupation Allemande[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1915, lors de la Première Guerre mondiale l'armée belge construit une ligne ferroviaire d'Adinkerke à Poperinge, notamment pour les transports de troupes et la logistique du Front de l'Yser[2]. Elle comportait des embranchements de lignes militaires de l'armée française.

Après la fin du conflit, l'Administration des chemins de fer de l'État-belge reprend la ligne et l'ouvre à l'exploitation pour un trafic voyageurs le 30 septembre 1920. La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), qui a pris la suite de l'administration lors de sa création en 1926, l'ouvre au trafic marchandises vers 1930. En 1932 la SNCB qui a décidé de ne pas remettre en état le pont sur l'Yser, morcelle la ligne en deux sections : d'Adinkerke à Beveren et de Roesbrugge à Poperinge[2]. En 1934 elle ferme le trafic voyageurs[1].

Au début de la Seconde Guerre mondiale le trafic marchandises est suspendu et en 1942 l'armée Allemande donne l'ordre de démonter la voie ferrée[1].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Ligne[modifier | modifier le code]

Dénommée Ligne 76 sur le réseau de la SNCB, c'était une ligne à voie unique à écartement standard, elle est hors service[3].

Gares[modifier | modifier le code]

Liste des gares de la ligne avec leur point kilométrique[1] : Adinkerke (La Panne) (0,0), Houthem - Wulveringem (7,9), Leisele - Izenberge (10,6), Beveren - Stavele (15,6), Roesbrugge (20,4), Proven (22,1), Poperinge (34,0).

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

La ligne comportait notamment trois ponts :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Archive site pandora, 76 Adinkerke - Poperinge lire (consulté le 9 mai 2012).
  2. a, b, c et d (nl) Paul Kevers, L. 76 : Adinkerke - Poperinge lire (consulté le 9 mai 2012)
  3. Site belrail.be, Lignes SNCB Lire (consulté le 9 mai 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]