Ligne à écartement métrique de Bulle à Broc-Fabrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Bulle à Broc-Fabrique
Image illustrative de l’article Ligne à écartement métrique de Bulle à Broc-Fabrique
Descente finale vers la chocolaterie Cailler.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Bulle, La Tour-de-Trême, Broc
Historique
Mise en service 1912
Électrification 1912
Fermeture 2021
Concessionnaires Compagnie du chemin de fer Châtel-Saint-Denis - Palézieux (CP) (1912 – 1903)
Chemins de fer électriques de la Gruyère (CEG) (1903 – 1942)
Chemins de fer fribourgeois Gruyère–Fribourg–Morat (GFM) (1942 – 2000)
Transports publics fribourgeois (TPF) (à partir de 2000)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 256
Longueur 5,44 km
Écartement métrique (1,000 m)
Électrification 900 V cc
Pente maximale 50 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire Transports publics fribourgeois
Exploitant(s) Transports publics fribourgeois
Trafic RER Fribourg, fret

La ligne à écartement métrique de Bulle à Broc-Fabrique est une ligne de chemin de fer à écartement métrique et à voie unique électrifiée du réseau des Transports publics fribourgeois. Elle relie la gare de Bulle à la gare de Broc-Fabrique, au niveau de la chocolaterie de la maison Cailler via La Tour-de-Trême et Broc. Elle est desservie par les trains de la ligne S60 du RER Fribourg.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne de Bulle à Broc-Fabrique a été ouverte en , où elle est reliée à la chocolaterie Cailler (aujourd'hui Nestlé). Le prolongement de cette ligne vers Fribourg, prévu à l'origine, n'a pas été construit en raison de la Première Guerre mondiale. Après l'ouverture de l'autoroute A12 à la fin des années 1970, une ligne de bus rapide a été établie sur la ligne entre Bulle et Fribourg, qui a fonctionné jusqu'en [1].

La ligne a été exploitée jusqu'en par les Chemins de fer électriques de la Gruyère, date à laquelle ils ont été intégrés à la compagnie des Chemins de fer fribourgeois, qui prit pour sigle GFM, Gruyère - Fribourg - Morat, créée par la fusion des compagnies suivantes :

  • les chemins de fer électrique de la Gruyère ;
  • le chemin de fer Fribourg-Morat-Anet (FMA) ;
  • le chemin de fer Bulle - Romont (BR).

Le 1er janvier 2000, les GFM ont fusionné avec la compagnie des Transports en commun de Fribourg (TF) pour former les Transports publics Fribourgeois (TPF).

Pour le dernier week-end d'exploitation, les et , des véhicules historiques des TPF remplacent les trains de la ligne S60 suivant l'horaire[2].

Tracé[modifier | modifier le code]

En raison de la nature des régions traversées, la ligne a un profil assez difficile avec des déclivités atteignant 50 . La ligne est équipée d'une signalisation automatique de type block[3].

La ligne est électrifiée en courant continu 900 V dès la mise en service en [4],[5].

La ligne quitte la gare de Bulle sur une section commune avec la ligne Palézieux-Bulle-Montbovon durant plusieurs centaines de mètres, jusqu'après la traversée de la Trême où la ligne bifurque vers le centre-ville de La Tour-de-Trême où elle dessert la gare homonyme. La ligne continue en pente régulière de 29  pour desservir la gare de La Tour-de-Trême Parqueterie après avoir croisé la route principale 190. Après une partie plus plate, la ligne replonge suivant une pente de 32  jusqu'à la gare des Marches. La ligne remonte ensuite en rampe de 32  pour desservir la gare de Broc-Village avant de replonger en pente de 50  jusqu'au terminus de Broc-Fabrique[3].

Projets[modifier | modifier le code]

L'ensemble de la ligne de Bulle à Broc-Fabrique doit voir sa voie métrique remplacée par une voie normale afin de permettre des relations directes de Berne jusqu'à la chocolaterie suisse de la maison Cailler à Broc[6]. Les travaux préliminaires ont débuté le [7]. Les gares seront adaptées aux personnes à mobilité réduite et les quais allongés afin de permettre la réception à quai de rames en unité double. La gare de La Tour-de-Trême Parqueterie sera supprimée[8],[9]. Une nouvelle gare routière sera construite à proximité de la gare ferroviaire de Broc-Village tandis que les points d’arrêt La Tour-de-Trême, Broc-Village et Broc-Fabrique seront réaménagés avec de nouveaux quais d'une longueur de 150 mètres chacun, conformes à la loi sur l’égalité pour les handicapés. Trois passages à niveau dans le secteur de Broc seront supprimés et une modification du tracé permettront d’adoucir la pente et les courbes de la ligne. Le tronçon commun avec la ligne Palézieux-Bulle-Montbovon sera équipée d'un troisième rail pour faire passer aussi bien les trains à écartement métrique qu'à écartement normal. Les travaux se poursuivront jusqu’en [10],[11].

À terme, la ligne devrait être desservie par deux trains de voyageurs par heure et par sens. Un sillon par heure et par sens est également prévu pour la circulation de trains de fret entre Romont et Broc-Fabrique pour la desserte de la fabrique de chocolat Cailler[11],[12].

Ce projet intervient en complément du déplacement de la gare de Bulle entamé depuis afin de créer un nouveau nœud de correspondance plus accessible entre les transports publics, en conformité avec la loi sur l'égalité pour les handicapés[13],[14] et la création d'une zone de croisement dynamique des trains en direction de la gare de Romont[8].

La ligne est fermée pour travaux à partir du [15].

Il faut remarquer que le tronçon entre Bulle et La Tour-de-Trême sera équipé de trois rails et d'une alimentation électrique commutable (15 kV et 900 volts) afin de permettre la cohabitation des trains vers Broc-Fabrique et ceux de la ligne Palézieux - Montbovon[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 100 ans de voie étroite entre Bulle et Broc : Les projets et la construction - [GFM Historique] », sur www.gfm-historique.ch (consulté le )
  2. TPF, « Démarrage des travaux du Bulle –Broc-Fabrique », sur www.tpf.ch, (consulté le )
  3. a et b « Transports publics fribourgeois - Horaire graphique ferroviaire voie étroite », sur www.tableaux-horaires.ch, (consulté le ).
  4. « Cheminet - Suisse secondaire », sur cheminet.free.fr, Cheminet (consulté le ).
  5. « Rame automotrice à voie métrique ABE 2/4 + B + BE 2/4 », sur www.stadlerrail.com, Stadler Rail, (consulté le ).
  6. « De Broc-Fabrique à Berne sans changer de train », sur www.lagruyere.ch, (consulté le )
  7. Tram, N:143, octobre 2020
  8. a et b « Région de Bulle: nouvelles infrastructures ferroviaires », sur www.programme-bulle.ch (consulté le )
  9. Transports publics fribourgeois, « Programme Bulle - YouTube », sur www.youtube.com, (consulté le )
  10. Claude, « Démarrage des travaux du Bulle – Broc-Fabrique », sur bustramgeneve, (consulté le )
  11. a et b TPF, « Programme Bulle Appel d’offres pour prestations de planification et de réalisation » [PDF], sur konkurado.ch, (consulté le )
  12. CFF, « Document d’accompagnement du plan d’utilisation du réseau 2025 » [PDF], sur www.bav.admin.ch, (consulté le )
  13. « Le futur quartier de la gare de Bulle totalement redessiné - Détail - TPF », sur www.tpf.ch, (consulté le )
  14. group8, « Plateau de la gare de Bulle », sur www.group8.ch (consulté le )
  15. Xavier Fernandez, « Bulle (FR): «Nous allons ouvrir la Gruyère au reste de la Suisse» - 20 minutes », sur 20 minutes, (consulté le )
  16. Tram Magazine N° 146, mai 2021

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]