Lesbia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lesbia Magazine.
Lesbia et son moineau, huile sur toile d'Edward Poynter (1907).

Lesbia (ou Lesbie en français) est la maîtresse à laquelle le poète romain Catulle (87-54 av. J.-C.) dédie de nombreux poèmes. Son identification avec une personne réelle et la portée de cette identification sont discutées. Le personnage de Lesbia a inspiré plusieurs artistes après l'Antiquité.

Problème de la réalité de Lesbie[modifier | modifier le code]

On ne la connaît que par les poèmes de Catulle. Elle serait en fait, Claudia, épouse du consul Quintus Metellus Celer aux mœurs assez libres. Selon Apulée, un auteur d’Afrique qui a vécu bien plus tard (v. 125-v. 170), « Lesbia » était en réalité un nom de plume inventé par Catulle. Elle est le sujet d’environ la moitié des 118 poèmes qui nous sont parvenus. Catulle aurait donné le nom de Lesbie à sa belle en l'honneur de la poétesse grecque Sappho. Cette dernière vivait sur l'île de Lesbos et tenait une école pour femmes, où elles apprenaient l'érotisme et la poésie.

Lesbia est traditionnellement identifiée à Clodia, répudiée par Lucullus pour inconduite et remariée à Quintus Caecilius Metellus Celer et sœur du démagogue Clodius Pulcher[1], poursuivie par Cicéron dans Pro Caelio, bien que cette conclusion manque de preuves évidentes, et soit contestée par une minorité de spécialistes.

Postérité dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Martial l'évoqua dans une épigramme[2] : Donne-moi, Diadumène, des baisers appuyés. Combien ? dis-tu.
[...].
Je n'en veux pas autant que ceux que Lesbia, à force de prières, donna au fin Catulle.

Postérité après l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Représentations dans les arts[modifier | modifier le code]

Lesbie est représentée sur de nombreux tableaux ou sculptures, qui la montrent en général accompagnée d'un moineau, un thème inspiré par le poème III de Catulle où le poète déplore la mort de l'oiseau de sa maîtresse.

Références et allusions à Lesbie[modifier | modifier le code]

L'écrivain français Catulle Mendès rédigea en 1886 une nouvelle à l'antique titrée Lesbia [3]

Lesbia est un personnage des Catulli carmina, œuvre musicale de Carl Orff crée en 1943.

Isabel Miller, connue pour ses romans lesbiens, est le nom de plume d'Alma Routsong qu'elle a créé à partir de l'anagramme de Lesbia.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Grimal, Rome et l’Amour, Robert Laffont, 2007, (ISBN 9782221106297), p 124-125
  2. Martial, Épigrammes [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 34.
  3. Mendes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :