Lawrence Alma-Tadema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lawrence Alma-Tadema
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Lourens Alma TademaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Conjoints
Laura Theresa Alma-Tadema
[Marie] Pauline Gressin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Laurence Alma-Tadema (en)
Anna Alma-TademaVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Archives conservées par
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 247)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Les Roses d'Héliogabale (1888), Mexico, Collection Juan Antonio Pérez Simón.
Les Femmes d'Amphissa, 1887, huile sur toile, 122,5 × 184,2 cm, Williamstown, Clark Art Institute

Lawrence Alma-Tadema, né Lourens Alma Tadema le à Dronrijp (Pays-Bas) et mort le à Wiesbaden (Empire allemand), est un peintre britannique d'origine néerlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lawrence Alma-Tadema naît dans une famille néerlandaise aisée. Son père, notaire de profession, meurt en 1840.

Très tôt, l'enfant montre de grandes dispositions artistiques qu'il développe en dessinant et peignant, de même qu'un grand sens de la méthode. Ainsi, en 1851, il peint un portrait de sa sœur qu'il numérote Op. [Opus] I, une pratique qu'il gardera tout au long de sa vie, sa dernière toile portant le numéro Op. CCCCVIII.

En 1852, il intègre l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers et devient l'élève de Gustave Wappers puis de Nicaise De Keyser. Tous deux sont proches du mouvement romantique, et de Keyser, en particulier, encourage ses élèves à peindre des sujets historiques. En 1856, il quitte l'académie, devient l'assistant du peintre Henri Leys et s'installe chez l'archéologue Louis de Taye, au contact duquel il s'intéresse à l'histoire et à l'archéologie.

En 1862, il se rend à Londres pendant l'Exposition universelle. Lorsqu'il visite le British Museum, il est très impressionné par la collection d'objets égyptiens et particulièrement par la frise du Parthénon, ce qui influencera considérablement son œuvre par la suite.

En 1863, il épouse une Française, Marie Pauline Gressin de Boisgirard, et découvre l'Italie lors de leur voyage de noces. Alors qu'il avait prévu d'y étudier l'architecture des églises primitives, il tombe sous le charme des ruines de Pompéi. Il en rapportera une impressionnante collection de photographies (plus de 168 albums) qui lui servira de documentation pour ses toiles à venir, représentant pour la plupart des scènes de la vie courante durant l'Antiquité. Plus tard, sa grande habileté à reproduire l'architecture antique lui vaudra le surnom de « peintre du marbre ».

De retour d'Italie, il s'installe à Paris où il rencontre le célèbre marchand d'art belge Ernest Gambart, qui l'encourage dans la voie qu'il a choisie et lui commande une vingtaine de toiles pour sa galerie londonienne. Le succès est immédiat. En 1865, son fils meurt de la variole, puis il perd son épouse en 1869, se retrouvant seul avec deux filles, Anna et Laurence.

Craignant une invasion prussienne, il quitte la France — tout comme Claude Monet et Camille Pissarro — et s'installe à Londres en 1870. Il se remarie avec une de ses élèves, Laura Epps (1852-1909), et en 1873, devient sujet britannique.

Les expositions se succèdent, lui assurant un immense succès, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis ou en Australie, pays où de nombreux prix lui sont décernés.

En 1876, il devient membre de l'Académie Royale, et en 1899, il est anobli par la reine Victoria.

Le décès de sa seconde épouse en 1909 attriste profondément Alma-Tadema mais n'affecte en rien son talent. Il continue à peindre, produisant, d'après certains, quelques-unes de ses plus belles toiles.

Il meurt au spa de Wiesbaden, le . Il est inhumé dans la cathédrale Saint-Paul de Londres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Printemps (1894), Los Angeles, Getty Center.

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/024cc328764c4cb191790a15644f979b » (consulté le )
  2. « Death of the first-born - Sir Lawrence Alma-Tadema - The Athenaeum », sur www.the-athenaeum.org (consulté le )
  3. (nl) « Anno 1812. Kapitein Benthien aan de Beresina », sur Hart Amsterdammuseum (consulté le )
  4. (nl) « Venantius Fortunatus draagt zijn verzen voor aan Radagonda VI en de abdis in het klooster van Poitier door Laurens AlmaTadema », sur Dordrechts Museum (consulté le )
  5. (en) « Pastime in Ancient Egypt Three Thousand Years Ago », sur Art UK (consulté le )
  6. (en) « Tibullus at Delia's House », sur Museum of Fine Arts, Boston, (consulté le )
  7. « An Art Lover », sur Yale University Art Gallery (consulté le )
  8. (en) « Collection », sur Manchester Art Gallery (consulté le )
  9. « Oil Painting - Pheidias and the Frieze of the Parthenon - Birmingham Museums & Art Gallery Information Centre », sur www.bmagic.org.uk (consulté le )
  10. (en) « The Siesta, or Pompeian Scene - The Collection », sur Museo Nacional del Prado (consulté le )
  11. (en) « The Pyrrhic Dance | Art UK », sur artuk.org (consulté le )
  12. « A Roman Amateur (or A Roman Art Lover) », sur Milwaukee Art Museum (consulté le )
  13. (en) Alma-Tadema, Lawrence Sir, « Portrait of the Epps family », sur V&A Collections, (consulté le )
  14. (de) « Das Fest der Weinlese », sur Hamburger Kunsthalle (consulté le )
  15. (en) « A Roman Emperor: 41 AD », sur The Walters Art Museum · Works of Art (consulté le )
  16. (en) « The Egyptian Widow, Lourens Alma Tadema, 1872 », sur Rijksmuseum (consulté le )
  17. (en) « Lawrence Alma Tadema - Artists - Rijksstudio », sur Rijksmuseum (consulté le )
  18. (en) « The Picture Gallery », sur Art UK (consulté le )
  19. « The Sculpture Gallery », sur Hood Museum (consulté le )
  20. « Sunny Days », sur collections.britishart.yale.edu (consulté le )
  21. (en) « Audience with Agrippa », sur Art UK (consulté le )
  22. (en-GB) University of Cambridge The Fitzwilliam Museum, « Collections Explorer - Object Detail (1014, id:7) », sur webapps.fitzmuseum.cam.ac.uk, (consulté le )
  23. « Musée d'Orsay: Notice d'Oeuvre », sur www.musee-orsay.fr (consulté le )
  24. (en) « Pleading », sur Art UK (consulté le )
  25. (en) « A Hearty Welcome », sur Art UK (consulté le )
  26. « Collection | Artists | In the Time of Constantine | William Morris Gallery », sur www.wmgallery.org.uk (consulté le )
  27. (en) « Sappho and Alcaeus », sur The Walters Art Museum · Works of Art (consulté le )
  28. « 'The Tepidarium' 1881 - Lady Lever Art Gallery, Liverpool museums », sur www.liverpoolmuseums.org.uk (consulté le )
  29. « The Way to the Temple | Works of Art | RA Collection | Royal Academy of Arts », sur www.royalacademy.org.uk (consulté le )
  30. (nl) Grrr.nl, « Hadrianus bezoekt een Romeins-Britse pottenbakkerij - Lawrence Alma Tadema », sur www.stedelijk.nl (consulté le )
  31. « Musée d'Orsay: Notice d'Oeuvre », sur www.musee-orsay.fr (consulté le )
  32. (en) « The Triumph of Titus: AD 71, The Flavians », sur The Walters Art Museum · Works of Art (consulté le )
  33. « Philadelphia Museum of Art - Collections Object : A Reading from Homer », sur www.philamuseum.org (consulté le )
  34. (en) « Clark Art. The Women of Amphissa », sur The Clark, (consulté le )
  35. (en) « Promise of Spring », sur Museum of Fine Arts, Boston, (consulté le )
  36. « Portret Ignacego Jana Paderewskiego (1860-1941) », sur Cyfrowe Muzeum Narodowe w Warszawie (consulté le )
  37. « Our collections | Laing Art Gallery », sur laingartgallery.org.uk (consulté le )
  38. « Cincinnati Art Museum: Explore the Collections of the Cincinnati Art Museum », sur Cincinnati Art Museum (consulté le )
  39. (en) « Unconscious Rivals », sur Bristol Museums and Historic Houses, (consulté le )
  40. (en) « Spring (Getty Museum) », sur The J. Paul Getty in Los Angeles (consulté le )
  41. « Alma Tadema », sur www.rbkc.gov.uk (consulté le )
  42. Collection d'autoportraits du Musée des Offices, (it) Wolfram Prinz (et aut.), « La collezione di autoritratti : Catalogo generale », dans Gallerie degli Uffizi, Gli Uffizi, Florence, Centro Di, (1re éd. 1979), 1211 p. (ISBN 88-7038-021-1), p. 787.
  43. (en) « Professor George Aitchison (1825–1910), RA, RGM, PRIBA | Art UK », sur artuk.org (consulté le )
  44. (en) « Collection », sur Manchester Art Gallery (consulté le )
  45. « 19th-Century European Art », sur Sotheby's, (consulté le )
  46. « Pluie de records pour les ventes d'art », sur LExpress.fr, (consulté le )
  47. (en-US) « Highlights », sur Taft Museum of Art, (consulté le )
  48. (en-GB) Tate, « ‘A Favourite Custom’, Sir Lawrence Alma-Tadema, 1909 », sur Tate (consulté le )
  49. (en) « Cleopatra at Philae | Alma-Tadema, Lawrence Sir | V&A Search the Collections », sur V and A Collections, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Russell Hash, Sir Lawrence Alma-Tadema, Pavilion, 1989.
  • Vern Grosvenor Swanson, Sir Lawrence Alma-Tadema : un peintre victorien, une évocation de l'Antiquité, Le Chêne, 1998.
  • R-J Barrow, Lawrence Alma-Tadema, Phaidon Press Ltd., 2006.
  • François Rivière, Julius exhumé, éd. du Seuil, coll. Fiction & Cie, 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]