Les Nouvelles Enquêtes de Ric Hochet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Ric Hochet.

Les Nouvelles Enquêtes de Ric Hochet
Série
Auteur A.-P. Duchâteau
Tibet
Scénario Zidrou
Dessin Simon Van Liemt
Couleurs François Cerminaro
Genre(s) aventure policière

Thèmes vengeance
Personnages principaux Ric Hochet
Commissaire Bourdon
Inspecteur Ledru
Nadine
Philippe « Caméléon » Manière
Lieu de l’action Paris
Porquerolles
Époque de l’action 1968

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Éditeur Le Lombard
Première publication
Format couleur
Nb. de pages 56
Nb. d’albums 3

Prépublication L'Immanquable[1]

Les Nouvelles Enquêtes de Ric Hochet est une série reprise de bande dessinée française créée par le dessinateur Simon Van Liemt et le scénariste Zidrou d'après la série belge de Tibet et d'A.-P. Duchâteau, publiée au no 50 du dans L'Immanquable[1] et éditée en par Le Lombard.

Description[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Ric Hochet
  • Le commissaire Bourdon
  • L'inspecteur Ledru
  • Nadine
  • Philippe Manière, dit « Caméléon »

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Caractéristiques des nouveaux volumes[modifier | modifier le code]

Outre un dessin plus vif et actualisé selon la mode des années 2010, les auteurs ont fait de nombreux clins d'œil humoristiques à la personnalité « gentille », voire naïve, du héros principal, et à son absence de défauts — il ne boit pas, ne fume pas, n'a pas de compagnie sexuelle, etc. Ils ont aussi entrepris de se moquer, voire de casser, plusieurs « codes » implicites ou explicites de la série d'origine. Les personnages sont rendus plus proches du lecteur, ou au contraire moins sympathiques, ou encore ayant des comportements inattendus.

Dans le premier tome de la nouvelle série, on peut citer par exemple :

  • Caméléon se moque du nom et du prénom de Ric Hochet (« Et pourquoi pas Bill Boquet, tant qu'on y est ? »), de sa stricte honnêteté, de son absence de vices (Ric ne boit pas, ne fume pas), de son absence de libido, de son dégoût des armes ;
  • Le chat noir de Ric, Nanar, est tué par Caméléon ;
  • Nadine se fait peloter par le faux Ric, et le lecteur peut supposer, en voyant le faux Ric et Nadine, tous deux nus dans une chambre et Nadine se plongeant dans les bras du faux Ric, que le couple va avoir une relation sexuelle ;
  • Nadine bronze sur la plage les seins nus ; son monokini indispose sa mère qui lui reproche de le porter ;
  • la vie sentimentale du commissaire Bourdon n'avait jamais été mentionnée dans les albums de la série initiale ;
  • le commissaire Bourdon avoue au faux Ric que durant la Seconde Guerre mondiale, environ 25 ans auparavant (l'action de la bande dessinée se déroule en 1968), il était pétainiste et avait contribué à arrêter des victimes des Nazis (on ignore s'il s'agissait de résistants ou de juifs) ;
  • Ric Hochet est décrit comme un journaliste qui, à la fureur de Bob Drumont, ne rédige jamais aucun article de fond.

Analyse[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Nicolas Domenech de Planète BD remarque que « Zidrou revisite la légende sans l’écorner, bien au contraire, il la réinterprète avec talent. C’est à Van Liemt, français et non belge comme son nom ne l’indique pas, que revient l’honneur de dessiner ce nouveau Ric Hochet. Son trait rafraîchissant est loin des standards de Tibet. Les cadrages sont modernes. Les scènes d’action sont dynamiques. Sa relecture graphique de Ric Hochet est parfaite en tout point, même si les premières pages sont déconcertantes pour les fans de la première heure. Tibet, où qu’il soit, peut être fier de son fils graphique. On ne s’ennuie pas une seconde ! Avec ce nouveau duo d’auteurs, Ric Hochet revient aux affaires par la grande porte »[2].

Tandis que Philippe Tomblaine de BDZoom pense qu'« on n’aurait mieux fait pour rendre les personnages de Tibet et Duchâteau à leur fascinante et mémorable vie de papier »[1] et Benjamin Roure de BoDoï souligne que « Zidrou est un scénariste très malin. On ne l’attendait pas dans ce registre, mais il démontre son sens du dialogue et des situations, pour dépoussiérer un héros qui sentait la naphtaline à des kilomètres »[3].

Pour le troisième album Comment réussir un assassinat (2018), Didier Pasamonik de l'Actua BD souligne que c’est « une version respectueuse et intelligente, qui manie la nostalgie et le second degré avec une maîtrise inégalée »[4].

Influences[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revue[modifier | modifier le code]

L'Immanquable 

Albums[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Philippe Tomblaine, « « Les Nouvelles Enquêtes de Ric Hochet T1 : R.I.P., Ric ! » par Simon Van Liemt et Zidrou », sur BDZoom, (consulté le 26 octobre 2016).
  2. Nicolas Domenech, « Les Nouvelles enquêtes de Ric Hochet T1 », sur Planète BD, (consulté le 27 octobre 2016).
  3. Benjamin Roure, « Ric Hochet #1 », sur BoDoï, (consulté le 27 octobre 2016).
  4. Didier Pasamonik, « Un Ric Hochet parodique et enjoué », sur Actua BD, (consulté le 22 mai 2018).
  5. « L'immanquable n°53 », sur L'Immanquable, (consulté le 30 octobre 2016).
  6. « L'immanquable n°69 », sur L'Immanquable, (consulté le 30 octobre 2016).
  7. Mentionné sur le quatrième plat du troisième album Comment réussir un assassinat (2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]